Meet Olivier DUONG, an Inspired Guy. 6


Olivier Duong ©

(Version française au bas de la page)

Here’s the guy who made me buy the Ricoh GRD IV. Reading his articles on this tiny Point & Shoot made me want to get one. I don’t have to regret it. Olivier is also the Co-founder of Inspired Eye. I had the opportunity to talk to him on skype and it was funny to see that we have a lot in common. Asian guys, video games lovers, two  little kids… Well the idea was to interview him. He’s used to be the interviewer. So let’s ask him some questions !

Hello Olivier, can you tell us more about yourself ?

Hey there, I am a Haitian-French-Vietnamese graphic designer and photographer ( It’s a mouthful I know!). Right now I and I live in Jeju, a small island on the south of South Korea.

I am a freelancer. I mostly shoot professionaly but sometimes do other stuff like design websites, I like to go with the flow. That is of course above the Inspired Eye website.

Olivier Duong ©

Tell us more about Inspired Eye. How came the idea of creating this community ?

One day I wrote an article about black and white photography, it was more of a rant really. My point was BW was not a magical button that makes any images better but was probably harder to do than color because there is no color to grab and hold the attention.

I wrote it and sent it to a photographer, Don Springer, I liked on the Ricoh forum. We really kicked it off and that’s how Inspired Eye was born. What we do is a symbiosis, yeah on paper he does X and I do Y, but we feed off our energy and ideas.

The goal of the whole project is to provide the tools and insights needed to grow as a photographer. It’s anti photography goo-roo bs and tries to offer clarity to grow and understand one’s work. That’s the goal at least, but judging from the feedback we get, we are hitting it.

Olivier Duong ©

Do you remember your first camera ?

Yes I do. There was this friend of the family, for some reason she’s always been way too generous to me. Like she gave me a TV a long time ago (they were worth something back then).

She gave me a camera for my birthday, I guess I was anywhere from 6 to 9 years old. It was a point and shoot camera. All I remember is her giving it to me and burning 3 rolls in 10 minutes. I also remember demanding more rolls from my dad right after.
My first images were interesting….all you could see were my fingers because I put them right in front of the lens.

As a camera related anecdote, I remember the first time I saw a dslr. My dad usually kept it in a drawer that shouldn’t be touched. I was phased by all the dials and the uber cool lens markings.

And as another camera related anecdote… years later my dad commented on how he had a small Leica. My eyes widened. He had one? Where was it? I started salivating thinking how I would get my greedy hands on it. Turns out it was in that drawer you should not touch…all of that stuff has been destroyed in an earthquake that hit Haiti. Why didn’t I search that drawer and « borrow » it as a kid?

Olivier Duong ©

You used to suffer from G.A.S (Gear Acquisition Syndrome) which made you a camera collector intead of using them. A common syndrome for photographers. You’re a repentant somehow. How did you get rid of it ?

Yes I had G.A.S. At the peak I bought a large format camera, hundreds of sheet film…and barely shot like 3 frames. To get rid of it, there’s good news and bad news. The good news is, GAS is not the problem, it’s the symptom of a problem. Bad news is, you won’t like what you need to do to get rid of it.

It has to do with the ego. It cannot stand standing by itself, it needs things to hide behind. Photographers hide behind cameras, graphic designers behind their Wacom tablets, you get the idea.

G.A.S happens because It’s easier to look for an external solution to an internal problem. It’s searching for relief by getting something new and shiny because it’s an instant way for the ego to feel better about itself.

If you have G.A.S, don’t beat yourself up about it.
You have to understand, people are prone to the lowest hanging fruit, to do the simplest most pleasurable thing. What’s more pleasurable, to look at your work in it’s face, to grow trough the process, or to get an immediate dopamine drip from getting some new piece of gear?

As a photographer instead of focusing on my images, I bought cameras. As a graphic designer instead of focusing on my designs I bought Wacom tablets, as an freelancer instead of focusing on managing my time I bought PDAs and productivity apps.

It’s something that is really deceptive because a purchase at the right time can enhance your work, but at the wrong time it delays progress. Life in general works this way. I am currently learning japanese, I don’t know much. But when I think of actually doing what I need to do to actually learn (like vocabulary), it is usually the time where I go download a new japanese app.

I consider G.A.S a convenient escape route. It allows you to disown yourself from your work, making excuses possible. The camera’s too big, the sensor is too small, there’s not enough fps. You get the point. It’s everything but you. To get rid of all that one simply needs to own it and face their work. Easier said than done for sure.

But once you stand on your work alone, you will have an unparalleled confidence in your abilities. Because you know you can deliver no matter what.

Olivier Duong ©

It’s a lot thanks to you that I bought a second hand Ricoh GRD IV. I don’t have to regret it. This camera doesn’t leave me any more and I shoot exclusively with him now. Can you tell us what continues to please you in this camera which is 6 years old (an eternity when it comes to technology)?

I hope Ricoh is reading. I have a small army that credits me for having them buy the Ricoh!
I have never found a better camera for ME. I tried to replace it many times but I couldn’t. The problem with all the other cameras is that they are not the GRD IV.
If my terminology sounds eerily like love talk, I noticed it too. That’s why I now believe in a sort of « The camera of your life ». You know when you found « the one » and want to get married? It’s the same concept but applied to a camera.
The camera doesn’t need to be perfect or loved by others, but when you have it, you are so in sync with it, you do things you wouldn’t be able to do with other cameras.
Not because other cameras are somehow limited, but more for psychological reasons. There’s a certain way I feel and work with that camera that I get from this camera alone. It’s a hard feeling to describe, and it’s a lot like trying to describe love. I get many emails about people just sending me their images because they are so happy about their GRD IV.
I didn’t feel like this with the GR. I felt like this with the GRD III but not the GRD II.
But without the feelings involved there is three reasons why. The first is the ergonomic. I have never held a camera where the ergonomic was so good, it makes you want to use the camera.
The second is the look. There is a certain GRDIV look to the images. You have to zoom in to see what I mean, there’s a certain feel to the images, the image isn’t just bland there’s a certain quality to it that I just can’t find anywhere else. That fits perfectly with my style because I don’t like bland images. I like them dark and dirty.
The last reason is how crazy good the raw files are. I was in Haiti, the sun was making everything contrasty. I wanted an image of this black fisherman. Expose for the sky and you’ll lose the guy in the exposure. Expose for the guy’s skin and you’ll lose the sky. I don’t remember what I did but back in Lightroom, there was both shadows and highlights present, I was impressed.

Olivier Duong ©

We all know that Ricoh will never release a new iteration of this camera. The GRD V will never see the light of day. The Digital line has been buried by the Ricoh GR and its APS-C sensor. If a GRD V was to come out, how would you see it?

The problem with doing something good is that there is tremendous pressure for you to do even better. It would be very hard to do better than the GRDIV, the only way you could do better is just to speed it up a bit, more buffer, wi-fi, etc.

Olivier Duong ©

When did you start to become more interested in photography?

A long time ago, I saw a friend with a drop dead sexy camera. I wanted it. I got it. My photography journey started with G.A.S believe it or not! But I didn’t stay there. I’m not particularly smart but If there is one thing I know for sure I’m good at, it’s figuring things out. I started asking myself questions. How did the camera work? What makes a good image? Why? And I went from there.

Olivier Duong ©

What does photography means to you ?

It has many aspects because I breathe photography. Part of it is self expression, part of it is because I remember with images better, part of it is a buffer between me and reality. It’s therapy and even a spiritual exercice.

But ultimately, if I had to sum up everything…for me photography is a response to life. There’s many things I can’t process, I don’t understand so I do the best I can: I photograph.

It’s between a revolt and an embrace of life. A birthday image of my son being engrossed in a new toy car, makes me appreciate life more. In Nicaragua this woman starts wailing showing me images of her deceased son, I don’t know what to do, I don’t know what to say, so I photograph. I see tears of joy, tears of pain, I see mud huts and I see mansions. All I can do is photograph.

Olivier Duong ©

What kind of photography are you more comfortable with?

Street photography and documentary without a doubt. I would love to shoot more documentary stuff but I have a wife and kids, so it’s not really possible. When it’s going to be my time to clock out of this world, no matter how much photography is part of my life, i won’t ask to see the images I made, or even the money I made but my family, so that’s why my documentary takes a back seat.
Street photography or as I think it should be called Life photography is what I do when there is no project going on. Now even that is taking a back seat because where I am in Korea, people are picky about their self image and I can get into deep trouble.

Olivier Duong ©

I don’t remember having seen quite a lot of color work of yours. You do have a preference for monochrome. Can you tell us what drawn you to B&W ?

They have a more timeless quality to them, and they romanticize reality better. If you see the color WWII images, they look real, while those in BW look like they aren’t. I started using color but never straight colors.

Olivier Duong ©

Photographers like Daido Moriyama or Alex Webb are recognizable by their photographic style, their signature. Think you have a style on your side ?

Yes I do. Part of me wants to point by point break it down in order to show what I mean, because I constantly do the same 5-7 things, but I won’t… because if I do, when someone looks at my images, they will try to see the parts when I want them to see the whole.

Olivier Duong ©

Besides, are there photographers or other artists who inspired you as a photographer ?

Probably my favorite photographer ever is Eugene Smith. Carravagio inspired me too. I do not know the extent of their inspiration.

The thing about inspiration is that you never can really account for it. You might have seen seen something as a kid and shazam! You are inspired years later. So I think inspiration is an open ended question.

Olivier Duong ©

You are the father of two young children. How did the arrival of these two newcomers change your life as an adult but also as a photographer?

I was going to the movies when my wife called me. I’m pregnant she said. I didn’t know what to say. I was in college, didn’t have a job, I felt like I wanted to dig a hole and put my head in it.

The coming of the first one lit a huge fire under my butt. I had to make this work. Fast. I jumped in cold turkey with my camera and try to make it as a professional. But that’s a story for another time.

They changed my life in many ways. It’s when they came around I realized my flaws. I believed I was a pretty decent guy, but then they came… I never knew I had so much boiled up anger inside me, it freaked me out. They make me, no they force me to become a better person for their sake.

I don’t really have shooting time anymore, so wherever I go my camera is in my pocket. That’s why my best work was mostly done with pocket cameras. I have very little time for myself so I shoot as I go.

They changed my priorities completely. There will always something to do, but they won’t always be there. And time flies when you have a child. It’s like 3x to 4x the normal speed.

Lately I’ve been learning to chill a bit with work. The number one regret of people who were on their death beds was that they worked too much and that they wish they spent time with their family members. Quite the regret to have. It reminds me of what one of the richest man in the world, Sam Walton, creator of Walmart said « I blew it ». He was rich, but he had let his relationships die down.

It’s a hard lesson to learn, there’s something inside the male that drives them to work, they want to protect their family, that is love to them. But the family is better served with quality time. A survey answer really hit is home for me. Turns out wives would rather eat bread everyday and be secure in their relationship more than anything else. And no amount of toys can replace quality time with kids.

Easier said then done for sure. By the way, my kid says he wants to be a photographer too, like his dad. And a mechanic, and a scientist, and a game designer…

Olivier Duong ©

Can you tell us a bit more about the Inspired Eye Method that you have set up recently? (It seems to me that it is no longer offered on the site?)

The Inspired Eye method, my online course is not available up front, there is a wait list for it. http://www.theinspiredeye.net/photography-course
Like I said above if there is something I have knack for it’s figuring things out, so I am very good at discovering patterns and systems. So along with my partner we broke down photography to its most basic components and show in the course how everything works. The way it’s set up is to make your subconscious work for you.
If you’ve ever played word search games, the method we use utilise the same principles of looking for and finding patterns.
When I started photography I got my hands on anything I could find, but I could never grow. Not because I didn’t have the tools, because I didn’t understand what I was doing. Once you understand how photography works, the growth is rapid.

What we teach in the course is pretty unique because it seeks to make you understand why. Recently I received an email from a guy who got the course. Get this, he couldn’t find our approach and concepts in books and face to face encounters he had from reputed photographers . He even spent 6 months in a famous photography college and he never even heard of stuff we speak about early in the course. Humbling stuff.

Olivier Duong ©

You are currently living in South Korea. This is a pretty radical change after Florida ! What motivated this departure for Asia ?

When I told people I would move halfway around the world in a place I knew no one with two kids they said I was crazy. Maybe I am but I think I’m just unconventional. The defined path seemed to me to be: Go to school, get good grades, get a job, get married, etc. I never wanted that.

It’s something that I touch upon in the course, photography is plastic, all I can do is provide everyone with the tools they need to be their own photographer. Life is a large part plastic too. I was always unconventional growing up, because I was the only Asian along with my dad in my hometown. I was called « Chinwa! » meaning Chinese everywhere I went. Growing up not being able to fit in make me comfortable doing unconventional things like moving for no particular reasons.

And I am not alone:
I just met these people. They sail all over the world on a boat, they pick up random people from around the world like Japanese and French and they just go wherever. They make their money by performing in the streets.

Or take this American family I know. Their kid was born in Germany, they moved to teach in Korea, they are leaving for China and probably will end up in Russia. Wife speaks fluent Russian amongst other languages. They just bicycled all over Japan for 2 weeks with their toddler in the back.

And unconventional doesn’t have to mean radical, it could just be unconventional compared to how you were before. We had a member of ours that sold his house, and is ready to learn how to be a photography teacher in another state.

Or this other member that just started his food truck business after being on the education field for a long time. Motivational stuff.

What motivated the trip? I don’t really know, I always wanted to live in Asia. I could wait until the time is right (it never is) or just jump on the opportunity to do so. I chose option 2.

My kids were too little so I was a bit anxious about Vietnam, Korea was a good compromise being a developed Asian country. Now that they are a bit older, I’m thinking about Vietnam again.

Olivier Duong ©

You told me that you were working on a project, that of documenting the divers on the island of Jeju in South Korea. Can you tell us more ?

I have 2 projects going on. The first is the women divers of Jeju. It’s really in it’s infancy. These are women who don’t take crap from anyone. Got to find some who are willing be photographed first.
They are probably sick and tired to be treated as human zoo, so I need to spend time getting close first.

Second is a cyberpunk project. I used to play japanese PC games as a kid (that inspiration thing again!), and one thing that always struck me was the graphical style. Always made my heart tingle, so much so I wanted to marry a Japanese girl and move to Japan. I didn’t move yet, and I am already married but when I went to Japan, I was struck to see how « real » the games were.

They did capture the feel of Japan well. Now as a photographer I wanted to recreate the scenes I saw as a kid.

Olivier Duong ©

Where can we find more of your work ?

To see more images that’s on my website. http://www.olivierduong.com
But where I am most active is Inspired Eye, where I have a very popular newsletter you can join there. http://www.theinspiredeye.net
Thanks for the great interview !

Be yourself stay focused and keep on shooting.

~ o ~

A la rencontre d’ Olivier DUONG, la moitié d’INPIRED EYE.

 

Olivier Duong ©

Voici le gars qui m’a fait acheter le Ricoh GRD IV. C’est en lisant ses articles sur ce petit Point & Shoot que j’ai eu envie d’en acheter un. Je n’ai pas à le regretter. Olivier est également le co-fondateur d’Inspired Eye. J’ai eu l’opportunité de lui parler sur Skype et c’était amusant de voir que nous avions beaucoup en commun. Un gars asiatique, amateur de jeux vidéos, deux enfants en bas âge … Eh bien, l’idée était de l’interviewer. Il a l’habitude d’être de l’autre côté. Allons lui poser quelques questions !

Hello Olivier, peux tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Hé, je suis un graphiste et photographe haïtien-français-vietnamien (c’est beaucoup je le reconnais !). À l’heure actuelle, je vis à Jeju, une petite île situé en Corée du Sud.
Je travaille en freelance. Je fais de la photo sur commande, mais parfois aussi d’autres choses comme de la conception de sites Web. J’aime bien prendre les choses comme elles viennent. C’est bien sûr en plus du site Web Inspired Eye.

Olivier Duong ©

Comment est venue cette idée de créer cette communauté qu’est Inspired Eye ?

Un jour, j’ai écrit un article sur la photographie en noir et blanc. J’étais remonté sur le fait que certaines personnes considéraient que le N&B était un bouton magique qui rendait les images meilleures par magie. Pour moi c’était probablement plus difficile à faire que la couleur car il n’y a pas de couleur qui capte l’attention.

Je l’ai écrit et envoyé à un photographe, Don Springer, que j’aimais bien sur le forum Ricoh. C’est à ce moment qu’est né et que Inspired Eye a pris son envol. Ce que nous faisons, c’est une symbiose. Je suis l’Alpha et lui l’Omega et nous nous nourissons de notre énergie et de nos idées.

L’objectif de l’ensemble du projet est de fournir les outils et les idées nécessaires pour grandir en tant que photographe. Nous ne sommes pas des Gurus et on essaie d’aider les gens à grandir et comprendre leur travail. C’est l’objectif, mais à en juger par les retours que nous obtenons, le moins qu’on puisse dire, c’est que les résultats vont au delà de nos espérances !.

Olivier Duong ©

Te rappelles tu de ton premier appareil photo ?

Oui. Il y avait cette amie de la famille. Pour une raison que j’ignore, elle a toujours été très généreuse avec moi. Elle m’a même offert une télévision il y a longtemps (ça coûtait terriblement cher à l’époque).

Elle m’a offert un appareil photo pour mon anniversaire, je devais avoir entre 6 et 9 ans. C’était un appareil type « point & shoot ». Tout ce dont je me souviens, c’est après qu’elle me l’ait donné, j’ai grillé 3 péloches en 10 minutes. Je me souviens aussi d’avoir exigé plus de pellicules de mon père tout de suite.
Mes premières images étaient intéressantes … On ne pouvait voir que mes doigts parce que je les avais placés juste devant l’objectif !

Une anecdote, je me souviens de la première fois que j’ai vu un réflex. Mon père le conservait généralement dans un tiroir qui m’était interdit. J’ai été petit à petit fasciné par les boutons, cadrans et autres inscriptions super cool sur les objectifs.

Autre anecdote sur les appareils … Des années plus tard, mon père m’a dit qu’il avait un petit Leica. Mes yeux se sont écarquillés. Il en avait un ? Où était-il ? J’ai commencé à saliver en pensant que je pourrais mettre les mains dessus. Il s’avère qu’il était dans le tiroir que je ne devais pas toucher … Le même qui a été détruit lors d’un tremblement de terre qui a frappé Haïti. Pourquoi n’ai-je pas désobéi à la consigne et fouillé dans ce tiroir  pour emprunter ce Leica ?

Olivier Duong ©

Il me semble que tu as souffert pendant un moment du G.A.S (Gear Acquisition Syndrome) qui te faisait plus collectionner les appareils photos que les utiliser. Un syndrome assez courant chez pas mal de photographes. Tu es un repentis en quelque sorte. Comment en guéris t-on ?

Oui, j’ai souffert du G.A.S. J’ai atteint le pic en achetant un grand format, des centaines de films en feuille … et à peine tiré sur 3 photos. Pour s’en débarrasser, il y a de bonnes et mauvaises nouvelles. La bonne nouvelle est que G.A.S n’est pas le problème, c’est le symptôme d’un problème. La mauvaise nouvelle est que vous n’aller pas aimer ce qu’il faut faire pour vous en débarrasser.

C’est un problème d’égo. Le G.A.S cache autre chose. Les photographes se cachent derrière leurs appareils photo, les graphistes derrière leurs tablettes Wacom, vous voyez le truc.

Le G.A.S se produit parce qu’il est plus facile de rechercher une solution externe à un problème interne. C’est vouloir obtenir un nouveau jouet parce que c’est un moyen immédiat pour que l’ego se sente mieux.

Si vous avez le G.A.S, ne vous mettez pas martel en tête.
Vous devez comprendre. C’est tellement plus facile de tenir son matériel responsable de la pauvreté de son travail ou de son manque d’inspiration. Quoi de plus agréable, regarder votre travail en face, s’améliorer à travers le processus, ou obtenir immédiatement de la dopamine en achetant un nouveau matériel ?

C’est quelque chose qui est vraiment trompeur parce qu’un achat au bon moment peut améliorer votre travail, mais au mauvais moment, il peut retarder vos progrès. La vie en général fonctionne de cette façon. Je suis en train d’apprendre le japonais, je ne maîtrise pas beaucoup. Mais quand je pense réellement faire ce que je dois faire pour apprendre (comme le vocabulaire), c’est généralement le moment où je vais télécharger une nouvelle application japonaise.

Je considère le G.A.S comme une façon de se défausser. Il vous permet de vous renier de votre travail, en permettant des excuses. L’appareil photo est trop grand, le capteur est trop petit, il n’y a pas assez de fps (frame per second). Vous voyez ! C’est tout sauf toi. Pour se débarrasser de tout cela, il suffit de le maîtriser et de faire face à son travail. Plus facile à dire qu’à faire.

Mais une fois que vous pourrez mettre votre travail en avant, vous aurez une confiance inégalée dans vos capacités. Parce que vous savez ce que vous pouvez faire, peu importe le matériel.

Olivier Duong ©

C’est beaucoup grâce à  toi que je me suis acheté un Ricoh GRD IV d’occasion. Je n’ai pas à le regretter. Cet appareil ne me quitte plus et je ne shoote qu’exclusivement avec lui maintenant. Peux tu nous dire ce qui continue de te plaire dans cet appareil qui rappellons le est vieux de 6 ans (une éternité dans le monde de la technologie) ?

J’espère que Ricoh lit ce que j’écris ! J’ai une petite armée qui me remercie de les avoir fait acheter cette marque !
Je n’ai jamais trouvé un meilleur appareil photo pour moi. J’ai essayé de le remplacer plusieurs fois mais je ne pouvais pas. Le problème avec toutes les autres appareils est qu’ils ne sont pas le GRD IV.
Ma terminologie ressemble étrangement à de l’amour, je l’ai remarqué aussi. C’est pourquoi je crois maintenant, dans une sorte d’ «appareil photo de votre vie». Vous savez quand vous avez trouvé « l’âme soeur » et souhaitez vous marier? C’est le même concept mais appliqué à un appareil.
Il n’a pas besoin d’être parfait ou aimé par d’autres, mais lorsque vous l’avez, vous êtes tellement en symbiose, vous faites des choses que vous ne pourriez pas faire avec d’autres matériels.
Non pas parce que d’autres appareils photo sont en quelque sorte limités, mais plus pour des raisons psychologiques. Il y a une façon unique de sentir et de travailler avec cette appareil. C’est un sentiment difficile à décrire, et c’est comme essayer de décrire l’amour. Je reçois beaucoup de messages de personnes qui m’envoient leurs images, car ils sont tellement heureux avec leur GRD IV.
C’est le même sentiment que j’ai eu avec le GRD III. Ni le GRD II, ni le GR (APS-C sensor) ne m’ont jamais procuré le même plaisir.

Mais sans les sentiments impliqués, il y a trois raisons pour lesquelles j’adore cet appareil photo. La première est l’ergonomie. Je n’ai jamais eu d’appareil où l’ergonomie était si bonne.
La seconde est l’image. Il existe un certain rendu GRDIV sur les images. Vous devez zoomer pour voir ce que je veux dire, l’image n’est pas simple, il y a une certaine qualité que je ne peux pas trouver ailleurs. Cela correspond parfaitement à mon style car je n’aime pas les images trop cliniques. Je les aime sombres et sales.
La dernière raison est de savoir que les fichiers RAW sont hallucinants. J’étais à Haïti, le soleil faisait tout contraster. Je voulais une image de ce pêcheur noir. Exposez pour le ciel et vous allez perdre le gars qui sera tout sombre. Exposez-vous pour la peau du mec et vous allez perdre le ciel. Je ne me souviens pas de ce que j’ai fait, mais dans Lightroom, il y avait à la fois des ombres et des hautes lumières présents, j’ai été impressionné.

Olivier Duong ©

On sait tous que Ricoh ne sortira jamais une nouvelle itération de cette appareil. Le GRD V ne verra jamais le jour. La ligne Digital a été enterrée par le Ricoh GR et son capteur APS-C. Si un GRD V devait sortir, comment le verrais tu ?

Le problème d’avoir fait un appareil si bon est qu’il y a une énorme pression pour que vous fassiez encore mieux. Il serait très difficile de faire mieux que le GRD IV, la seule façon de faire mieux est juste de le booster un peu, un meilleur buffer, wi-fi, etc…

Quand as tu commencé à t’intéresser plus particulièrement à  la photographie ?

Il y a longtemps, j’ai vu un ami avec un putain d’appareil photo. Je le voulais. Je l’ai eu. Mon voyage photographique a débuté avec le G.A.S croyez-le ou non! Mais je ne suis pas arrêter à ça. Je ne suis pas particulièrement intelligent, mais s’il y a une chose où je suis fort, c’est comprendre comment ça marche. J’ai commencé à me poser des questions. Comment fonctionne l’appareil photo? Qu’est-ce qui fait qu’une image est bonne ? Pourquoi ? Et je suis parti de là.

Que représente la photographie pour toi ?

Ça représente beaucoup car je respire « la photographie ». Une partie de l’expression est l’expression personnelle, parce que je me souviens mieux des moments avec les images, une partie de celle-ci est un tampon entre moi et la réalité. C’est une thérapie et même un exercice spirituel.

Mais finalement, si je devais résumer … pour moi, la photographie est une réponse à la vie. Il y a beaucoup de choses que je ne peux pas faire, que je ne comprends pas, alors je fais de mon mieux : je photographie.

C’est entre une révolte et une étreinte de la vie. Une image d’anniversaire de mon fils étant absorbée par une nouvelle petite voiture, me fait plus apprécier la vie. Au Nicaragua, cette femme commence à pleurer en me montrant des images de son fils décédé, je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas quoi dire, alors je photographie. Je vois des larmes de joie, des larmes de douleur, je vois des huttes de boue et je vois des manoirs. Tout ce que je peux faire est de photographier.

Olivier Duong ©

Avec quel type de photographie es-tu le plus à l’aise ?

La photo de rue et la photo documentaire sans aucun doute. J’aimerais faire plus de photo documentaire, mais j’ai une femme et des enfants, donc ce n’est pas vraiment possible. Quand mon heure viendra de quitter ce monde, peu importe la place que prend la photographie dans ma vie, je ne demanderai pas à voir les images que j’ai faites, ni même l’argent que j’ai amassé, mais ma famille. C’est pourquoi la photo documentaire n’a qu’une place sur un strapontin.
La photographie de rue ou comme je pense que cela devrait s’appeler la « photographie de vie » est ce que je fais quand il n’y a pas de projet en cours. Là où je suis en Corée, les gens sont assez tatillon à propos de leur image personnelle et je peux avoir de sérieux problèmes.

Olivier Duong ©

Il me semble avoir vu très peu de photos de toi en couleur. Tu as une préférence pour le monochrome. Peux tu nous dire ce qui t’attire dans le N&B ?

Ils ont ce côté intemporel, une certaine façon de donner une version romantique à la réalité. Si vous voyez des images de la Seconde Guerre mondiale en couleur, elles ont l’air réelles, tandis que celles de BW semblent ne pas l’être. J’ai commencé à utiliser des couleurs mais jamais des couleurs réalistes.

Olivier Duong ©

Des photographes comme Daido Moriyama ou Alex Webb sont reconnaissables à leur style photographique, leur signature. Penses tu avoir aussi de ton côté un style ?

Oui. Une partie de moi aimerait décortiquer mes photos et montrer ce que je veux dire, parce que je fais constamment les mêmes 5-7 choses, mais je ne le ferais pas … Parce que si je le fais, quand quelqu’un regardera mes images, il essaiera de voir ces éléments alors que je veux qu’ils voient l’ensemble.

Olivier Duong ©

D’ailleurs y a t’il des photographes ou autres artistes qui t’ont inspiré en tant que photographe ?

Probablement mon photographe préféré est Eugene Smith. Carravagio m’a aussi inspiré. Je ne connais pas l’étendue de leur inspiration.
L’inspiration est que vous ne pouvez jamais vraiment en tenir compte. Vous avez peut-être vu quelque chose enfant et Bam ! Vous êtes inspiré des années plus tard. Je pense donc que l’inspiration est une question ouverte.

Olivier Duong ©

Tu es le père de deux jeunes enfants. Comment l’arrivée de ces deux nouveaux venus a bousculé ta vie en tant qu’adulte mais aussi en tant que photographe ?

J’allais au cinéma quand ma femme m’a appelé. Je suis enceinte, elle a dit. Je ne savais pas quoi dire. J’étais à l’université, je n’avais pas d’emploi, j’avais envie de creuser un trou et y mettre ma tête.
L’arrivée du premier m’a mis une pression énorme. Je devais faire fonctionner cela. Vite. J’ai attrapé mon appareil photo et j’ai essayé de le faire comme un professionnel. Mais cette histoire c’est pour une autre fois.
Ils ont changé ma vie de plusieurs façons. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte de mes défauts. Je croyais que j’étais un homme assez cool, mais alors ils sont venus … Je ne savais pas que j’avais tellement de colère en moi, cela m’a fait peur. Ils me font, non, ils me forcent à devenir une meilleure personne pour leur bien.
Je n’ai plus de temps shooter comme je veux, alors, partout où je vais, mon appareil photo est dans ma poche. C’est pourquoi mon meilleur travail a été effectué principalement avec des point & shoot. J’ai très peu de temps pour moi, alors je shoote quand l’occasion se présente.
Ils ont complètement changé mes priorités. Il y aura toujours quelque chose à faire, mais ils ne seront pas toujours là. Et le temps passe quand vous avez un enfant. C’est comme 3 ou 4 fois la vitesse normale.

Dernièrement, j’ai appris à me détendre un peu avec le travail. Le premier regret des personnes qui étaient sur leur lit de mort était qu’ils travaillaient trop et qu’ils souhaitaient avoir passé plus de temps avec les membres de leur famille. Le genre de regret qu’on ne souhaite pas. Cela me rappelle l’un des hommes les plus riches au monde, Sam Walton, créateur de Walmart, a déclaré: «I blew it !». Il était riche, mais il avait laissé mourir ses relations.

C’est une leçon difficile à apprendre, il y a quelque chose dans l’homme qui le conduit à travailler. Il veut protéger sa famille, c’est à sa façon montrer son amour. Mais passer du temps en famille est bien mieux. Une réponse à  une enquête m’a vraiment touchée. Il s’avère que les épouses préfèrent manger du pain tous les jours et être en sécurité dans leur relation plus que toute autre chose. Et aucun jouet ne peut remplacer le temps passé avec ses enfants.

Plus facile à dire qu’à faire. En passant, mon enfant dit qu’il veut aussi être photographe, comme son père. Aussi mécanicien, scientifique et concepteur de jeux vidéos …

Olivier Duong ©

Peux tu nous en dire un peu plus sur la Méthode Inspired Eye que vous avez mis en place récemment ? (Il me semble qu’elle n’est plus proposée sur votre site ?)

La Méthode Inspired Eye, mon cours en ligne n’est plus disponible pour le moment. Il y a une liste d’attente pour ça.

http: //www.theinspiredeye.net/photography-course.

Comme je l’ai dit plus haut, s’il y a quelque chose que j’ai toujours adoré, c’est comprendre comment les choses marchaient. Je suis donc assez bon pour décortiquer les modèles et les systèmes. Donc, avec mon partenaire (Don Springer), nous avons démonter la photographie pour la résumer à ses composants les plus élémentaires et nous montrons comment tout ça fonctionne. Nous l’avons fait de telle façon à permettre votre subconscient d’assimiler tout ça pour vous.
Si vous avez déjà joué aux mots croisés, la méthode que nous utilisons utilise les mêmes principes de recherche.
Quand j’ai commencé la photographie, j’ai mis la main sur tout ce que je pouvais trouver, mais je ne pouvais pas grandir en tant que photographe. Non pas parce que je n’avais pas les outils, mais parce que je ne comprenais pas ce que je faisais. Une fois que vous comprenez comment fonctionne la photographie, la progression est rapide.

Ce que nous enseignons dans le cours est assez unique car il cherche la réponse à « pourquoi ». Récemment, j’ai reçu un courriel d’un gars qui a suivi le cours. « Allez y ! » concluait il ! Il n’avait pas pu trouver notre approche et nos concepts ni dans les livres ni dans les rencontres qu’il avait pu avoir avec des photographes réputés. Il a même passé 6 mois dans une célèbre école de photographie et il n’avait jamais entendu parler de choses dont nous parlons dans le cours. Il en était reconnaissant.

Olivier Duong ©

Tu vis actuellement en Corée du Sud. C’est un changement assez radical après la Floride ! Qu’est ce qui a motivé ce départ pour l’Asie ?

Quand j’ai dit aux gens que je déménageais de l’autre côté du monde dans un endroit où je ne connaissais personne avec mes deux enfants, ils m’ont dit que j’étais fou. Peut-être que je le suis, mais je pense surtout que je ne suis pas conventionnel. La voie classique aurait été : aller à l’école, obtenir de bonnes notes, obtenir un emploi, me marier, etc. Je n’ai jamais voulu ça.

C’est quelque chose dont je parle dans le cours, la photographie est un objet malléable, tout ce que je peux faire est de fournir à tous les outils dont ils ont besoin pour être photographe. La vie est également une partie importante de cette partie malléable. J’ai toujours été un peu en marge, parce que j’étais le seul asiatique avec mon père dans ma ville natale. J’étais appelé « Chinwa! » C’est-à-dire chinois partout où je suis allé. En grandissant ainsi, c’est devenu assez naturel de ne pas agir de manière conventionnelle comme bouger de l’autre côté du monde sans raisons particulières !

Et je ne suis pas seul !
Je viens de rencontrer des personnes qui naviguent partout dans le monde sur un bateau. Ils prennent à bord des gens du monde entier comme des japonais et des français et ils naviguent juste là où leur bateau les mènent. Ils gagnent un peu d’argent en faisant des petits spectacles dans les rues.

Ou prenez cette famille américaine que je connais. Leur enfant est né en Allemagne, ils ont déménagé pour enseigner en Corée. Ils partent pour la Chine et vont probablement finir en Russie. L’épouse parle couramment le russe entre autres langues. Ils ont parcouru le Japon  à vélo pendant 2 semaines avec leur petit enfant dans le dos.

Non conventionnel, ne veut pas dire radical. C’est juste pas conventionnel par rapport à ce que vous étiez avant. Nous avons eu une connaissance qui a vendu sa maison et est prêt à apprendre à être un professeur de photographie dans un autre état.

Ou cet autre membre qui vient de commencer son activité de Food Truck après avoir été dans le domaine de l’éducation pendant longtemps. Des choses motivantes.

Qu’est-ce qui a motivé ce voyage ? Je ne sais pas vraiment. J’ai toujours voulu vivre en Asie. Je pourrais attendre le moment venu (ce n’est jamais le bon moment) ou simplement saisir cette opportunité de le faire. J’ai choisi l’option 2.

Mes enfants étant trop petits, j’étais un peu angoissé au sujet du Vietnam. La Corée était un bon compromis étant un pays asiatique développé. Maintenant qu’ils sont un peu plus âgés, je reconsidère le Vietnam.

Tu m’as dit que tu travaillais sur un projet, celui de documenter les plongeuses sur l’île de Jeju en Corée du Sud. Peux tu nous en dire plus ?

J’ai 2 projets en cours. Le premier concerne les femmes-plongeuses de Jeju. J’en suis encore aux balbutiements. Ce sont des femmes qui ne sont pas facile à approcher. Il faut déjà trouver certaines qui sont prêtes à se laisser photographier en premier.
Elles en ont sûrement marre d’être traitées comme des bêtes de foire, alors j’ai besoin de passer du temps avec elle pour me rapprocher d’abord.

Le second est un projet cyberpunk. Enfant, j’avais l’habitude de jouer à des jeux vidéos japonais (cette inspiration liée à l’enfance à nouveau), Et une chose qui m’a toujours frappé était le style graphique. Ça m’a toujours fait vibrer, si bien que je voulais épouser une fille japonaise et aller au Japon. Je ne me suis toujours pas installé au Japon, et je suis déjà marié. Mais quand je suis allé au Japon, j’ai été frappé de voir comment les jeux vidéos disaient vrai à propos de ce pays !

Ils ont bien saisi l’âme du Japon. Maintenant, en tant que photographe, je voulais recréer ces scènes que j’ai vues quand j’étais enfant.

Olivier Duong ©

Où peux t-on trouver ton travail ?

Sur mon site pour voir plus d’images. http://www.olivierduong.com
Mais là où je suis le plus actif :  Inspired Eye, où j’ai un bulletin d’information très populaire, vous pouvez y adhérer. http://www.theinspiredeye.net
Merci pour ton excellente interview !

Be yourself, stay focused and keep on shooting !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Meet Olivier DUONG, an Inspired Guy.

  • John Harper

    That was a fascinating interview Jeff. Extremely interesting questions posed, answered with some very wise words from Olivier. It was coupled with superb photographs, evidently Olivier knows his stuff and I feel all the better for seeing them…

    • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

      I love his approach of Street Photography ! Sure it’s about Street, but a lot about life. We operate in the streets of cities but definitely we’re trying to find ourselves in this processing. I surprise myself recently acting less like a hunter but more like a flanneur when I’m out. I’m aware of some stuff catching my attention but I just go with the flow. This is an echo to my article « Let the photographs find you ».

  • Lin Zee

    I like his philosophy the way he thinks it’s just refreshingly different. His images show that too.

    Must be his cultural background/genes/heritage whatever but is totally unique.

    Great interview mate really in depth!

    • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

      That’s it Lin ! It’s all about his philosophy. Photography is a way of living. Some might say that it’s just a hobby, but sometimes it becomes more than that. We can feel in his words that he litteraly breathes photography. I like when he said « Life Photography ». It’s not about Street, recording his memories with his own family, documentary. It’s all about Life !

  • Bruno

    Merci Jeff pour cet excellent reportage ! C’est très intéressant d’apprendre pleins de choses sur Olivier DUONG. De part son blog et ses magnifiques photographies qui l’illustrent, il est un des photographes qui m’a toujours motivé à progresser dans l’utilisation de mon GRD.
    Pour en revenir à ta question sur un hypothétique GRDV, j’aurais souhaité de la part de Ricoh qu’ils conçoivent un GRDIV un poil plus gros pour y caser un capteur 1″. Un jour peut-être ?
    😉

    • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

      Pour avoir discuté avec Olivier, c’est une longue histoire d’amour aussi entre lui et ce petit Ricoh. Nous ne sommes pas les seuls 😉 J’ai adoré faire cette interview et surtout les réponses d’Olivier. Ce sont des réponses très sincères et très personnelles. c’est pour ça que je pense que l’interview est intéressante.