Self-reflection : working on series. 6


Février 2018.

 

(English Version at the bottom of the page)

Depuis ce début d’année 2018, j’ai été à nouveau confronté à un certain manque d’inspiration. C’est la raison pour laquelle je me tiens éloigné des réseaux sociaux. Dans la vie, je suis aussi comme ça. Quand les choses ne vont pas, j’ai tendance à me replier sur moi même. Une des dernières choses dont j’ai envie de savoir c’est que les autres vont bien et qu’il leur arrive des choses fantastiques. Tant mieux pour eux, moi quand ça va pas terrible, je n’ai pas envie de partager le bonheur des autres … 

 

Février 2018.

 

En photographie, je fonctionne de la même façon. Quand je manque d’inspiration, je n’ai pas envie de voir les photos des autres pour me sentir encore plus merdeux que je ne le suis. Par contre, ce que j’adore, c’est traîner sur des Blogs écrits par des photographes. Je ne saurais vous recommander les Blogs de John Harper, de Tim Huynh, de Don Springer, de Michael Kowalczyk, de Martin U Waltz , d’Alex Coghe ou encore de Nick Turpin. Je trouve toujours beaucoup d’inspiration en lisant les Blogs des autres. Ce qui m’aide aussi, c’est de feuilleter des livres photos. Récemment j’ai beaucoup regardé les photos de Michael Ernest Sweet : « The Human Fragment ». Je vous l’ai déjà dit, j’adore ce livre. Ces photos très crues de New-York me hantent.

 

Août 2017.

 

Cette année, j’avais décidé d’envoyer une série photographique pour quelques festival photos de la région. J’avais ciblé Phot’Aix et Les Nuits de Pierrevert. Malheureusement, j’ai loupé la date de dépôt des dossiers de Pierrevert (15 janvier…) qui fêtait cette année ses 10 ans. Pour Phot’Aix, il y a des thèmes et aucun d’eux ne me botte. L’année dernière il y avait un thème libre qui aurait pu m’aller, mais rien pour l’édition 2018 … Donc c’est pas cette année où je participerai à une exposition. J’ai néanmoins fait des tirages format A5 d’une petite centaine de photos. Je suis très content des tirages et c’est vrai que les photos sont beaucoup plus belles imprimées que sur l’ordinateur. Je ne sais pas si je vais les mettre dans un album ou les garder telles quelles dans leur boîte. Je me suis amusé à les mettre toutes par terre pour essayer d’en sortir une série. 

 

Septembre 2017.

 

Michael Ernest Sweet m’a beaucoup inspiré sur le coup. J’ai décidé d’apporter ma réponse à son livre « The Human Fragment ». J’ai commencé à sortir de toutes mes photos une série intitulée Fragments. Je trouve ce terme très intéressant car il a la même signification en anglais qu’en français. En regardant mes photos, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup de photos où les personnes photographiées sont tronquées. Ce ne sont pas des cadrages hasardeux. Ne dit-on pas que ce qu’on ne montre pas est au moins aussi important que ce qu’on montre ? Je voulais aussi donner une double lecture à ce terme fragments en incluant des photos qui montreraient des fragments de la vie quotidienne. Mais je me suis heurté à un problème de cohérence. Beaucoup trop de photos répétitives avec des mains. D’où la nécessité de changer l’intitulé de la série. Ce sera : Histoire de Mains (Hands Tale). Que ça vienne d’une gestuelle ou tout simplement d’un crop sur une main. Je vous monterai la série en intégralité plus tard dans un Blog, car on m’a proposé de la publier dans un e-zine et je tiens à respecter le travail de l’éditeur.

 

Juillet 2017.

 

Quand je suis dans la rue, je travaille presque toujours à l’instinct. Je ne me dis pas qu’aujourd’hui, je vais faire des close up, du light shadow, des photos mystérieuses, des juxtapositions (je vous rassure tout de suite, j’en suis incapable…). Je shoote ce qui attire mon attention sans vraiment réfléchir. Est ce à dire que mon travail manque de cohérence ? Oui on pourrait dire ça. Je suis incapable de travailler sur un thème. J’ai l’impression que je vais passer à côté de trop de choses si je me borne à un thème. C’est comme si je me mettais des oeillères … Je sais ce que vous allez dire. L’idée n’est pas de faire du tunelling sur une série, mais d’avoir une multitude de séries dans un coin de sa tête et de faire ses photos en gardant à l’esprit qu’une de ces photos pourrait coller à un certain thème. Je reste persuadé que même si je travaille à l’instinct dans la rue, qu’inconsciemment j’ai des thèmes récurrents qui traînent dans un coin de ma tête. Néanmoins, c’est au moment de l’édition que mes photos trouvent leur place dans une série.

 

Octobre 2017.

 

Après la série Hands Tale, je me suis mis à travailler sur un autre thème récurrent. Les touristes. J’avais peur de tomber dans le cliché car il faut reconnaître que je suis irrémédiablement attiré par les touristes et plus particulièrement par les asiatiques. Pourquoi ? Parce que je suis asiatique moi même ? Je n’en sais rien. Il faudrait que je m’allonge sur le divan pour le savoir … Au final, oui, il y a pas mal de photos avec des personnes asiatiques, mais ce n’est pas vraiment un problème. Je crois seulement qu’on les remarque plus facilement car nous sommes en Europe et dès qu’on voit des asiatiques, ce sont forcément des touristes. Cette série est amenée à évoluer car elle n’est pas terminée. Je pense qu’elle sera en constante évolution jusqu’à ce que je me décide de partir d’Aix-en-Provence. Prises individuellement, les photos ne sont pas celles qui feraient partie de mes photos préférées, mais une fois mises bout à bout, je trouve la série très cohérente. Les réseaux sociaux nous conditionnent à regarder les photos individuellement alors que c’est beaucoup plus intéressant de regarder des séries. C’est impossible de percevoir la vision d’un photographe au travers d’une photo unique. On peut voir de belles voire de très belles photos, mais c’est dans une série qu’on peut prendre le temps de vraiment voir la sensibilité et la vision du photographe.

 

Touristes dans la ville.

 

Voilà donc la série Touristes dans la ville (Tourists in the city). Neuf photos qui représentent assez bien les rues de ma ville durant la saison touristique. Et vous ne rêvez pas, elle est en couleur ! Je la trouve plus percutante qu’en monochrome et c’était aussi un petit défi que je me suis imposé. Sortir de ma zone de confort et essayer de présenter quelque chose de cohérent en couleur. Je compte bien mettre à profit l’été prochain pour étoffer et faire évoluer cette série.  Vous pouvez voir les photos en cliquant sur la vignette.

 

 

 

~o~

 

 

Self-reflection : Working on series.

 

 

Février 2018.

 

Since this beginning of the year 2018, I was again confronted with a certain lack of inspiration. That’s why I’m away from social networks. In life, I am also like that. When things go wrong, I tend to fall back on myself. One of the last things I want to know is that others are doing well and that fantastic things are happening to them. Good for them, me when it’s not so good, I do not want to share the happiness of others …

 

Février 2018.

 

In photography, I work the same way. When I’m lacking inspiration, I do not want to see other people’s photographs to make me feel even shitter than I am. By cons, what I love is reading Blogs written by photographers. I recommend the blogs of John Harper, Tim Huynh, Don Springer, Michael Kowalczyk, Martin U Waltz, Alex Coghe or Nick Turpin. I always find a lot of inspiration reading the Blogs of others. What helps me too is to look at photobooks. Recently, I’ve been looking at Michael Ernest Sweet’s : « The Human Fragment ». I already told you, I love this book. These very raw photos of New York haunt me.

 

 

 

Août 2017.

 

This year, I decided to send a photographic series for some festival photos of the region. I had targeted Phot’Aix and Les Nuits de Pierrevert. Unfortunately, I missed the deadline of Pierrevert (January 15th …) which celebrated this year its 10 years. For Phot’Aix, there are themes and none of them kick me. Last year there was a free theme that could have fitted, but nothing for the 2018 edition … So it’s not this year that I will participate in an exhibition. Nevertheless, I made A5 prints of a hundred or so photos. I am very happy with the prints and it is true that the photos are more beautiful printemps rather than on the computer. I do not know if I will put them in an album or keep them as they are in their box. I had fun putting them all on the floor to try to get out a series.

 

Septembre 2017.

 

Michael Ernest Sweet inspired me a lot. I decided to bring my answer to his book The Human Fragment. I started to release from all my photos a series called Fragments. I find this word very interesting because it has the same meaning in English as in French. Looking at my photos, I realized that I had a lot of pictures where people photographed are truncated. These are not random framing. Do not we say that what we do not show is at least as important as what we show ? I also wanted to give a double reading to this term fragments by including photos that would show fragments of everyday life. But I ran into a problem of coherence. Too many repetitive photos with hands. Hence the need to change the title of the series. It will be : Hands Tale (Histoire de mains). Whether it comes from a gesture or just a crop on a hand. I’ll show you the complete series later in a Blog, because I was offered to publish it in an e-magazine and I want to respect the work of the publisher.

 

Juillet 2017.

 

When I’m in the street, I almost always work on instinct. I do not think that today, I will make some close up, light shadow, mysterious photos, juxtapositions (I reassure you right away, I am unable …). I shoot what catches my attention without really thinking. Does this mean that my work lacks coherence ? Yes, we could say that. I am unable to work on a theme. I have the impression that I am going to miss out on too many things if I limit myself to a theme. It’s like I’m putting on blinders … I know what you’re going to say. The idea is not to do tunelling on a series, but to have a multitude of series in a corner of ones head and to make his photographs keeping in mind that one of these photos could stick to a certain theme. I remain convinced that even if I work instinctively in the street, that unconsciously I have recurring themes that hang in a corner of my head. Nevertheless, it is at the time of the edition that my photos find their place in a series.

 

Octobre 2017.

 

After the Hands Tale series, I started working on another recurring theme. The tourists. I was afraid of falling into the cliché because I must admit that I am irretrievably attracted by tourists and especially by Asians. Why ? Because I am Asian myself ? I do not know. I would have to lie down on the couch to find out … In the end, yes, there are a lot of pictures with Asian people, but that’s not really a problem. I only think that we notice them more easily because we are in Europe and as soon as we see Asians, they are necessarily tourists. This series is going to evolve because it is not finished. I think it will be constantly changing until I decide to leave Aix-en-Provence. Taken individually, the photos are not the ones that would be part of my favorite photos, but once put end to end, I find the series very consistent. Social networks condition us to look at the photos individually while it is much more interesting to watch series. It is impossible to perceive the vision of a photographer through a single photo. We can see beautiful or very beautiful photos, but it is in a series that we can take the time to really see the sensitivity and vision of the photographer.

 

Tourists in the city.

 

So here is the series Touristes dans la ville (Tourists in the city). Nine photos that represent pretty well the streets of my city during the summertime. And you are not dreaming, it’s in color ! I find it more striking than monochrome and it was also a small challenge that I imposed myself. Get out of my comfort zone and try to present something coherent in color. I intend to take advantage of next summer to expand and evolve this series. You can see the photos by clicking on the thumbnail.

 

 

 

Share Button

6
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
4 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Jeff Chane-MouyeJohn+HarperJohn HarperVasco+Trancoso Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
Vasco+Trancoso
Invité
Vasco+Trancoso

Hi Jeff! Congrats for sharing once more your thoughts and doubts about Photography. They are part of the evolution process of the concerned photographer. Curiously I was reading the words of Bryan Formhals (co-author of the book: « Photographer’s Sketchbooks ») and I sent you some passages because they seems interesting and has a lot to do with what you wrote. “Any serious photographer will inevitably arrive at a discussion about projects. This is the point when photography moves beyond the single image into the world of narrative and bigger ideas. “…“A Project is typically a series (1) of photographs that are… Read more »

John Harper
Invité

For a man lacking inspiration you certainly produce some inspirational work and blogposts! Themes or Projects are a good thing, they rarely reach conclusion though, that can be good too I suppose because when you’re not seeing anything out on the street there’s at least something to focus on. Your City Tourists theme could double up as a “Hands” theme by the way. Looking forward to seeing the “Hands Tale” publication. Myself and three other photographers tried a collaborative project based on Hands, between the four of us we couldn’t come up with anything very good. There’s a photographer called… Read more »