Under the blue sky of Australia. 4


(Traduction française au bas de la page)

I first discovered her work on World Street Photography platform. Believe me or not, but she started shooting in B&W. Her transition to color was a newborn. What I like specially about her work is her crazy point of view on the world and the vivid colors of her photographs. Let me introduce you  to Julia Coddington from Australia ! 

Hey Julia, just before we start, can you tell us more about yourself ?

I am a self taught street photographer living in a small coastal village south of Sydney, Australia. In the last few years, street photography has become a big part of my life and I can’t seem to get enough of it! I am also a landscape architect, parent of a several children and avid traveller. When I take a photo I love, and others love, I feel a great sense of achievement which fills me with confidence. Every now and then however, like most of us my confidence takes a dive and I have to pick myself up. The best cure of course is to go somewhere new and exciting.

What does street photographymean to you?

Street photography for me is like an addiction. And with any addiction there are highs and lows. It’s about inserting yourself into a situation and becoming invisible. Observing people, their interactions, shapes, movement, colours, light and shadows. It’s about ‘seeing’ these things and capturing them. What I love most is to lose myself in my invisibility and meld into the scene. Its almost a fugue-like state, like Im not there, or like a fly on the wall, or wearing and invisibility cloak. And this state is what fuels the addiction.

How did you get involved with street photography?

Like all street photographers I find people endlessly fascinating. People-watching has always been a favourite past time and since discovering street photography I no longer sit and watch, but watch and capture.

In the 80s I lived in Indonesia for a while and armed with an Olympus OM10 enjoyed wandering the streets taking photos. I didnt realise at the time that what I was doing was street photography.

In 2008 I got my first iPhone and this is probably when I got really hooked after discovering I could discreetly take candid photos of random people in the street. In the last couple of years my partner and I have travelled quite a bit and actively sought out great places for street.

What is the most challenging part about being a street photographer?

Finding interesting places to shoot! And when you live in a small coastal community this is always a challenge. So often on the weekends my partner Gerry Orkin (also a street photographer) and I hop on the train and head for Sydney – where there a a few more (several million) people.

It’s also a challenge to keep up with the Joneses. Street photography is evolving rapidly as more and more people discover it. You need to be very active, post constantly and not be complacent. Sometimes this is difficult when you are feeling uninspired.

Is it an advantage or disadvantage being a female shooting streets?

Both.

I think my ability to become invisible is very much about being a woman. Im not a threat. Im not obvious. Im a woman in my 50s. And Im small. I dont stand out. No one really looks at me or notices me. As a woman its easier for me to take photos of children. And in this sense, it’s an advantage being a women. Especially a small one. I can get up very close – right up under people’s noses and they don’t notice me!

But it is also a disadvantage being a women street photographer in a very competitive, male dominated field. This will change a little over time. It helps to be part of supportive all women groups such is @womeninstreet.

Who are some of your favorite street photographers, and how did they influence you?

But there are SOOOOOO many!

Of course many of the street photographer Mastersinspire me and got me startedElliot Erwitt (perhaps my favourite), Shirley Baker, Joel Meyerowitz, Diane Arbus, Mary Ellen Mark, Saul Leiter, Alex Webb, Henri Cartier Bresson, Vivian Maier, Martin Parr, Garry Winogrand.

But most of my inspiration comes from contemporary street photographers and of course from my fellow street photographers. Theyre the ones who truly inspire me.

Some influential ones include:

Masters of clever and quirky street photos such as Jack Simon , Julie Hrudova, Muhammad Imam Hasann, Peter Kool and Ashnolo.

Israeli photographers such as Gabi Ben Avraham, Ilan Burla, Ilan Ben Yehuda and Alex Bronfer for their use of strong, underexposed colour and their ability to get very close.

Willem Jonkers who inspired me to experiment using a low POV to create a Gulliver effect.

There are several inspiring flashers such as the amazing Dougie Wallace, Michelle Groskopf for her beautiful detailed ‘moments’, Elisa Tomaselli, Salvatore Matarazzo and Boris the Flash.

Masters of shadows and silhouettes such as Vasco Trancoso and Antonio E. Ojeda.

Australian photographers Narelle Autio for her vibrant images of the Australian beach and Sam Ferris for mastering Sydney’s light.

I just love Graciela Magnonis work! What more can I say.

Bangkok based street photographers including Maciej Dakowicz, Rammy Narula, Tavepong Pratoomwong and Larry Hallegua.

Indian street photography masters Swapan Parekh, Vineet and Rohit Vohra.

Ernesto Bazan is an Italian documentary photographer whose work we first saw at an exhibition in New York. I love his South American based projects and would love to do one of his workshops.

Reuven Halevi produces beautiful work.

Dani Oshi and Edas Wong for simplicity, close detail but strong, clever image.

Gisele Duprez for her fabulous beach photos. She manages to capture personalities and humour.

Yoriyas Yassine Alaoui Ismaili for his clever juxtapositions.

I listen to a lot of street photography podcasts, read blogs, magazines, watch videos, and actively look at what people are posting online. It helps that I have a partner who is also a street photography nerd.

Do you have a style in your photos that separates you from other street photographers?

Like all street photographers I like to play around and experiment with street photography cliches inspired by those people mentioned above…just to prove I can do that too!

But I think my style is inspired a lot by the Australian environment – the strong light, colours and of course the blue sky which is ever present. I like to create clean photos without clutter that stand out for their colour, shapes and movement. We dont have interesting buildings and coloured backgrounds where I live so I have use our beautiful blue of the sky to create a background across which colourful shapes float.

I have a project based at the local ocean swimming pool. I love hanging out down at the pool where people from the local community and elsewhere gather, and it very much reflects the culture of the place where I live. It is quite an intimate place, where people are exposed in their near nakedness and everyone becomes equal. Culture and class becomes irrelevant. Everyone enjoys this special place and I love to capture that energy. There is a physical dynamism but people are also contemplative and at peace which I also love to capture. My favourite time to shoot at the pool is late in the day, during the golden hour when the colours have depth and you get strong contrast and shadows.

As my courage and confidence has grown my approach to street photography has changed and this has creatively transformed the way I take photos. One of my favourite things to as I mentioned before, is to get as close as possible to people without them even realising I’m there.

How do you choose the places you photograph?

I prefer places where the background is uncluttered, there are blue skies, strong light or low light and colourful backgrounds, with colourful people, shapes and movement.

What do you think are some clichés in street photography you steer away from yourself?

I tend to steer away from street portraits, posed shots – especially posed children, and also taking photos of homeless people. Although I take photos of people walking towards me to practice and get warmed up I find them incredibly boring. There are so many photos of people walking towards the photographer that are posted on social media. I am also guilty of this and it’s very common with new street photographers.

Is there anything you’re looking for when you’re out on a Street Session ?

I look for unusual situations, groups of people gathering together such as family groups and I watch the interactions between them. I also look for movement such as kids running and playing. Kids are always unpredictable and often end up doing unexpected quirky things. I also look for colour, particularly moving colour, such as scarves and dresses waving in the wind. I also look for shadows, contrast and variations in light.

What are the components of a really great street frame?

The classic street photo has layers, emotion, movement, often a clean/uncluttered background and something unusual going on that is not immediately obvious.

What are your photography weaknesses?

Not being able to see those quirky special moments that make a unique street photo. This is what I strive to achieve. And it takes a lot of time and a lot of practice.

Can you identify a recurring theme in your photography?

Blue skies!

When you are out shooting, how much of it is instinctual versus planned?

Instinctual

RAW or JPG and why?

RAW. It gives me much more flexibility. I have the camera set up to write jpegs to the second/backup SD card.

What do you consider your greatest photographic accomplishment?

It hasn’t happened yet! My ultimate accomplishment in street photography would be to develop that unique, innate ability to see what is unseeable for most street photographers. People such as those mentioned above – Jack Simon , Julie Hrudova, Muhammad Imam Hasann, Vineet and Rohit Vohra, Peter Kool, Maciej Dakowitz, Tavepong Pratoomwong and Larry Hallegua, among others, have this ability. I think it is possible in time and with experience – the ability to see ‘it’ and be ready to capture it. If I can achieve that, that will be my greatest accomplishment.

You can find more of her work on facebook, instagram, Flickr or World-Street-Photography.

 

Click here for the Julia Coddington’s Gallery

~ o ~

Under the bue sky of Australia.

 

J’ai d’abord découvert son travail sur la plate-forme World Street Photography. Croyez-moi ou non, mais elle a commencé à faire des photos en N&B. Sa transition vers la couleur est une comme une nouvelle naissance. Ce que j’aime particulièrement à propos de son travail, c’est son point de vue assez fou sur le monde et les couleurs vives de ses photographies. Permettez-moi de vous présenter Julia Coddington d’Australie!

Salut Julia, juste avant de commencer, peux tu nous en dire plus sur toi ?

Je suis une photographe de rue autodidacte vivant dans un petit village côtier au sud de Sydney, en Australie. Au cours des dernières années, la photographie de rue a pris une partie non négligeable dans ma vie et je ne peux plus m’en passer ! Je suis également architecte paysagiste, maman de plusieurs enfants et passionnée de voyage. Quand je prends une photo que j’adore, et que d’autres aiment, je ressens un grand sentiment d’accomplissement qui me donne beaucoup de confiance. De temps en temps cependant, comme la plupart d’entre nous, ma confiance s’étiole et je dois me prendre en main. La meilleure solution, bien sûr, est d’aller quelque part nouveau et passionnant.

Que signifie Street Photography pour toi ?

La photographie de rue pour moi est comme une drogue. Et avec toute dépendance, il y a des hauts et des bas. Il s’agit de s’intégrer dans une scène et de devenir invisible. Observer les personnes, leurs interactions, leurs formes, leurs mouvements, leurs couleurs, leur lumière et leurs ombres. Il s’agit de «voir» ces choses et de les capturer. Ce que j’aime le plus est de devenir invisible et de me fondre dans la scène. C’est presque un état de fuite, comme si je n’étais pas là, comme une mouche sur le mur, ou avec ma cape d’invisibilité. Et c’est cet état qui alimente la dépendance.

Comment es tu venue à la photographie de rue?

Comme tous les photographes de rue, je trouve des gens infiniment fascinants. L’observation des personnes a toujours été un de mes passe-temps  préférés et depuis la découverte de la photographie de rue, je ne m’asseyais plus et je regardais, mais je regardais et saisissais l’instant avec mon appareil photo.

Dans les années 80, j’ai vécu en Indonésie pendant un certain temps et armé d’un Olympus OM10 et j’ai commencé à arpenter les rues en prenant des photos. Je ne me suis pas rendu compte à l’époque que ce que je faisais était la photographie de rue.

En 2008, j’ai eu mon premier iPhone et c’est probablement à ce moment que j’ai vraiment accroché et que j’ai compris que je pouvais prendre discrètement des photos sur le vif de parfaits inconnus dans la rue. Au cours des deux dernières années, mon partenaire et moi avons cherché activement de nouveaux endroits pour faire de la photographie de rue.

Qu’est ce qui est le plus difficile en Street Photo ?

Trouver des lieux intéressants pour faire des photos ! Et lorsque vous vivez dans une petite communauté côtière, c’est toujours un défi. Donc souvent le week-end, mon partenaire Gerry Orkin (également photographe de rue) et moi prenons le train pour Sydney (où il y a  plusieurs millions de personnes).

C’est aussi un défi de rivaliser avec les autres photographes. La photographie de rue évolue rapidement avec de plus en plus de gens qui la découvre. Vous devez être très actif, poster constamment et ne pas être complaisant. Parfois, cela est difficile lorsque vous vous sentez sans inspiration.

Est-ce un avantage ou un désavantage d’être une femme dans le monde de la Photographie de rue?

Un peu des deux.

Je pense que ma capacité à être invisible est pour beaucoup dans ma condition de femme. Je ne suis pas une menace. Je suis une femme dans la cinquantaine. Je suis petite, je ne me démarque pas. Personne ne me regarde ou ne me remarque. En tant que femme, il est plus facile pour moi de prendre des photos d’enfants. Et en ce sens, c’est un avantage d’être une femme. Surtout d’être petite, je peux me mettre très près – juste sous le nez des gens et ils ne me remarquent pas!

Mais c’est aussi un inconvénient d’être une photographe de rue dans un domaine très concurrentiel, dominé par les hommes. Cela changera un peu avec le temps. Cela permet d’être très soudé avec tous les groupes de femmes, avec notamment le hashtag @womeninstreet.

 

Peux tu citer certains de tes photographes de rue préférés, et comment t’ont-ils influencé ?

Oh ! Mais il y en a tellemennnnnt !

Bien sûr, il y a les Masters comme – Elliot Erwitt (peut-être mon préféré), Shirley Baker, Joel Meyerowitz, Diane Arbus, Mary Ellen Mark, Saul Leiter, Alex Webb, Henri Cartier Bresson, Vivian Maier , Martin Parr et Garry Winogrand.

Mais la plupart de mes inspirations proviennent des photographes de rue contemporains et bien sûr de mes amis photographes de rue. Ce sont eux qui m’inspirent vraiment.

Parmi eux , je peux citer:

Des photographes de rue intelligents et excentriques tels que Jack Simon, Julie Hrudova, Muhammad Imam Hasann, Peter Kool et Ashnolo.

Des photographes israéliens tels que Gabi Ben Avraham, Ilan Burla, Ilan Ben Yehuda et Alex Bronfer pour leur utilisation de la couleur saturée, sous-exposée et leur capacité à être très près des sujets.

Willem Jonkers qui m’a inspiré à expérimenter avec un angle de vue bas pour créer cet effet Gulliver.

Il y a plusieurs adeptes du flash tels que l’extraordinaire Dougie Wallace, Michelle Groskopf pour ses magnifiques «moments» très détaillés, Elisa Tomaselli, Salvatore Matarazzo et Boris le Flash.

Les Apôtres des Light/Shadow comme Vasco Trancoso et Antonio E. Ojeda.

Les photographes australiens Narelle Autio pour ses images vibrantes de la plage australienne et Sam Ferris pour la maîtrise de la lumière de Sydney.

J’adore le travail de Graciela Magnoni ! Que puis-je dire de plus ?

Les photographes de rue basés à Bangkok dont Maciej Dakowicz, Rammy Narula, Tavepong Pratoomwong et Larry Hallegua.

Les maîtres de la photographie de rue indienne Swapan Parekh, Vineet et Rohit Vohra.

Ernesto Bazan est un photographe documentaire italien que nous avons vu pour la première fois lors d’une exposition à New York. J’aime ses projets basés en Amérique du Sud et aimerais assister à un de ses workshops.

Reuven Halevi dont le travail est de qualité.

Dani Oshi et Edas Wong pour la simplicité, les détails avec une image forte et intelligente.

Gisele Duprez pour ses fabuleuses photos de plage. Elle parvient à capturer les personnalités et l’humour.

Yoriyas Yassine Alaoui Ismaili pour ses juxtapositions intelligentes.

J’écoute beaucoup de podcasts de photographies de rue, je lis des blogs, des magazines, je regarde des vidéos et je regarde activement ce que les gens publient en ligne. Cela m’aide aussi d’avoir un partenaire qui est également un photographe de rue.

As tu un style dans tes photos qui te distingue des autres photographes de rue?

Comme tous les photographes de rue, j’aime jouer et expérimenter des clichés inspirés par les personnes mentionnées ci-dessus … juste pour prouver que je peux le faire !

Mais je pense que mon style est inspiré essentiellement par l’environnement australien – la lumière crue, les couleurs et bien sûr le ciel bleu qui est toujours présent. J’aime créer des photos épurées qui se distinguent par leur couleur, leurs formes et leurs mouvements. Nous n’avons pas de bâtiments intéressants et d’arrière-plans colorés là où je vis, donc j’utilise notre magnifique ciel bleu pour créer un fond sur lequel des formes colorées flottent.

J’ai un projet basé sur la piscine océanique locale. J’adore sortir à la piscine où les gens de la communauté locale et ailleurs se rassemblent, et cela reflète très bien la culture de l’endroit où je vis. C’est un endroit intime, où les gens sont exposés dans leur presque nudité et où tout le monde est sur le même pied d’égalité. La culture et la classe deviennent inutiles. Tout le monde apprécie cet endroit spécial et j’aime capturer cette énergie. Il y a un dynamisme physique, mais les gens sont aussi contemplatifs et en paix, ce que j’aime aussi capturer. Mon moment préféré pour aller faire des photos à la piscine est la fin de journée, pendant les « Golden Hours » où les couleurs ont une profondeur et vous obtenez un fort contraste avec des ombres.

Comme je suis plus confiante qu’à mes débuts, mon approche de la photographie de rue a changé et cela a transformé de manière créative ma façon de procéder. Ce que j’aime par dessus tout, comme je l’ai mentionné précédemment, est de me rapprocher le plus possible des personnes sans qu’elles se rendent compte que je suis là.

Comment choisis tu les endroits que tu photographies ?

Je préfère les endroits avec un arrière-plan épuré, il y a des nuages, des lumières fortes ou peu lumineuses avec des arrière-plans colorés, des personnes colorées, des formes et du mouvement.

Est ce qu’il y a des clichés que tu essayes de ne pas reproduire ?

J’ai tendance à me détourner des portraits de rue, des photos posées – spécialement des enfants, et aussi de prendre des photos de sans-abris. Bien que je prenne des photos de personnes qui marchent vers moi pour m’échauffer quand je commence une session. Je les trouve incroyablement ennuyeuses. Il y a tellement de photos de personnes marchant vers le photographe qui se retrouvent sur les réseaux sociaux. Je suis également coupable de cela et c’est très commun avec ceux qui débutent en Street Photo.

Y a-t-il quelque chose que tu recherches lorsque tu es dans la rue ?

Je recherche des situations inhabituelles, des groupes de personnes se rassemblant comme des groupes familiaux et je regarde les interactions entre eux. Je cherche aussi le mouvement comme des enfants qui courent et jouent. Les enfants sont toujours imprévisibles et finissent souvent par offrir des moments inattendues. Je cherche aussi la couleur, en particulier la couleur en mouvement, comme les écharpes et les robes qui ondulent dans le vent. Je cherche aussi des ombres, des contrastes et des variations de lumière.

Quels sont les composantes d’une bonne composition ?

Il y a les différents plans (layers), l’émotion, le mouvement, très souvent un fond propre et épuré et quelque chose d’inhabituel qui n’est pas immédiatement évident.

Quelles sont tes faiblesses en photographie ?

Ne pas pouvoir voir ces moments spéciaux qui font une photo de rue unique. C’est ce que je m’efforce d’atteindre. Et il faut beaucoup de temps et beaucoup de pratique.

Peux tu identifier un thème récurrent dans ton travail ?

Le ciel bleu ! 

Dans la rue, tu dirais que tu planifies les choses ou tu agis plus par instinct ?

Instinct !

RAW ou JPG et pourquoi?

RAW. Cela me donne beaucoup plus de souplesse. J’ai configuré la caméra pour enregistrer des jpegs sur la deuxième carte SD qui me sert de sauvegarde.

Que considères tu comme ton plus grand accomplissement photographique?

Cela n’est pas encore arrivé ! Ma réussite ultime dans la photographie de rue serait de développer cette capacité unique et innée à voir ce qui est imprévisible pour la plupart des photographes de rue. Des personnes telles que celles mentionnées ci-dessus – Jack Simon, Julie Hrudova, Muhammad Imam Hasann, Vineet et Rohit Vohra, Peter Kool, Maciej Dakowitz, Tavepong Pratoomwong et Larry Hallegua, entre autres, ont cette capacité. Je pense qu’il est possible dans le temps et avec l’expérience – la possibilité de le voir et être prêt à le capturer. Si je peux le faire, ce sera mon plus grand accomplissement.

 

Vous pouvez trouver son travail sur les plateformes suivantes : Facebook, Instagram, Flickr et World-Street-Photography.

 

Cliquez ici pour accéder à la Gallerie de Julia Coddington.

Share Button

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Jeff Chane-MouyeHelmut Ph. KlugeJohn Harper Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
John Harper
Invité

Excellent interview. I really like that “Blue Sky” thinking. Some superb photographs presented, Julia certainly has the eye to enable a captivating image.

Not that equipment has any real bearing on the making of a good shot, I am curious though as to Julia’s preferred lens, presumably it’s wide, wondering how wide (F/F I’m guessing 28mm?).

Well done to you both.

Cheers. John.

Helmut Ph. Kluge
Invité
Helmut Ph. Kluge

Hallejulia ! Love her work …