Shooting a wedding with a street mindset. 3


 

(English version at the bottom of the page)

Dernièrement, je discutais avec mon ami John en lui disant que la photo de mariage avait beaucoup en commun avec la photo de rue. Il fallait capturer des moments pour les immortaliser, on photographie beaucoup les gens et parfois c’est un peu le chaos qu’on se doit d’ordonner.

Il y a un paramètre que John s’est empressé de rajouter, c’est l’attente du client. Ça fait toute la différence et rend pour le coup le travail du photographe bien plus compliqué. Pour cette raison, pour lui, ce deux pratiques, même si au premier abord sont semblables, sont totalement différentes. Je comprends tout à fait ce que John sous-entend là. J’avais déjà fait deux blogs sur ce sujet. Il s’agit de « L’intent ». C’est l’intention qui change. Quand on est un professionnel, on a des contraintes de résultats vis à vis de la personne qui vous a missionné pour couvrir son mariage. Oubliez l’audace, les cadrages créatifs. Vous êtes moins libre de ce que vous pouvez faire. 

 

 

 

Allez jeter un coup d’œil au travail de John Harper. Je trouve ses photos de mariage magnifiques. Ce qui me plaît le plus, c’est l’absence ou presque de photos posées. On a l’impression que les gens ont oublié que le photographe était là et ça donne beaucoup de naturel aux photos. On est là avec eux assistant à leur mariage. Il y a un autre photographe que j’apprécie beaucoup qui est Wayne La. Lui de son côté a un travail beaucoup plus orienté Street. Je trouve ses photos formidables. Deux photographes, deux styles différents. De toute manière, c’est le client qui décide ce qu’il veut.

 

 

Quand Elodie m’a demandé si je pouvais faire des photos à son mariage, j’ai eu très peur. Je lui ai dit que je n’avais aucune expérience de la chose et que je ne pouvais pas me substituer à un photographe professionnel. Ils n’en voulaient pas de toute manière. Il y aura plein de gens qui feront des photos, ils rassembleront l’ensemble des photos ensuite pour se faire un album souvenir. Ils ne voulaient pas un protocole, photo avec les parents, photo avec les tantes, photo avec les cousines…. Ça m’a ôté de la pression. Je n’étais pas LE photographe du mariage, mais une des personnes avec un appareil photo. 

 

 

J’ai décidé de le faire avec la « Street Mindset ». J’ai fait des photos comme je faisais dans la rue. J’ai utilisé mon Fuji XE2|18mm (ces photos datent de 2016… je n’avais pas encore mon Ricoh GRD IV…) et rien d’autre. Je me rappelle avoir utilisé aussi bien le zone focusing que l’autofocus. Ça dépendait des situations. Dans un mariage, les gens s’attendent à être pris en photo, on peut photographier des enfants sans avoir peur qu’on vous prenne pour un pervers, vous pouvez utiliser le flash… Bref je me suis régalé car c’était au final pour moi, de la Street Photo autorisée ! 

 

 

Comme en Street Photo, les moments sont éphémères. On peut redemander aux gens de poser, mais je n’aime pas faire ça. Il faut être aux bons endroits. Tourner autour des sujets pour trouver le bon angle. Beaucoup de choses s’y passent aussi. Les mariés aimantent les photographes, mais il se passe tellement de choses autour d’eux. Les plus jeunes qui vont jouer ailleurs, les amis qui se regroupent dans un coin… Une autre difficulté pour moi était aussi de profiter du moment et de passer du temps avec ma petite famille car nous faisions aussi partie des invités ! 

 

 

Au final, mes photos de mariage ont beaucoup plu aux mariés. Je leur ai proposé les tirages en N&B mais aussi en couleur. Ma préférence va au N&B, mais ce n’était pas mon mariage ! Ne connaissant pas tous les invités, j’ai juste pris des photos des gens qui étaient présents sans tenir compte si un tel était un parent ou tel autre, un ami. Chose dont tout photographe professionnel doit être tenu au courant pour faire son travail correctement. J’étais un peu comme un électron libre dans ce mariage et ça m’allait très bien. J’avais quand même cette pression du résultat, car Elodie aimait mes photos et je n’avais pas envie de la décevoir… Ah oui une dernière chose, la mariée n’était pas en blanc et ça pour le coup ça changeait beaucoup de choses et rendait mon travail beaucoup plus simple au niveau de l’exposition !

 

 

Alors, que retenir de cette expérience d’un jour ? Je me suis bien amusé. J’étais comme un gamin dans un magasin de bonbons. Je l’ai vraiment pris comme une session Street Photo où je pouvais faire ce que je voulais. Ce mariage a eu lieu en Juin 2016. Sachant que j’avais commencé la Street Photography à peine 3 mois avant, je n’avais pas beaucoup d’expérience. J’aimerai bien faire à nouveau des photos de mariages. Mais bien sûr en étant aussi électron libre !

Vous pouvez voir toutes les photos ci dessous.

 

~ o ~

 

Shooting a wedding with a street mindset.

 

 

 

Recently, I was chatting with my friend John that the wedding photo had a lot in common with the street photo. We had to capture moments to immortalize them, we photograph a lot of people and sometimes it’s a little chaos that we have to order. There is a parameter that John was quick to add, it’s the customer’s expectation. It makes all the difference and makes the work of the photographer much more complicated. For this reason, for him, these two practices, even if at first sight are similar, are totally different. I understand exactly what John implies here. I had already done two blogs on this subject. This is « The intent ». It’s the intention that changes. When one is a professional, one has constraints of results vis-à-vis the person who has paid you to cover his marriage. Forget the audacity, the creative framing. You are less free of what you can do.

 

 

Take a look at John Harper’s work. I find his wedding pictures stunning. What I like the most is the absence or almost no posed photos. It seems that people have forgotten that the photographer was there and it gives a lot of natural to the photos. We are there with them attending their wedding. There is another photographer I really appreciate who is Wayne La. He, meanwhile, has a lot more Street-oriented work. I find his pictures great. Two photographers, two different styles. In any case, it is the customer who decides what he wants. 

 

 

When Elodie asked me if I could take pictures at her wedding, I was very scared. I told her that I had no experience of the thing and that I could not substitute for a professional photographer. They did not want it anyway. There will be lots of people who will take photos, they will gather all the photos then to make a souvenir album. They did not want a protocol, photo with the parents, photo with the aunts, photo with the cousins … It took some pressure off me. I was not THE wedding photographer, but one of the people with a camera.

 

 

I decided to do it with the Street Mindset. I took pictures as I did on the street. I used my Fuji XE2 | 18mm (these photos are from 2016 … I did not have my Ricoh GRD IV yet …) and nothing else. I remember using the zone focusing as well as autofocus. It depended on the situations. In a wedding, people expect to be photographed, we can photograph children without fearing that we take you for a pervert, you can use the flash … Basically I feasted because it was in the end for me, like authorized Street Photo !

 

 

Like in Street Photo, the moments are ephemeral. We can ask people to pose again, but I do not like doing that. You have to be in the right places. Turn around people to find the right angle. Many things happen there too. The bride and groom magnetize the photographers, but there is so much going on around them. The youngest who will play elsewhere, friends who gather in a corner … Another difficulty for me was also to enjoy the here and now and spend time with my family because we were also part of the guests !

 

 

In the end, my wedding photos pleased the bride and groom. I offered them prints in B&W but also in color. My preference goes to B&W, but it was not my wedding ! Not knowing all the guests, I just took pictures of the people who were there regardless of whether one was a relative or a friend. Things every professional photographer needs to know to do his job properly. I was a bit like a free electron in this wedding and it suited me very well. I still had this pressure of the result, because Elodie liked my photos and I did not want to disappoint her … Oh yes one last thing, the bride was not in white and that changed a lot of things and made my job much easier regarding the exposure metering !

 

 

So, what did I learn from this experience of a day ? I had fun. I was like a kid in a candy store. I really took it as a Street Photo session where I could do whathever I wanted. This wedding took place in June 2016. Knowing that I had started Street Photography just 3 months before, I did not have much experience. I would like to do wedding photos again. But of course as a free electron !

You can see all the photos below.

 

 

 

Share Button

3
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
John HarperJeff Chane-Mouye Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
John Harper
Invité

Thanks very much for the mention Jeff. Nowadays i’m not so much a wedding photographer, although I still shoot the occasional one. Your friend Wayne La has the right balance, very impressed with his photography. Well, with that said « Jeff Chane-Mouye Wedding Photography » should be charging £2,000 per wedding! Your shots are a million times better than anything I produce. if anyone was looking for a comparison there are two photos here that sum it up – The Group Photo (standard, boring, but it has to be documented)) and the frame immediately afterwards as the children are released from the… Lire la suite »