Interview with Youngjae Lim @ NYCSPC. 4


(Version française au bas de la page)

It’s been a while since I did not interview photographers on behalf of this blog. And yet I have a long list of people I would like to hear about photography ! Let me introduce Youngjae, a NYC guy I discovered at the time on the World-Street.Photography platform. The cover photo of this article is quite characteristic of his work. Capturing moments. I do not want to enter into an analysis of this one, but everything is there : the content and the form. Despite the large number of characters in the frame, everything is readable. I have the impression to see a scene from the series « The Handmaids Tale ». When I discovered Youngjae at the time, he was only doing B&W. I was amazed by the atmosphere of his photos and elsewhere in the photos he chose, there is one that I prefer. This mysterious hand in the back of the car. Who puts his hand like that in the back of the car ? In a pinch it is often those who drive who have this gesture. In short, I love this picture where the human presence is summarized in this body fragment in the frame. Come and meet Youngjae.

Hi Younjae, where do you live and how does this influence your photography?

I’ve been living here in NYC since 2009. I had not explored and seen this beautiful city  with my new eyes until I became interested in street photography in 2015. Since then, the entire city has become my photo studio and a playground. The vibrant nature of the city makes me want to shoot out there everyday. As a street photographer, sometimes you could be easily bored when you stay in the same city or place for a long time, but NYC is certainly not the case.

 

You were born Korean. How did you end up in NYC ?

Yes, I was born and raised in Korea. In 2009, I ended up landing in NYC to study Actuarial Science at Columbia University for my master’s degree. By the way, the actuarial science is a field where you learn how to assess and manage an insurance risk, which is not so related to photography.

 

 

Can you tell us when your photographic journey started and what does photography means to you ?

I was planning to travel to Italy in 2015 for my belated honeymoon. Back then I had an entry level Nikon DSLR camera, but didn’t know how to use it except for just pushing the shutter button. So I signed up for lynda.com and started learning some basic photography.

 To me, photography is everything but photography. That is, once you know your vision and sharpen your craft, photography becomes a way of life, a way of documenting what you see through your own eyes. Photography is never going to be a goal, but a tool or a platform to transform what I see in 3 dimensional space to 2 dimensional space.

 

 

What kind of photography are you more comfortable with ?

Other than street photography, I’ve never explored other genres of photography, so I would say I am comfortable with street photography most.

 

What is it about Street Photography that keeps you interested ?

Losing myself on the street is the most attractive side of street photography. I remember Garry Winogrand once said that shooting on the street may be the closest thing to non-existence of himself. I have the same feeling whenever I shoot on the street.

 

I discovered your work on World-Street.Photography and at that time it was in B&W. Some stunning moody pictures. Now you almost only shoot in color and analog. What makes you switch from B&W to color and why analog ?

Actually there are no obvious reasons for switching from bnw and digital to color and analog except for the reason that I just wanted to try and do some experiments. For instance, if you want to be an experienced chef, you probably need to know as many ingredients as possible and taste them so that you know what you are dealing with when you make a dish you are looking for. So I wouldn’t say I completely switched from one side to the other. I am just in the process of learning more ingredients in photography.

 

I’m not a lot into gears, but it’s interesting to know what other people use. Can you tell us what camera(s) do you use ?

My primary camera is Bessa R4M with 28mm Zeiss Biogon lens. Occasionally, I also use Konica Genba Kantoku(a.k.a, ‘site supervisor’ in English) with a 28mm fixed lens as well as Olympus Stylus Epic with a 35mm fixed lens.

 

Prior to shooting film, I shot with Fujifilm X100T and Ricoh GR 1 Digital. I still have these two cameras and shoot some personal stuffs from time to time.

 

 

What is your favorite focal length?

28mm. When I am really into any subjects I find on the street, I feel gravity in that the subject invites and attracts me in a supernatural way. In addition, I want to squeeze some extra elements, if any, in the frame. In this aspect, I find 28mm is my sweet spot.

 

If you can have only one camera. What would it be and why ?

It would be Bessa R4M mainly because I have a total control over the camera. It is completely mechanical, so I don’t need to worry about my camera going dead due to a battery.

 

You’re part of the NYCSPC with pretty impressive photographers in it. I’m not part of any collective. What does a collective brings to you ?

As you know, there are so many street photography collectives these days. What sets apart our NYC-SPC from most of other collectives is that we are an in-person community and all of us are based in one place, NYC. We also have a monthly critique meeting at Soho photo gallery. The members participating in the meeting are very honest about giving feedbacks and as a result, all of us learn from each other. The meeting is also open to public, so anyone can take a part in showing their work and giving critics. These days, many street shooters submit their work to a photo contest like lensculture hoping for an award as well as a feedback from a unknown reviewer, which I also did in the past, but now I realize that showing my work to my fellow members who I trust is more meaningful and valuable to me.

 

It seems to me that a lot of people in this collective are shooting analog. Did it influence your choice of going analog ?

Yes, several of us are shooting film. When I joined the NYC-SPC, I was shooting digital and black and white almost exclusively. Seeing other members shooting film definitely influenced me on deciding to try to shoot film. I wasn’t really serious about shooting film when I started, but gradually I started enjoying the entire process of self-developing films, scanning negatives, and printing them on paper.

 

Street Photography was born in France and it’s in the USA that the genre had its golden era. Today, India or other asian countries are the most prolific. What’s your thoughts on today’s street photography landscape ?

Seemingly, street photography is blossoming all over the places. But it also creates a lot of noise that could distract many starting or even experienced street shooters. Social media and so many photo contests are one of those examples. Please don’t get me wrong. I am not against them all. Only time will tell whether this blossom can be sustainable in a positive way. It is very important to keep our attention to our inner voice rather than the external world.

 

What is your feeling about Social Media generally speaking ?

Social media is just a tool to show our work to other people. I think that social media itself is not bad or good. If it distracts you, you should stop using it. If not, why not using it?

 

 

Can you name a few Street Photographers who inspire you ?

Garry Winogrand and Joel Meyerowitz. You know who I am talking about. It is not necessary to talk about how great their work is because they are great and beyond my ability to describe their work.

 

Have you ever exhibit your work or having your work published in any kind ?

I had the NYC-SPC group exhibition in January 2017, which was very successful, but short. We only had two and half days to exhibit our work due to the expensive gallery to rent. We are hoping for another show in August this year, so please stay tuned !!! I also had some of my work published in a few magazines based in South Korea.

 

Where can we keep in touch with you and your work ?

Instagram and its direct message would be the best place to see my up-to-date work and reach out to me :

https://www.instagram.com/youngjayonthestreet/

 

Click here to see Youngjae Lim’s Gallery.

 

~o~

 

 

Interview with Youngjae Lim @ NYCSPC

 

 

 

 

Ça fait un moment que je n’avais pas interviewé de photographes pour le compte de ce Blog. Et pourtant j’ai une longue liste de personnes que j’aimerai entendre parler de photographie ! Laisser moi vous présenter Youngjae, un gars de NYC que j’ai découvert à l’époque sur la plateforme World-Street.Photography. La photo de couverture de cet article est assez caractéristique de son travail. Capturer des moments. Je ne veux pas entrer dans une analyse de celle ci, mais tout y est : le contenu et la forme. Malgré le grand nombre de personnages dans le cadre, tout est lisible. J’ai l’impression de voir une scène de la série « La servante écarlate ». Quand j’ai découvert Youngjae à l’époque, il ne faisait que du N&B. J’ai été bluffé par l’ambiance de ses photos et d’ailleurs dans les photos qu’il a choisies, il y a celle que je préfère. Cette main si mystérieuse à l’arrière de la voiture. Qui met sa main comme ça à l’arrière de la voiture ? A la rigueur ce sont souvent ceux qui conduisent qui ont cette gestuelle. Bref, j’adore cette photo où la présence humaine est résumée à cette seule partie de corps dans le cadre. Sans plus attendre, venez découvrir Youngjae.

 

 

Hello Youngjae, peux tu me dire où tu habites et comment cela influence-t-il ta photographie ?

Je vis ici à New York depuis 2009. Je n’avais pas vraiment exploré et regardé cette belle ville avant que je ne m’intéresse à la photographie de rue en 2015. Depuis lors, toute la ville est devenue comme un studio photo à ciel ouvert et une aire de jeux. La nature vibrante de la ville me donne envie d’y aller tous les jours. En tant que photographe de rue, vous pouvez parfois vous ennuyer facilement lorsque vous restez dans la même ville ou le même endroit pendant longtemps, mais ce n’est pas le cas avec NYC.

 

 

Tu es né coréen. Comment t’es tu retrouvé à New York ?

Oui, je suis né et j’ai grandi en Corée. En 2009, j’ai fini par atterrir à New York pour étudier les sciences actuarielles à l’Université Columbia pour ma maîtrise. Juste pour info, la science actuarielle est un domaine où vous apprenez à évaluer et à gérer un risque d’assurance, ce qui n’est pas absolument pas lié à la photographie.

 

 

Peux tu nous dire quand ton voyage photographique a commencé et qu’est-ce que représente la photographie pour toi ?

Je devais voyager en Italie en 2015 pour ma lune de miel. À l’époque, j’avais un réflex numérique Nikon d’entrée de gamme, mais je ne savais pas comment l’utiliser, sauf pour appuyer simplement sur le déclencheur. Je me suis donc inscrit à lynda.com et j’ai commencé à apprendre quelques notions de base.

Pour moi, la photographie, ce n’est pas uniquement de la photographie. Je m’explique : une fois que vous avez aiguiser votre vision et que vous avez trouver une cohérence à votre travail, la photographie devient un mode de vie. Une façon de documenter ce que vous voyez de vos propres yeux. La photographie ne sera jamais un but, mais un outil ou un moyen transformer ce que je vois, qui est en 3D en une image qui elle est en deux dimensions.

 

 

Avec quel genre de photographie es-tu le plus à l’aise ?

À part la photographie de rue, je n’ai jamais exploré d’autres genres de photographie, alors je dirais que je suis plutôt à l’aise avec la photographie de rue.

 

 

Qu’est ce qui te plaît tant dans la photographie de rue ?

Me perdre dans la rue est le côté le plus attrayant de la photographie de rue. Je me souviens que Garry Winogrand avait déjà dit à lépoque que le fait de faire des photos dans la rue était peut-être la chose la plus proche de la non-existence de soi-même. J’ai le même sentiment chaque fois que je shoote dans la rue.

 

 

J’ai découvert ton travail sur World-Street.Photography et à l’époque c’était en N&B. Quelques belles images avec une sacrée ambiance. Maintenant, tu ne fais presque que de la couleur et en argentique. Qu’est-ce qui t’as fait passer à la couleur et pourquoi l’argentique ?

En fait, il n’y a pas de raisons évidentes pour passer du numérique monochrome à l’argentique couleur, sauf pour la raison que je voulais juste faire quelques expériences. Par exemple, si vous voulez être un Grand Chef, vous devez probablement connaître autant d’ingrédients que possible et les goûter afin que vous sachiez à quoi vous avez affaire lorsque vous créez un plat. Donc, je ne dirais pas que j’ai complètement changé radicalement. Je suis juste en train d’élargir ma palette en photographie.

 

 

Je ne suis pas très branché matos, mais c’est intéressant de savoir ce que les autres utilisent. Peux tu nous dire quel(s) appareil(s) tu utilises ?

Mon appareil photo principal est Voigtländer Bessa R4M avec objectif Zeiss Biogon 28mm. De temps en temps, j’utilise également un Konica Genba Kantoku (a.k.a, ‘site supervisor’ ) avec un objectif fixe de 28 mm ainsi que Olympus Stylus Epic avec un objectif fixe de 35 mm.

Avant de faire du film, j’ai utilisé le Fujifilm X100T et Ricoh GR 1 Digital. J’ai toujours ces deux appareils photo et je photographie des trucs personnels de temps en temps avec.

 

 

Quelle est ta focale préférée?

28mm. Quand je suis près des sujets que je trouve dans la rue, je suis irrémédiablement attiré par les sujets de manière surnaturelle. De plus, ça me permet de rajouter quelques éléments supplémentaires, le cas échéant, dans le cadre. Pour celà, je trouve que 28mm est ma focale préférée.

 

 

Si tu ne devez avoir qu’un seul appareil photo. Qu’est-ce que ce serait et pourquoi ?

Ce serait le Bessa R4M principalement parce que j’ai un contrôle total sur la caméra. C’est complètement mécanique, donc je n’ai pas besoin de m’inquiéter de savoir si je vais pouvoir utiliser mon appareil à cause de la batterie.

 

 

Tu fais partie du NYC Street Photography Collective avec des photographes assez impressionnants. Je ne fais partie d’aucun collectif. Qu’est-ce qu’un collectif t’apporte ?

Comme tu le sais, il y a tellement de collectifs de photographie de rue ces temps-ci. Ce qui différencie notre collectif de la plupart des autres collectifs, c’est que nous sommes une communauté où tout le monde est basé au même endroit, à New York. Nous avons également une réunion de critique mensuelle à la galerie de photos de Soho. Les membres participant à la réunion sont très honnêtes au sujet de la crtitique et, par conséquent, nous apprenons tous les uns des autres. La réunion est également ouverte au public, donc tout le monde peut prendre part et montrer son travail et donner des critiques.De nos jours, de nombreux photographes de rue soumettent leur travail à des concours de photos comme LensCulture dans l’espoir d’obtenir un award ainsi qu’un feedback d’un critique inconnu. Ce que j’ai aussi fait par le passé, mais maintenant je me rends compte que l’avis de mes collègues en qui j’ai confiance est plus important et précieux pour moi.

 

 

Il me semble que beaucoup de gens dans ce collectif shootent en argentique. Cela a-t-il influencé ton choix de faire du film ?

Oui, plusieurs d’entre nous font de l’argentique. Quand j’ai rejoint le NYC-SPC, je ne faisais presque exclusivement que du numérique et en noir et blanc. Voir d’autres membres faire du film m’a définitivement influencé en décidant d’essayer à mon tour l’argentique. Je n’étais pas vraiment sérieux quand j’ai débuté, mais petit à petit j’ai commencé à apprécier tout le processus de développement de films, à numériser des négatifs et à les imprimer sur papier.

 

 

La Street Photography est née en France et c’est aux USA que le genre a connu son âge d’or. Aujourd’hui, l’Inde ou d’autres pays asiatiques sont les plus prolifiques. Quelle est ton avis sur le paysage de la Street Photography d’aujourd’hui ?

Apparemment, la photographie de rue connait un engouement mondial. Mais cela crée aussi beaucoup de distractions qui pourrait gêner beaucoup de photographes de rue débutants ou même expérimentés. Les réseaux sociaux et tant de concours de photos en sont des exemples. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas contre çà. Seul le temps nous dira si cet engouement se poursuivra. Il est néanmoins très important de suivre notre voix intérieure au lieu et faire fi du bruit extérieur.

 

 

Que penses tu des réseaux sociaux d’une manière général ?

Les réseaux sociaux sont juste un outil pour montrer notre travail à d’autres personnes. Je ne pense pas qu’ils soient mauvais ou bons. Si cela vous distrait, vous devriez cesser de l’utiliser. Si non, pourquoi ne pas l’utiliser ?

 

 

Peux tu nommer quelques photographes de rue qui t’inspirent ?

Garry Winogrand et Joel Meyerowitz. Tu sais de qui je parle. Il n’est pas nécessaire de parler de la qualité de leur travail parce qu’ils sont géniaux et au-delà de ma capacité à décrire leur travail.

 

 

As tu déjà exposé ou publié ton travail ?

J’ai participé à l’exposition de mon collectif NYC-SPC en janvier 2017, qui a été très réussie, mais courte. Nous n’avions que deux jours et demi pour exposer notre travail en raison de la galerie qui était très chère à louer. Nous espérons une autre expo en août de cette année. alors Stay tuned !!! J’ai également eu une partie de mon travail publiée dans quelques magazines basés en Corée du Sud.

 

 

Où peut on rester en contact avec ton travail ?

Instagram est le meilleur endroit pour voir mon travail et pour me contacter via la messagerie directe !

 https://www.instagram.com/youngjayonthestreet/

 

Cliquez ici pour accéder à la Galerie de Yougjae Lim.

Share Button

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Jeff Chane-MouyeBrunoJohn Harper Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
John Harper
Invité

Great interview Jeff with some absorbing photography from Youngjae.
NYC is such a gift to photographers. A big fan of the opener (The Handmaids), but for me the standout image is the guy with that strip of light, on a bus holding a box (?).
Interesting the change to colour film after such a short time. Though It is of no great importance , film or digital, colour or black & white, the gear…. the result is what counts.
Nice job from the both of you. Cheers. John

Bruno
Invité
Bruno

Super l’interview Jeff ! Ton blog est toujours aussi plaisant à lire et je ne m’en lasse pas.
Merci à toi pour le travail et le partage 😉
Bruno