In praise of « Likes ». 6


 

(English Version at the bottom of the page)

 

Récemment, un très bon photographe dont j’apprécie le travail, se lamentait sur « la visibilité » de son travail au travers des réseaux sociaux. Le constat était amer. Comment se faisait il qu’en ayant 10x plus de followers sur Facebook, son travail était moins vu (entendez liké) que sur Instagram. Pour une même photo on passait d’une quarantaine de likes à plus de 300 ! Pas mal de personnes abondait dans ce sens et disaient que Facebook était mort pour la photo et qu’il valait mieux aller sur Instagram pour partager son travail et avoir de « la visibilité ». 

 

 

Ce constat montre un malaise. On parle de visibilité, d’appréciation de son travail, mais au final c’est de l’enrobage et c’est de « likes » dont on parle et rien de plus. Les réseaux sociaux nous ont conditionné pour trouver de la satisfaction dans le regard des autres. Si j’ai beaucoup de « likes », je me sens bien. Si je n’en ai pas, je broie du noir. Cette course est stérile. 

 

 

Au cas où certains débarqueraient d’une autre planète, Facebook a racheté Instagram. L’algorithme est différent, mais gardez en tête que le propriétaire est le même. Donc l’algorithme d’Instagram est mieux conçu ?. En ce début d’année, Facebook et Instagram changent d’algorithmes. Quelques modifications mais au final, les mêmes choses seront mises en avant en fonction de la popularité et des interactions. Ben oui, malheureusement c’est le mode de fonctionnement. Ces deux éléments sont étroitement liés. Vous pouvez faire les plus belles photos du monde et ne pas être populaire. Vous ne vous êtes jamais dit que vous étiez bien meilleur que pas mal de photographes qui eux naviguaient déjà dans des hautes sphères ? Il y a une raison simple à cela. Les réseaux ! Pas de réseau, n’espérez pas avoir de popularité. Que ce soit Facebook, Instagram, 500px ou je ne sais quel autre plate-forme, elles fonctionnent toutes de la même manière. Alors comment construire son réseau ? Eh bien je ne vous apprends rien aussi. Il  suffit d’interagir au maximum avec les autres. Poster des commentaires, liker les photos des autres. Être très actif pour se faire remarquer. Certains le font naturellement par amour de la photographie mais très souvent c’est du copinage. Oui je sais que beaucoup de personnes ne vont pas aimer ce que je dis, d’autres me rayeront sûrement de leur liste d’amis, mais c’est comme ça que ça fonctionne. Le terme « politiquement correct » s’appelle le réseau. Le problème c’est que ce réseau que vous vous construisez est purement virtuel. Tous ces followers, ne sont aussi que du vent. Certains aiment vraiment votre travail, mais beaucoup espèrent juste que vous les suivrez vous aussi pour gonfler de leur côté leur nombre de followers. C’est le « syndrome réseaux sociaux ». Je ne vous parle même pas des « followers fantômes » qu’offrent des plateformes à certains photographes. Mon ami John Harper a lui même claqué la porte à 500px après avoir été la cible de cette mascarade (500 px a décidé qu’il pourrait être un ambassadeur de la plateforme et lui a offert 70 000 followers …). D’autres ont moins de scrupules et s’en accommodent. Ça gonfle l’ego. Sinon vous pouvez taper sur google « Comment avoir plus de followers sur Instagram » et vous voilà avec un peu d’huile de coude ou sinon en payant, super populaire avec des milliers de followers ! 

 

 

Les gens like trop vite. Qui passe encore du temps à vraiment regarder une photo ? Sur Instagram c’est encore pire, les photos ne s’affichent qu’en petit. Comment vraiment apprécier une photo si vous ne la voyez même pas en plein écran ? Savez vous combien de photos vous avez liké dans la journée ? Vous rappelez vous de ces photos ? Même en connaissant tout ça, je reconnais que je suis coupable aussi. Coupable de liker trop vite, d’avoir le click un peu rapide. Pourquoi je vous parle de ça ? Pour vous dire que les « like » c’est que du vent. Ça ne veut rien dire. Ça ne dit rien sur la qualité de la photo. Ça vous renseigne juste sur votre popularité. Et très sincèrement, je m’en fiche un peu de la popularité.

 

 

Le gros problème généré par les réseaux sociaux, c’est qu’on en arrive à faire des photos pour plaire aux autres. On obtient notre satisfaction parce que les autres aiment notre travail. La seule et unique personne qu’on doit essayer d’impressionner c’est soi même ! Personne ne connaît votre travail mieux que vous même. Ne présumez pas qu’une photo qui a le plus de likes sur les réseaux sociaux est la meilleure, car la foule n’a pas toujours raison. Cette fin d’année, je me suis amusé comme pas mal de personnes à générer mon bestnine sur Instagram. C’est assez simple, ce sont les 9 photos qui ont été les plus likées sur mon compte. Comme vous pouvez vous en douter, sans surprise, ce fameux « best nine » n’était pas du tout et de loin mes photos préférées. 

 

bestnine Instagram

 

Vous vous demandez alors pourquoi je continue de poster sur Facebook et Instagram alors que je suis si sévère avec eux ? Tout simplement pour amener les gens à venir voir mes photos sur mon site internet. C’est là que se trouve mon travail. Si les gens jugent ce que je fais d’après ce que je poste comme photos, ils vont avoir du mal. Je partage peu de chose et Dieu sait que je suis prolifique (attention je parle de  quantité…). Mon blog est mon espace où je peux monter ce que je veux sans avoir à me soucier de « likes ». Je peux prendre le temps de montrer des photos que je ne montrerai jamais sur les réseaux sociaux. Mes photos pas totalement abouties et même des fois ratées ont aussi de l’importance, car c’est grâce à elles que j’avance, que je m’améliore. 

 

 

Comme je l’ai déjà dit, cette course aux likes est stérile. On se réfugie souvent derrière le terme « visibilité » pour notre travail.  Ce qu’on veut, c’est être populaire, être reconnu comme un grand photographe, mais au final les gens qui ont aimé votre photo sur les réseaux sociaux, je ne suis pas sûr qu’ils aient vraiment passé du temps à regarder réellement votre travail, à regarder les détails qui en font une bonne photo. Les réseaux sociaux nous conditionnent à être superficiel. J’ai décidé de ralentir les choses et de suivre moins de personnes. C’est sûr, je passe à côté de très bonnes photos, mais je n’ai pas le temps de tout regarder et si c’est pour liker rapidement sans prendre le temps de regarder, ça ne sert à rien. 

 

 

Alors, oui Christophe, ton travail est formidable. Je ne le dis pas pour que tu likes mes photos. Je le pense vraiment. Te laisse pas bouffer par cette recherche de reconnaissance superficielle.Trace ta route, suis ta vision de la Street Photography et comme je te l’ai dit, la plus belle des récompenses c’est de voir tes photos imprimées ou projetées un peu partout en France ! Ça, ça vaut plus que des milliers de likes !

 

 

~ o ~

 

In Praise of « Likes ».

 

 

 

Recently, a very good photographer whose work I appreciate, lamented about the « visibility » of his work through social networks. The fact was bitter. How was it that by having 10x more followers on Facebook, his work was less seen (liked) than on Instagram. For the same photo we went from forty likes to more than 300 ! A lot of people abounded in this sense and said that Facebook was dead for the photo and it was better to go on Instagram to share his work and have « visibility ».

 

 

This observation shows frustration. We talk about visibility, appreciation of ones work, but in the end it is the coating and it’s all about « likes » and nothing more. Social networks have conditioned us to find satisfaction in the eyes of others. If I have a lot of « likes », I feel good. If I do not have one, I’m grinding black. This race is sterile.

 

 

In case some landed from another planet, Facebook bought Instagram. The algorithm is different, but keep in mind that the owner is the same. So Instagram’s algorithm is better designed ? At the beginning of this year, Facebook and Instagram are changing their algorithms. Some modifications but in the end, the same things will be put forward according to the popularity and interactions. Yeah, unfortunately that’s the way it works. These two elements are closely related. You can make the most beautiful pictures in the world and not be popular. You never said that you were much better than a lot of photographers who were already sailing in high levels ? There is a simple reason for this. Networks ! No network, do not expect to be popular. Whether Facebook, Instagram, 500px or whatever other platform, they all work the same way. So how to build your network ? Well, I’m not teaching you anything too. It is enough to interact with the others as much as possible. Post comments, like the pictures of others. Be very active to get noticed. Some do it naturally for the sake of photography but very often it’s cronyism. Yes I know a lot of people will not like what I say, others will probably scratch me off their list of friends, but that’s how it works. The term « politically correct » is called the network. The problem is that this network that you are building is purely virtual. All these followers are pure wind. Some people really like your work, but many just hope that you too will follow them to boost their number of followers. This is the « social networks syndrome ». I’m not even talking about the « ghost followers » that platforms offer to some photographers. My friend John Harper himself slammed the door at 500px after being the target of this masquerade (500 px decided that he could be an ambassador of the platform and offered him 70 000 followers …). Others have less scruples and are comfortable with it. It inflates the ego. Otherwise you can type on google « How to have more followers on Instagram » and here you are with a little elbow grease or if not paying, super popular with thousands of followers !

 

 

People like too fast. Who still spends time really looking at a photo ? On Instagram it’s even worse, photos are only displayed in small. How to really appreciate a photo if you do not even see it in full screen ? Do you know how many photos you liked during the day ? Do you remember these photos ? Even knowing all this, I admit that I am guilty too. Guilty to like too fast, to have the click a little fast. Why am I talking to you about this ? To tell you that « like » is only wind. It means nothing. It does not say anything about the quality of the photo. It just tells you about your popularity. And very sincerely, I do not care a bit about popularity.

 

 

The big problem generated by social networks is that we come to take pictures to please others. We get our satisfaction because others like our work. The one and only person you should try to impress is yourself ! Nobody knows your job better than you. Do not assume that a photo with the most likes on social media is the best because the crowd is not always right. This end of the year, I had fun as a lot of people to generate my bestnine on Instagram. It’s quite simple, these are the 9 photos that have been most liked on my account. As you can imagine, not surprisingly, this famous « best nine » was not by far my favorite photos.

 

My bestnine Instagram

 

You wonder why I keep posting on Facebook and Instagram, if I’m so hard on them ? Just to get people to come see my work on my website. That’s where my work is. If people judge what I’m doing from what I share, they will have trouble. I share little thing and God knows that I am prolific (I speak of quantity …). My blog is my space where I can edit what I want without having to worry about « likes ». I can take the time to show photos that I will never show on social networks. My photos not completely accomplished and even missed ones also have importance, because it is thanks to them that I advance, that I am improving.

 

 

As I already said, this race for likes is sterile. We often take refuge behind the term « visibility » for our work. What we want is to be popular, to be recognized as a great photographer, but in the end people who liked your photo on social networks, I’m not sure they really spent time actually looking closely to your work, to look at the details that make it a good photo. Social networks condition us to be superficial. I decided to slow things down and follow fewer people. Sure, I miss very good photos, but I do not have time to look at everything and if it’s to like quickly without taking the time to look, it is useless.

 

 

So, yes Christophe, your work is great. I do not say it for you to like my photos. I really think so. Do not be fooled by this quest for superficial recognition. Go your own way, follow your vision of Street Photography and as I told you, the most beautiful reward is to see your pictures printed or projected everywhere in France ! That’s worth more than thousands of likes !

 

 

Share Button

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
obatalaJeff Chane-MouyeJohn HarperAlex+Coghe Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Alex+Coghe
Invité

someone started to think that likes are a proof of real value of a photographer. BUT IS NOT.

John Harper
Invité

You already know my views on this subject, liking “likes” is utterly futile. Your friend Christophe really shouldn’t be concerned, I had a look through on FB and his work is super, I was careful not to “like” though – which sort of proves a point, I’ve seen his work and liked it; he, of course, wouldn’t necessarily know that. Ok, two here I like a lot (where’s the bloody like button!). The guy sat looking straight at camera, not sure if this taken outside of a cafe perhaps, I like photos where the subject looks the viewer, adds a… Lire la suite »

obatala
Invité

Bonjour Jeff, Tout à fait d’accord ! Mais je fais l’inverse…je montre beaucoup plus de choses y compris ratées, des essais, des bouts de serie qui s’arretent etc…sur instagram que sur mon site perso car pour moi c’ets à cela que cela sert. Bien sur suel quelques avis comptent…Mais si je veux regarder des photos, je vais voir des expos et je google le nom d’un photographe pour trouver son site et ja’chete des livres. By the way, j’ai aussi fait quelques vraies rencontres grace à instagram…y compris de gens dont j’appreciais le travail depuis longtemps. (je n’ai pas d’autres… Lire la suite »