John Harper : The Gentleman Photographer. 7


(Version française au bas de la page)

Hello John, we met on 500px last year as I was a just starting Street Photography. One of the first photographs that comes to my mind when I think about your work is a picture of Amelie, your daughter, you took while she was seating near a window. You were looking for a nice place with light to make a photograph and she showed you the way.

Can you tell us more about yourself ?

The first thing to say is thanks for inviting me Jeff, it’s an honour. Politeness and Respect are two values I hold high.
I was born in England and wouldn’t live anywhere else. I’m what could be described as « streetwise » – From humble beginnings, my father began managing hotels. We moved quite a lot, different towns and subsequently schools. There’s a fast learning process when you’re constantly « new » to the playground. Most importantly how to look after yourself . I left school at 15, worked as a car cleaner, engineer, forklift driver, supermarket shelf stacker, waiter, barman. You name it, I did it. Next I went back to College for a while, trained to be a chef, but didn’t pursue that career. By 22 years of age I’d entered a business with a friend of mine, we had 35 employees, that eventually ended. At 30 years old I started a new business, small scale, on my own and 26 years later it’s still going strong (neither business was photography related). It was set up so that it virtually ran itself, although in later years it’s been managed by family members allowing me more time to pursue my own interests. I’m married to a gorgeous woman, I have four wonderful children, 28, 26, 7, 5 years old, three grandchildren and our dog adds to the family. So, I’m a father, grandfather, a businessman, a photographer, dog walker and possibly a bit of a « gambler »! I also tend to ramble on, I’ll try to keep my answers succinct.

Do you remember your first camera ? When did you start your journey in Photography ?

I don’t remember the brand. It was given to me by my sisters boyfriend (he was a keen photographer) over forty years ago and it was probably a « good » one. I shot some rolls, my mother wasted her money having them developed as they wouldn’t have been very good (no change there then!) – This is the beauty of today’s Digital photography, however much people like to hark back to the « golden » days of film. It’s free to click as much as you want. I liked taking things apart to see how they worked, not so good at putting them back together again unfortunately, it would have ended in the rubbish bin.

Most of us begin our photographic journey as children. Photography is fascinating to the young or it was to me at least. Someone clicks and later we see the result of that moment. Pure magic. At some point you get offered a go at capturing one of those moments. I doubt there are many in the western world who haven’t taken photographs at some stage in their lives. For many it grabs their attention and they strive to improve. I’ve almost always taken photographs, then it becomes a hobby, but my really serious interest began around eight years ago. I started taking portraits and eventually covered weddings. Sounds a familiar journey to many I expect.

You’re a Pro Photographer. How can you keep the motivation of shooting for yourself ?

Pro Photographer ? Well, I don’t currently derive my entire living from photography. I’m paid for my work, but supplement my income through other ways. I am someone who in a given situation has the ability to produce a set of good photographs (not just one shot to post on social media) under pressure and conduct myself in a professional manner. I don’t think some comprehend how it’s almost impossible nowadays to earn a living purely with photography. I know there are those at the top of their game who do. For the rest of us mere mortals, with families to keep and bills to pay, prices have decreased hugely the last few years, mainly through competition, devaluation of the industry and general over saturation (the marketplace and their photos in some instances !).

Anyway, motivation for my own photography, shooting for myself, it’s the same as everyone’s I suspect. I am consumed by it. I think about it constantly, always striving to improve, always learning – It’s what keeps us all clicking.

Now with smartphones, everyone is a photographer, not telling that everyone is a good photographer. Do you consider that the quality has been watered down ?

Because someone has a camera it doesn’t necessarily follow that they’re a photographer. That applies to DSLRs as much as it does Smartphones. There are good and bad photographers whatever it is they’re using to capture the image. I’m unsure as to whether the overall quality has changed, if there are more people gaining access to a camera then it stands to reason that there must be more good and bad photos floating about. One thing for certain is there are a huge amount of photos circulating on the internet.

What genre are you more confortable with ?

Portraiture, specifically family shoots, I’m comfortable and confident and I’ll get the desired results.

For example, I was recently asked to photograph a lovely young family. One of the children has autism and they had no photographs of him at all. They’d tried a studio session with another photographer which ended in disaster. He can’t keep still, make eye contact or show any affection. I suggested a walk in the countryside to let things naturally happen. I knew I’d get something. One photo of him cuddling his mother for the first time ever made her cry, I shed a tear too. I doubt I’d have got any shots had I been out of my comfort zone.

I know that you don’t like to talk about gear, can you just tell us what equipment are you using and why ?

You’re right, I don’t particularly. The equipment doesn’t make a lot of difference. If you’re any good, you’ll make anything work for you. The basics of composition, looking for light and emotion remain the same. No camera is going to do that for you.

I’ve had a few DSLR’s and lots of lenses, prime and zoom. I found myself using just the primes. I also became interested in Street Photography, which would be difficult with a Canon DSLR, Battery Grip and a 70-200 lens, clearly it would bring attention to what I was trying to achieve. I swapped to a Leica M and three prime lenses – Summicron 35mm f/2, Noctilux 50mm f/0.95 and Summicron 90mm f/2. I’ve always shot in manual for exposure, now it’s manual focus as well, this made the first wedding I shot with the new setup quite daunting. I have a couple of old Canon Speedlites if required in my bag, they work fine in manual mode on the Leica, I very rarely use flash though. I have studio gear too, reflectors, back drop etc and Elinchrom strobes. I also own a very nice tripod which mostly gathers dust !

You do have a preference for B&W photographs. Can you tell us what drawn you to monochrome ?

I am passionate about black and white photographs, not everyone shares that passion so I have to shoot colour for clients. I usually offer them both. Colour and B&W have their advantages and yet B&W often brings a whole different feeling to a photo, those tiny nuances in the light are brought to the fore. I like to see some greys also. Let’s not forget that tones are important. I believe portraits look better in B&W, adding some mood. That is one of the main reasons I’m drawn to it.

If you had to define your style what would it be ?

That’s a tricky question, it’s hard to define. I do have a style, most people who know me can spot one of my photographs. I’m not particularly creative or arty. I’m more the documentary type photographer. My mother used to get those fashion magazines, Vogue for example. I loved looking at the photos and also the ones in our family albums. Evidently it all sank in subconsciously because if I had to define it, I’d say that I have quite an old fashioned or classic style.

Are there any artists (might be photographers or not) that inspire you ?

Almost every photographer I see inspires me in some way. Any of the greats or practically all of the Magnum photographers of course. I admire the work of Yousuf Karsh, Andre Kertesz, Bill Brandt, Don McCullin…..the list is endless.

There are the unsung heroes of photography too. I have a photo on my wall taken by a newspaper photographer in 1961. It includes my father and sister. Evidently he was sent by the paper to cover the circus. How easy would have it been to point his camera at the trapeze artists flying above. Instead he chose the crowd and we know instantly what they’re all looking at. It captures the moment, the fashion of the time and obviously my father right in the centre looking straight at the lens.

What is your feeling about Social Media generally speaking ? A curse or a blessing ?

I have no problem with Social Media. I use Facebook. It can be a « blessing », especially for keeping family members in the loop and picking up clients. I removed myself from photo sharing sites though. To photograph purely to gain « likes » on Instagram, 500px etc… , can’t help anyone grow can it ? No grand statements of departure only to appear again the following week. I just deleted them all. Photography shouldn’t be a competition, nor should it be about « likes » in my opinion. We should be capturing images for ourselves. Due to 500px naming me a « Recommended Photographer » I had 97,000 followers (ridiculous) and yet walked away ! I totally understand why so many participate, inherently with photography there’s a need to show our work and that’s a very valid reason. However, with some people it’s a drug – perhaps they need praise on a daily basis. Here’s the « curse » – Desperate for attention, a few turn to trolling in an attempt to draw the spotlight on themselves. We’ve all witnessed it. I find that an extremely sad and very negative aspect of Social Media. That said, I did meet and connect with some wonderful people through photography platforms.

To me what defines you is your project of documenting your loved ones. Tell us more about that.

It’s an easy project for any photographer. The children express themselves in some fascinating ways, they get used to having a lens pointed in their direction. They’re not in any way self conscious, so I can capture them in a totally natural manner. I’ve never been one for those photos of children dressed as though there from the early 20th century, with a suitcase standing in a railway station – « Grand Cliche Central »! With my children I’m photographing the same subjects over and over again. There has to be a different twist or perspective found. This helps enormously when I’m doing paid work because I’ve become more adept at working a scene.

Lately you told me that you were struggling with your Street Photography. Is it some kind of photographers’s block or anything else ?

We all get photographers block sometimes. We need to shoot our way out of it. No, that’s not the reason. I struggle with Street Photography because it’s such a difficult discipline. I used to say that if you can shoot a wedding then you’ve cracked it – you’re shooting people, portraits, architecture, landscapes, working under low light or too much light and all at speed with a huge pressure to produce results. That was until I tried my hand at Street Photography. Finding a story and capturing it with good composition is so hard. It’s very messy out on the streets, so many things combine for you to miss or ruin the shot, even if you actually do find one worth clicking !

How do you deal with the photographer’s block ?

Everyone suffers with it at sometime and as I mentioned above, I must shoot my way out of it. There’s nothing to be gained by feeling sorry for myself, loosing confidence or worrying. The only solution is to get out there and keep taking shots. Eventually things fall back into place, we see again, our photography and vision can often improve after a period of Photographers Block.

Tell us more about your Leica biker Blog ?

Primarily the blog is something I wanted to do for myself. I’m both extremely grateful and surprised that anyone actually reads it. I scaled back from being proactive in the search for photography work. I decided quite some while ago that I wasn’t going to get involved with doing portrait sessions for £30. I have a motorcycle and a camera, both I enjoy using immensely. I also like to see new places and re-visit those I like or find interesting. Put that together and it was a logical progression. Now the weather has improved I’ll be able to travel further and hopefully produce some interesting articles.

You did start a new exciting project regarding Street Photography.

I think every photographer should have some kind of project going on in the background. It could take two weeks or ten years to complete, perhaps it never reaches completion.

I want to do something with Shopfronts, particularly the UK and I’m forcing myself to process only in colour. It will evolve. I uploaded a few to my website and it will constantly change until I feel I have it right. That might well be never. It certainly isn’t how I want it currently ! I need to go in and speak to shopkeepers, see if I can convince them to have a portrait taken outside their shop. I think that could be interesting.

Have you ever exhibit your work or having your work published in any kind ?

I’ve had work published, nothing very exciting, inclusion in some books. An editor of a photography magazine liked one of my Black and Whites enough to include it. No I haven’t exhibited. It has crossed my mind a few time. I know many who have and I’m sure it’s a worthwhile exercise. Perhaps one day there will be an exhibition or a book. It has to be far more than a vanity project though, there needs to be a demand from others, apart from anything else it could become very expensive.

Where can we find more of your work ?

My website – www.johnharperphotography.co.uk

Click here to see the Gallery of John Harper

 

~ o ~

John Harper : The Gentleman Photographer.

 

 

Bonjour John, nous nous sommes rencontrés sur 500px l’année dernière au moment où je commençais la Street Photography. Une des premières photos qui me vient à l’esprit quand je pense à votre travail est une photo d’Amélie, votre fille, que vous avez prise pendant qu’elle était assise près d’une fenêtre. Vous cherchiez un endroit agréable avec de la lumière pour faire une photo et elle vous a montré le chemin.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vous-même?

La première chose à dire est merci de m’avoir invité Jeff, c’est un honneur; La politesse et le respect sont deux valeurs qui me tiennent à cœur.
Je suis né en Angleterre et ne vivrais nulle part ailleurs. Je suis ce qui pourrait être décrit comme «débrouillard» – Des débuts humbles, mon père gérait des hôtels. Nous avons beaucoup déménagé, différentes villes et écoles. Il y a un processus d’apprentissage rapide lorsque vous êtes constamment «nouveau» dans la cour de récréation. Plus important encore, comment s’occuper de vous-même. J’ai quitté l’école à 15 ans, j’ai lavé des voitures, travaillé en tant qu’ingénieur, conducteur de chariot élévateur, manutentionnaire dans les supermarchés, serveur, barman. Tout ce qui est possible de faire, je l’ai fait. Par la suite, je suis retourné au lycée pendant un certain temps, j’ai suivi une formation en cuisine pour être chef, mais n’ai pas persévéré. A 22 ans, j’ai monté une petite entreprise avec un de mes amis, nous avons eu jusqu’à 35 employés. Cette aventure a duré 8 ans. A 30 ans, j’ai commencé seul une nouvelle entreprise, à petite échelle et 26 ans plus tard, çà continue de marcher fort (Aucune des affaires n’était liée à la photographie). Mon business était rôdé. Il est depuis géré par des membres de la famille me donnant plus de temps pour poursuivre mes propres centres d’intérêts. Je suis marié à une femme magnifique, j’ai quatre enfants merveilleux, 28, 26, 7 et 5 ans, trois petits-enfants et notre chien complète la famille. Donc, je suis un père, grand-père, un homme d’affaires, un photographe, un promeneur de chien et sûrement très chanceux ! J’ai aussi tendance à radoter, je vais essayer de garder mes réponses succinctes !

Vous souvenez-vous de votre premier appareil photo? Quand avez-vous commencé votre aventure en photographie?

Je ne me souviens pas de la marque, il m’a été donné par le petit ami de ma sœur (c’était un photographe passionné) il y a plus de quarante ans et c’était probablement un bon appareil photo. J’ai pris quelques pellicules, ma mère a gaspillé son argent en les développant car ils n’étaient pas été très bons (Rien de bien nouveau par rapport à aujourd’hui !) – c’est la beauté de la photographie numérique d’aujourd’hui bien que beaucoup de gens regrettent cet « âge d’or » de la photo argentique. Avec le numérique, on est libre de cliquer autant que l’on souhaite. Je me suis amusé à démonter les appareils pour voir les rouages de la mécanique, moins bon néanmoins pour les ré-assembler. Malheureusement, ils ont  fini dans la poubelle.

La plupart d’entre nous ont commencé leur aventure photographique en tant qu’enfants. La photographie est fascinante pour les jeunes. En tout cas elle l’a été pour moi . On clique et plus tard on voit le résultat de cet instant.  De la magie pure ! On vous offre la possibilité de revivre un de ces moments. Dans le monde occidental, tout le monde ou presque a déjà pris des photos à un certain moment de leur vie. Quand on s’y intéresse, on s’efforce de s’améliorer. J’ai presque toujours pris des photos, puis c’est devenu un passe-temps, puis une passion il y a environ huit ans. J’ai commencé à faire des portraits et fini par couvrir des mariages. Un parcours assez classique pour pas mal de gens je suppose.

Vous êtes un photographe professionnel. Comment pouvez-vous garder la motivation de photographier pour vous-même?

Photographe Pro ? Eh bien, je ne gagne pas ma vie grâce à la photographie, je suis payé pour mon travail, ça vient en complément de mes autres revenus. Je suis quelqu’un qui dans une situation donnée a la capacité de produire un ensemble de bonnes photos (pas seulement une photo à publier sur les réseaux sociaux) sous la pression et de me conduire d’une manière professionnelle. Je pense que certains  ne comprennent pas comment il est presque impossible aujourd’hui de gagner sa vie uniquement avec la photographie. Je sais qu’il y a ceux qui sont au sommet de leur art qui le font. Pour le reste d’entre nous, simples mortels, avec des familles à nourrir et des factures à payer, les prix ont diminué énormément ces dernières années, principalement à cause de la concurrence, la dévaluation de l’industrie et la saturation du marché d’une manière générale (L’abondance de l’offre photo sur le marché).

Quoi qu’il en soit, comment rester motivé pour faire des photos pour moi-même ?Je pense que c’est la même chose pour tout le monde je suppose. Je suis passionné par la photographie, je pense constamment à elle, en m’efforçant de toujours m’améliorer, toujours apprendre – c’est ce qui nous pousse constamment à appuyer sur le déclencheur.

Maintenant, avec les smartphones, tout le monde est un photographe, ce qui ne veut pas dire que tout le monde est un bon photographe. Considérez-vous que la qualité a été diluée?

Parce que quelqu’un a un appareil photo, ne signifie pas nécessairement qu’ils est un photographe. Cela s’applique aussi bien aux reflex numériques qu’aux Smartphones. Il y a de bons et de mauvais photographes, peu importe le matériel qu’ils utilisent pour capturer l’image. Je ne suis pas certain que la qualité globale ait changée. Si plus de personnes ont accès à un appareil photo, il va de soi qu’il doit y avoir plus de bonnes photos mais aussi de mauvaises photos de partagées. Une chose est certaine, il y a une énorme quantité de photos circulant sur Internet.

Avec quel type de photographie êtes-vous plus à l’aise?

Le portrait, en particulier les portraits de famille, je suis à l’aise et confiant, j’obtiens les résultats escomptés.

Par exemple, on m’a récemment demandé de photographier une belle jeune famille, l’un des enfants est autiste et ils n’avaient aucune photographie de lui. Ils avaient essayé une session studio avec un autre photographe qui a fini en catastrophe. Il ne peut pas rester immobile, fixer l’objectif ou montrer un quelconque signe d’affection. J’ai suggéré une promenade dans la campagne pour laisser les choses se produire naturellement, je savais que j’obtiendrais quelque chose. Une photo de lui faisant un câlin à sa mère pour la première fois en photo a bouleversé sa mère. J’ai versé une larme aussi. Je n’aurais pas pu immortaliser un tel moment si j’avais été hors de ma zone de confort.

Je sais que vous n’aimez pas parler d’équipement, pouvez-vous nous dire quel appareil photo vous utilisez et pourquoi?

Vous avez raison, je n’aime pas particulièrement. L’équipement ne fait pas beaucoup de différences, si vous êtes bon n’importe quoi fera l’affaire. Les bases de la composition, la recherche de la lumière et de l’émotion restent les mêmes, aucune appareil photo ne va faire cela pour vous.

J’ai eu quelques reflex numériques et beaucoup d’objectifs, focales fixes et zooms. Je me suis retrouvé à utiliser uniquement les focales fixes. J’ai également commencé à m’intéresser à la photographie de rue, ce qui serait difficile avec un gros reflex numérique Canon, son Grip et un objectif 70-200. Clairement, cela attirerait l’attention ce que j’essayais d’éviter. J’ai tout troquer contre un Leica M et trois objectifs principaux – 35mm f/2 Summicron,  50mm f/0.95 Noctilux et  90mm f/2 Summicron . J’ai toujours photographié en exposition manuelle , maintenant c’était aussi la mise au point manuelle. Ce qui a rendu le premier mariage que j’ai couvert assez intimidant. J’ai aussi quelques vieux  flashs Speedlites Canon si nécessaire dans mon sac, ils fonctionnent bien en mode manuel sur le Leica. Cependant j’utilise très rarement le flash. J’ai aussi un équipement de studio, les réflecteurs, la toile de fond backdrop etc… et les éclairages d’Elinchrom. Je possède aussi un trépied très agréable qui prend la poussière…

Vous avez une préférence pour les photographies en N&B. Pouvez-vous nous dire ce qui vous attire dans le monochrome?

J’adore la photo en noir et blanc. Tout le monde ne partage pas cette passion donc je dois fournir aux clients du travail en couleur. Je leur offre habituellement les deux. Couleur et N&B ont leurs avantages et pourtant le N&B apporte souvent un supplément d’âme à une photo. Ces minuscules nuances dans la lumière sont mises en avant. J’aime voir des gris aussi. N’oublions pas que les tons sont importants. Je crois que les portraits sont meilleurs en N&B, en ajoutant une certaine ambiance, c’est l’une des principales raisons pour laquelle j’aime le monochrome.

Si vous deviez définir votre style, lequel serait-il?

C’est une question délicate, c’est difficile à dire. J’ai un style. La plupart des gens qui me connaissent peuvent repérer une de mes photos. Je ne suis pas particulièrement créatif ou arty, je suis plus un photographe de type documentaire. Ma mère avait l’habitude de lire ces magazines de mode, Vogue par exemple, j’aimais regarder les photos et aussi celles de nos albums de famille. Evidemment tout cela m’a inconsciemment influencé, parce que si je devais le définir je dirais que j’ai un style à l’ancienne, classique.

Y a t-il des artistes (photographes ou pas) qui vous inspirent?

Presque tous les photographes que je vois m’inspirent en quelque sorte. Les plus grands et pratiquement tous les photographes Magnum bien sûr. J’admire le travail de Yousuf Karsh, André Kertesz, Bill Brandt, Don McCullin ….. la liste est sans fin.

Il y a aussi les héros méconnus de la photographie. J’ai une photo sur mon mur prise par un photographe d’un journal en 1961. On y voit mon père et ma sœur. Évidemment, il a été envoyé par le journal pour couvrir le cirque. Il aurait été facile de pointer son appareil photo vers les trapézistes virevoltant. Au lieu de cela il a choisi la foule et nous savons instantanément ce qu’ils regardent tous. Il capture l’instant, la mode du moment et évidemment mon père au milieu de la foule qui fixe l’objectif !

Quel est votre sentiment général sur les réseaux sociaux ? Une malédiction ou une bénédiction ?

Je n’ai aucun problème avec les réseaux sociaux, j’utilise Facebook. Ca peut être une «bénédiction», en particulier pour garder contact avec les membres de la famille et aussi pour d’éventuels futurs clients. Je me suis néanmoins retiré des sites de partage de photos. Photographier simplement pour des « like » sur Instagram,  500px etc… ne peut pas aider quelqu’un à devenir meilleur photographe. Pas de grandes déclarations de départ seulement pour ré-apparaître de nouveau la semaine suivante. Je viens de tous les supprimer. La photographie ne devrait pas être une compétition, ni ne devrait être une course aux « like » à mon avis. Nous devrions faire des photos pour nous-mêmes.  J’ai été désigné «photographe recommandé» par 500px et on m’a attribué d’office 97.000 followers (ridicule) et pourtant je suis parti ! Je comprends tout à fait pourquoi tant de personnes faisant de la photographie ont  besoin de montrer leur travail et c’est une raison très louable. Cependant, avec certaines personnes, c’est une drogue – peut-être qu’ils ont besoin de leur dose d’éloges quotidienne. Voici pour la «malédiction» – Désespérés au point de tenter d’attirer les projecteurs sur eux mêmes, certains en arrivent à troller d’autres personnes. Nous avons tous été témoins de ça. C’est à mon avis,  un aspect extrêmement triste et très négatif des réseaux sociaux. Cela dit, j’ai pu établir le contact et même rencontré des gens merveilleux à travers les plates-formes dédiées à la photographie.

Pour moi ce qui vous définit reste votre projet de documenter vos proches. Dites-nous en plus à ce sujet.

C’est un projet facile pour tout photographe. Les enfants s’expriment de façon fascinante, ils s’habituent à avoir un objectif pointé sur eux. Ils ne sont pas en quelque sorte conscient. Je peux capturer des moments d’une manière totalement naturelle. Je n’ai jamais été un adepte des photos d’enfants habillés comme au début du 20ème siècle avec une valise debout dans une gare – « Grand Cliché Central » ! Avec mes enfants je photographie les mêmes sujets encore et encore, il doit y avoir une tournure différente ou une perspective nouvelle. Cela m’aide énormément quand je fais un travail sur commande, parce que je suis devenu plus habile à travailler une scène.

Dernièrement, vous m’avez dit que vous aviez du mal avec votre Street Photography. Est-ce une sorte de manque d’inspiration ou autre chose?

Nous avons tous parfois des « Photographer’s Block ». Nous avons besoin de continuer à appuyer sur le déclencheur pour retrouver l’inspiration. Non, ce n’est pas la raison, je lutte avec la Street Photography parce que c’est une discipline si difficile. J’avais l’habitude de dire que si vous pouvez couvrir un mariage, alors vous êtes un crack ! Vous photographiez des gens, des portraits, de l’architecture, des paysages. Vous travaillez avec peu ou trop de lumière dans l’urgence avec une énorme pression du résultat. Ça c’était avant de m’essayer la Street Photography… Trouver une histoire et capturer le bon moment avec une bonne composition est si difficile. C’est très désordonné dans les rues, tant de choses se passent et peuvent vous faire manquer ou ruiner une photo, même si vous arrivez à trouver une situation intéressante !

Comment gérez-vous le manque d’inspiration?

Comme je l’ai dit plus haut, tout le monde est confronté au manque d’inspiration à un moment ou un autre. La seule solution est de sortir et continuer à appuyer sur le déclencheur jusqu’à ce que l’inspiration revienne. Finalement, les choses se remettent en place et notre photographie peut même se bonifier après une période de blocage.

Dites-nous plus sur votre « Leica biker Blog » ?

Le blog est quelque chose que je voulais faire principalement pour moi-même. Je suis à la fois extrêmement reconnaissant et surpris que des personnes le lise. Faire des sessions de portrait pour 30£ ne valait pas la peine. J’ai arrêté de chercher ce genre de contrats. J’ai une moto et un appareil photo, que j’aime beaucoup utiliser. J’aime aussi voir de nouveaux endroits et re-visiter ceux qui m’ont plu. Mettez cela ensemble et c’était une suite assez logique. Maintenant que le temps s’est amélioré, je vais être en mesure de voyager plus loin et j’espère écrire des articles intéressants.

Vous avez commencé un nouveau projet intéressant concernant la photographie de rue.

Je pense que chaque photographe devrait avoir une sorte de projet en cours. Il pourrait prendre deux semaines ou dix ans. Ça pourrait même être un projet d’une vie ou qui ne serait pas mené à terme.

Je veux faire quelque chose avec les devantures des petits commerces, en particulier au Royaume-Uni et je me force à photographier uniquement en couleur. Ça va évoluer, j’en ai mises quelques unes sur mon site Web et ça va changer constamment jusqu’à ce que je trouve le bon angle, ce qui pourrait aussi ne jamais arriver. Ce qui est sûr,  c’est que la forme actuelle ne me convient pas ! J’ai besoin d’aller parler aux commerçants et voir si je peux les convaincre de faire un portrait d’eux devant leur magasin. Je pense que cela pourrait être intéressant.

Avez-vous déjà exposé ou fait publier votre travail ?

J’ai eu des photos de publiées, rien de très excitant, dans quelques livres. Un rédacteur d’un magazine de photographie a aimé un de mes N&B, pour l’inclure dans une des éditions. Non, je n’ai jamais exposé. Ça a traversé mon esprit par moment. Je connais beaucoup qui l’ont fait et je suis sûr que c’est un exercice utile. Peut-être qu’un jour, il y aura une exposition ou un livre. Il doit y avoir une demande et non pas un projet pour satisfaire mon ego car ça pourrait devenir très coûteux.

Où pouvons-nous trouver votre travail?

Mon site web – www.johnharperphotography.co.uk

Cliquez ici pour accéder à la Galerie de John Harper.

 

Share Button

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "John Harper : The Gentleman Photographer."

avatar
  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
Lin Zee
Invité
Ah Mr H the togs tog! John has a very thoughtful and respectful air about him, a Gentlemen no doubt. I first came to know John though 500px and many other good photographer friends I might add, which then progressed to ‘friend’ status on social media aka Facebook. I found him to be very unassuming, constructive and supportive of my work. I often wondered why but I think he just has a genuine interest in people. There is nothing special about me. This is why I think makes him a great photographer of people in particular, the connection he makes… Read more »
John Harper
Invité

Those are extremely kind words Mr Z!
Jeff did a great job here of making me seem vaguely interesting…good questions and presentation from him help a huge amount.

Cheers Mr G…sorry, I mean H!