The Beautiful Light of Caldas da Rainha. 10


Vasco Trancoso (Portugal)

(Version française au bas de la page)

I have a love/hate relationship with social media. But there’s one thing I really like about it, is the opportunity to discover some great photographers. I decided to write some articles about these enthusiastic Streettogs (Street Photographers). Vasco Trancoso  from Portugal is one of them. I’d like to thank him for taking the time to answer some of my questions.

Hello Vasco, we met on 500px and  WSP (World Street Photography). Can you tell us more about you? 

Thank you for your invitation. It was a good surprise, and I´m always happy to talk about something I love : Photography.
I was born and lived in Lisbon. Since 1983 I’ve been living in Caldas da Rainha – now my hometown – a small town in central Portugal.
I am a Portuguese medical doctor (gastroenterologist) that after retirement, resumed an old passion asleep : Photography. An healthy and saving obsession that “forces” me to walk every day. Without photography I probably couldn’t exist.

Grumpy – Vasco Trancoso © –

For how long have you been doing Street Photography?

After a first moment with contemplative images of landscapes I decided, at the end of 2014, to do Photography in the streets. It was a deliberate moment. An intentional and planned choice of a new way of life. I found that taking time to photograph the streets brought me back in touch with people instead of things.
When I’m facing others, I´m also facing myself. After all, to photograph is not only to learn about others but about myself.
And, it is certain that the photographer has gradually taken the place of the doctor in me. But, fortunately, because I was a doctor, I can now shoot without being a photographic “functionary”. I might not be able to make photography that someone ordered.

Hat Thinking Man – Vasco Trancoso © –

Let’s talk about gears. Do you have different cameras according of what you ‘re going to shoot or are you a one camera guy? 

I used to shoot with a Canon Mark III and a Canon 5DSR with lenses 11-24mm and 24-70mm. But since Summer 2016 I got a Leica Q. But I think we should not be a slave of Gears. They should not override the style, emotion and aesthetic sensibility. The camera is not as important as the image itself. The “soul” of the image is more important than the technical details. When I appreciate a great photo I do not ask “how?” but “why?” There are differences between a piano and a sonata. You can have a great piano and not be able to produce good music.

Little Dancer – Vasco Trancoso © –

What is your philosophy in Street Photography?

I do not know if what I’m doing should be called “Street  Photography”. As you know, there are controversies about the application of this term. While some purists argue that Street Photography must be made exclusively, surreptitiously, in absentia of the subject’s authorization (not to modify the normal flow of events), others are more tolerant and have a broader concept of the art. I think that, even in candid shots, reality is in some way also modified. Because the edges of the frame separate two worlds (what is included and what is excluded). And it´s this separation that creates the magical world of photography, it turns out to be different from what really happened. I’d rather just say that my photos are made in the streets and with people. I´m not worried about definitions that can prevent me from doing what I feel.
The history of photography is punctuated by a series of dualistic controversies (eg. pictorial versus documentary photography, Candid versus Posed, B&W versus Colour, Painting versus Photography). These controversies are after all variant of the old debate about the relationship between Photography and Art. And Photography like any other art is a huge space where fit all kinds of genres and where there are no fixed standards of evaluation or canonical tradition. An area of freedom and tolerance.

Amores – Vasco Trancoso © –

Who are the photographs or any other artists that influence you?

In photographic terms the most important influence was the discovery of B&W photographs by Tony Ray-Jones, in the 1970s, integrated into his book “a day off”. The social satire and humor combined with intelligent subtle and complex (and subversive) framing made me begin to see photographically in a different and deeper way. Another significant influence were the Fellini movies in which an almost caricature close-up was crucial. But now I started to do more and more colour (2016) after buying “American Color 2” by Constantine Manos.

Prelude – Vasco Trancoso © –

Your work is highly praised in Social Media. What is your personal feeling about this? 

A big surprise. Photography made in the streets fascinates me by the unpredictability, as in jazz, and life. I have a daily routine where I´m doing photos mainly for me, and for pleasure.

Nun – Vasco Trancoso © –

I really love your work. You’ve made some fantastic shots with silhouettes (color and b&w) . Do you look for them when you’re in the street? 

Usually I do not have a predetermined plan. Sometimes I have referenced a place such as a wall with ads, or shop windows that may be an appropriate background for a good composition — if the right protagonist appears. I love to walk randomly — hoping to find one of the everyday miracles that often happen in the streets. The world is full of opportunities to make great shots that have not been photographed yet. Beauty is everywhere. Of course, I often think that I am very lucky.

The Red Line – Vasco Trancoso © –

Color or Black & White? 

Both. There are situations where the B&W is mandatory and in others it is the color that imposes itself. During 2014 and 2015 I photographed (portraits and scenes) almost always in B&W. But in 2016 I started to get much more attentive to color.
As you know, In the geometry of color blocks I like to enhance composition with dark silhouettes and deep shadows transforming the image to a complex and almost abstract « patchwork » – upgrading composition above description. So, in a proper interpretation of the street carnival, color is the real protagonist – avoiding only a merely illustrative role. Color can impart vibrancy and life to an ordinary moment.

Red – Vasco Trancoso © –

Can you give us some technical advices on how to capture a good photograph with a meaningful silhouette ?

First I read the light. Light is important not only B&W but also in colour photos. When I go out shooting I try to see the direction and quality of light. I choose the street, the sidewalk and the point of view according to the light. I try to find a nice and bright background and calculate the exposure for the area with more light. The shadows are slightly underexposed. Then I hope some character pass in the shadow area between my camera and the background. The focus mode (zone focusing, manual, etc.) and exposure calculation varies from case to case. Especially if I have or do not have time before shooting.
I do not like overediting. I just make small adjustments of available tools such as tone curve, shadows or whites – as with the analog era when did dodge and burn during darkroom processing. I do not use PS or LR complicated software (brushes, etc.).  I think photography taken in the streets (public places) should be as natural as possible and avoid excessive editing.

44 – Vasco Trancoso © –

Do you have an ongoing project ? Could you tell us more about it ? 

I’m thinking about a book and an exhibition with some choosen photos from my work of the last two years.

Colour Work #2 – Vasco Trancoso © –

Where can we find more of your work  ? 

My blog  – “Heavenly”  –
Facebook
500px
Flickr
World Street Photography
FineArt
ViewBug

Click here to see the gallery of Vasco Trancoso.

~ o ~

La sublime lumière de Caldas da Rainha.

 

Hello Vasco, on s’est rencontré sur 500px et WSP (World Street Photography). Peux tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Merci pour ton invitation. C’est une bonne surprise et je suis toujours content de parler de quelque chose qui me tient à cœur  : La Photographie.
Je suis né à Lisbonne et j’y ai habité jusqu’en 1983. Depuis, je vis à Caldas da Rainha , une petite ville dans le centre du Portugal.
J’étais un médecin (gastroentérologue) qui, une fois à la retraite, a repris une vieille passion endormie : La Photographie. Une saine obsession qui me permet de marcher tous les jours. Sans la photo, je ne pourrais sûrement pas exister.

Grumpy – Vasco Trancoso © –

Depuis combien de temps fais tu de la Street Photography ?

J’ai commencé par faire  des photos de paysages, et c’est vers la fin 2014 que j’ai décidé de faire de la Photographie de rue. Ce fut un choix délibéré d’un nouveau mode de vie. Je trouve que prendre le temps de photographier la rue me permet de reprendre contact avec les gens au lieu des choses. Quand je suis face aux autres, je suis aussi face à moi-même. Après tout,  photographier c’est autant apprendre sur les autres que sur soi-même. Et il est certain que le photographe a progressivement pris le dessus sur le médecin que j’étais. La rue me donne cette liberté. Je ne peux pas faire de la photo sur commande.

Hat Thinking Man – Vasco Trancoso © –

Parlons matériel. As tu différents appareils photo en fonction de ce que tu vas photographier ?

J’ai utilisé un Canon Mark III et un 5DSR Canon avec les zoom 11-24 mm et 24-70 mm. Mais depuis l’été 2016, je me suis acheté un Leica Q. Je pense que nous ne devrions pas être esclave du matériel photographique. Il ne devrait pas remplacer le style, l’émotion et la sensibilité esthétique. L’appareil utilisé n’est pas aussi important que l’image elle-même. L’âme de l’image est plus importante que les détails techniques. Quand j’apprécie une belle photo, je ne demande pas « comment ? « , Mais « pourquoi ? » Il existe des différences entre un piano et une sonate. Vous pouvez avoir un magnifique piano et ne pas être en mesure de jouer de la bonne musique.

Little Dancer – Vasco Trancoso © –

Quelle est ta philosophie en Street Photography ?

Je ne sais pas si ce que je fais doit être appelé Street Photography. Comme tu le sais, il y a des controverses au sujet de l’application de ce terme. Alors que certains puristes affirment que la photographie de rue doit être faite exclusivement, subrepticement, sans l’autorisation du sujet (ne pas modifier le flux normal des événements). D’autres sont plus tolérants, ont un concept plus large de cet art. Je pense que, même dans le cas des photos prises sur le vif, la réalité est aussi en quelque sorte modifiée. Parce que les bords du cadre de la photo séparent deux mondes (ce qui est inclus et ce qui est exclus), et d’une manière c’est cette séparation qui crée le monde magique de la photographie. Ce que le photographe choisit de montrer est une interprétation personnelle de ce qui est vraiment arrivé. Je préfère juste dire que mes photos sont prises dans la rue avec des gens. Je ne me soucie pas de la définition qu’on peut en faire. Rien ne m’empêche de faire ce que je ressens. L’histoire de la photographie est ponctuée par plusieurs séries de controverses dualistes (ex. Picturaux par rapport à la photographie documentaire, photo sur  le vif  par  rapport aux photos posées, Noir & Blanc  ou Couleur, Peinture contre Photographie). Ces controverses sont après tout des variantes du vieux débat sur la relation entre la photographie et l’art. La Photographie est un Art. C’est un immense espace où cohabitent plusieurs genres et où il n’y a pas de normes fixes d’évaluation ou de tradition canonique. Un espace de liberté et de tolérance.

Amores – Vasco Trancoso © –

Y a t’il des photographes ou artistes qui ont influencé ta façon de travailler ?

En termes photographiques l’influence la plus importante a été la découverte des photographies N & B de Tony Ray-Jones faites dans les années 1970, intégrées dans son livre « A Day off ». La satire sociale et l’humour combinés avec les cadrages subtils et complexes (aussi subversifs) m’ont fait voir photographiquement les choses d’une manière différente et plus profonde. Une autre influence notable sont les films de Fellini. Depuis un an, j’ai commencé à faire de plus en plus de photographies en couleur (2016) après avoir acheté « American Color 2 » de Constantin Manos.

Prelude – Vasco Trancoso © –

Ton travail est grandement apprécié sur les réseaux sociaux. Quel est ton sentiment vis à vis de çà ?

Une grande surprise. La Photographie faite dans la rue me fascine par son imprévisibilité, comme dans le jazz et la vie. J’ai une routine quotidienne où je fais des photos pour moi et pour le plaisir.

Nun – Vasco Trancoso © –

Tu as fait des photos vraiment fantastiques avec des silhouettes (Couleur et N&B). Les recherches tu quand tu pars pour une session de Street Photo ?

Habituellement, je n’ai pas un plan prédéterminé. Parfois, je repère un endroit comme un mur avec des publicités ou une vitrine qui peut être un arrière-plan intéressant pour une bonne composition – si le bon sujet apparaît. J’aime marcher au hasard – en espérant trouver l’un de ces  miracles quotidiens qui se produisent souvent dans la rue. Le monde est plein d’occasions de faire de superbes photos qui n’ont pas encore été photographiées. La beauté est partout. Bien sûr, je pense souvent que je suis très chanceux d’en être le témoin.

Red Line – Vasco Trancoso © –

Couleur ou Monochrome ?

Les deux ! Il y a des situations où le N & B est obligatoire et dans d’autres, où la couleur s’impose. Durant les années 2014 et 2015, j’ai photographié (portraits et scènes) presque toujours dans N &B. Mais en 2016, j’ai commencé  à être plus attentif à la couleur. Comme tu le sais, dans la géométrie des blocs de couleur, j’aime  améliorer la composition avec des silhouettes sombres et les ombres profondes qui transforment l’image en  un « patchwork » complexe et presque abstrait –  mettant plus en avant la composition que la description elle même. Ainsi, la couleur devient le véritable protagoniste – évitant ainsi le rôle purement illustratifs. La couleur peut donner du dynamisme et de  la vie à un moment ordinaire.

Red – Vasco Trancoso © –

Peux tu nous donner quelques astuces ou conseils pour intégrer une silhouette dans une composition ?

D’abord, j’analyse la lumière. La lumière est importante non seulement N & B, mais aussi dans des photos couleur. Quand je vais faire des photos, j’essaie de voir la direction et la qualité de la lumière. Je choisis la rue, le trottoir et le point de vue selon la lumière. J’essaie de trouver un bel arrière-plan et je fais la mesure d’exposition sur la zone lumineuse. Les ombres sont légèrement sous-exposées. Ensuite, j’attends qu’un personnage intéressant passe dans la zone d’ombre entre mon appareil photo et l’arrière-plan. Le mode de mise au point (AF, manuel) et le calcul de l’exposition varient selon les cas. Dépendant aussi du temps que j’ai pour faire la photo. Je n’aime pas passer du temps en post-traitement. Je fais juste des petits ajustements, courbe des tonalités, des ombres ou des blancs – comme avec l’ère argentique, quand on faisait du Dodge & Burn dans la chambre noire. Je pense que la photographie prise dans les rues (lieux publics) devrait être aussi naturelle que possible.

44 – Vasco Trancoso © –

Est ce que tu as des projets en court ?

Je pense à un livre et à une exposition avec quelques photos de mon travail des deux dernières années.

Colour Work #2 – Vasco Trancoso © –

Pour terminer, où peut on voir un peu plus de ton travail ?

My blog  – “Heavenly”  –
Facebook
500px
Flickr
World Street Photography
FineArt
ViewBug

Cliquez ici pour voir la galerie de Vasco Trancoso.

Share Button

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "The Beautiful Light of Caldas da Rainha."

avatar
  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
Maria Augusta Araújo
Invité

Congrats!!!!

Vasco Trancoso
Invité

Much appreciated! Thanks Maria Augusta.
Cheers.

John Harper
Invité

Well done Jeff and of course to Vasco for his superb photography which fortunately I see regularly on our FB Group. Regards to both. John.

Vasco Trancoso
Invité

Hi John! Nice to hear from you! Thanks a lot! Cheers.

Sylvie
Invité

Très intéressant le portrait et la philosophie de Vasco sur la photographie de rue.L’expérience des uns et des autres permet à chacun de s’améliorer et d’apprécier le regard de chacun.
Bonne continuation….

Vasco Trancoso
Invité

Merci bien Sylvie. Un Joyeux Noël et une 2017 pleine de bonnes photos. Cheers.

Vasco Trancoso
Invité

Thanks a lot Jeff for your atention / generosity and congrats because you are doing a great job with this blog. 🙂
Cheers.