I shoot for myself ! 4


(English version at the bottom of the page)

Ça fait un moment que je n’ai rien écrit. Je n’avais pas grand chose à dire et je suis en ce moment dans un état de transition. Des changements importants ont lieu en ce moment dans ma vie et j’ai très peu de temps à consacrer à mon Blog. Côté photo c’est aussi un peu compliqué car j’ai eu beaucoup de choses à gérer et je n’avais pas de temps à consacrer à la rue. Mais vous savez quoi ? On touche au but ! Ce mois de juin a été très chargé. Nous avons du mener de front les préparatifs du déménagement, les fêtes de départ des enfants, notre fête de départ et bien sûr le déménagement lui même. On est bien content d’avoir ça derrière nous… Nous avons du faire le nettoyage de la maison pour les futurs acquéreurs. Nous l’avons briqué de fond en comble. C’était un peu notre façon à nous de dire au revoir à cette maison qui a vu naître nos enfants et où on aura passé 10 merveilleuses années. D’ailleurs Ronan, notre plus jeune fils était très ému au moment de quitter sa maison.

 

 

Comme je vous l’ai dit, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour aller traîner dans les rues d’Aix-en-Provence. Il y a un temps pour tout … J’ai essayé de profiter de tous les minuscules moments qui étaient à ma portée pour continuer de cliquer. J’ai même fait quelque vidéos T.ME à nouveau que je n’ai pas eu encore le temps d’éditer. Une série de 3 vidéos d’une même rue à 3 moments de la journée (9h, 12h et 17h). Histoire de voir comment la ville changeait en fonction de l’heure. Cette série a été réalisée lors d’une seule journée où j’ai profité de mes pauses pour aller rapidement faire quelques photos (et vidéos !) dans Aix. J’ai eu moins de 30 mins pour chaque session et j’ai du travailler dans l’urgence, mais comme souvent pour ces vidéos, le résultat importe peu. L’intérêt est simplement de vous montrer la rue au travers de mes yeux.

 

 

Récemment, un ami m’a demandé combien de photos j’avais des rues d’Aix-en-Provence. Je n’ai pas su quoi répondre … Je me suis dit que si j’avais répondu « des milliers », j’allais passer pour un tarré et pourtant je pense qu’on est plus dans « des dizaines de milliers » … J’ai juste éludé en disant que j’en avais « beaucoup ». J’ai préféré embrayer en disant que j’avais assez peu de photos dont j’étais particulièrement fier.  Je me suis penché il y a quelques mois sur mon travail en faisant une introspection assez poussée. Depuis les photos s’empilent sur mon ordinateur et je n’ai pas le temps mais aussi pas la force de trier toutes ces photos. D’ailleurs, je devrais mettre un peu à jour mon portfolio et aussi le diaporama sur la page de garde de mon site.

 

 

Mon pote m’a posé une autre question intéressante : « Qu’est ce que je faisais de toutes ces photos ? ». Je me suis retrouvé un peu con, car cette question anodine m’a renvoyé quelques mois en arrière où j’essayais de répondre à la question « Why Street Photography ». Presque la totalité de mon travail est confidentiel. J’ai fréquenté pendant un moment Facebook, Instagram ou d’autres plateformes de partage, mais depuis plusieurs mois, j’ai coupé les ponts avec les réseaux sociaux. Alors oui pourquoi faire toutes ces photos si elles ne seront pas vues ni partagées ?

 

 

J’ai effacé mon compte Facebook en novembre dernier et ça fait 3 mois que j’en ai fait de même avec Instagram. Ces quelques mois passés loin des réseaux sociaux m’ont apaisé. Il n’y a qu’à regarder mes Blogs. Je trouvais beaucoup de sujets dans les pratiques que je constatais au travers des réseaux sociaux. Depuis que je suis « déconnecté », je ne vois plus ces comportements qui me hérissaient tant le poil. Plus de Blogs donc où je passais mon temps à râler pour dénoncer certaines pratiques. Ces quelques mois passés loin des Réseaux Sociaux m’ont aussi confirmé que je faisais de la Street Photography pour moi et personne d’autre. Je ne fais pas ça pour être connu, pour la gloire. La confidentialité dans laquelle je me complais en est une des preuves.

 

 

Un autre de mes amis m’a dit que pour lui l’objectif était de montrer ses photos lors d’expositions. C’est vrai que ça flatte l’ego de voir ses photos accrochées dans une salle d’exposition, mais justement pour quelle raison veut on vraiment exposer ? Y a t’il un message qu’on veut faire passer ou est ce surtout une question de vanité.  Personnellement je n’en ai pas vraiment envie pour le moment et de toute manière personne ne m’a proposé d’exposer. Enfin ce n’est pas tout à fait vrai … On m’a bien proposé d’exposer dans la bibliothèque de mon village à Jouques, mais je n’y tenais pas vraiment.

 

 

Je n’ai jamais aimé être dans la lumière alors autant vous dire que ce n’est pas aujourd’hui la veille que vous verrez me lancer dans une exposition. Je n’ai pas encore l’impression d’avoir fait le tour de la chose. Il y a un temps pour tout comme je l’ai dit et ce n’est pas le moment. Il y a bien quelque chose qui me tente néanmoins, c’est la l’auto-production d’un livre consacré à ces presque 4 années passées à arpenter les rues d’Aix-en-Provence. C’est un chapitre qui va se terminer dans quelques mois et il sera temps de faire un bilan de cette période. C’est juste une idée qui m’a traversé l’esprit, mais je ne sais pas encore si j’irai au bout de ce projet.

 

 

Pour le reste, j’ai presque envie de dire que c’est comme les Blogs que j’écris. C’est avant tout pour moi que je le fais. Toutes ces réflexions que j’ai dans mes articles ne sont juste qu’un moyen d’organiser mes pensées sur la photographie et sur la vie d’une manière générale. Pour les photos, je trouve de la satisfaction dans le process : me balader dans les rues. Dans une société de plus en plus déshumanisée et individualiste, être attentif à ce qui se passe autour de moi, me permet de me sentir vivant et de faire partie de ce monde. Pendant un moment, j’ai recherché l’extraordinaire dans la rue comme si j’avais besoin de ça pour prouver à tout le monde que je faisais de la Street Photography. Un peu à la recherche d’une espèce de légitimité, je voulais montrer que je savais observer les petits détails de la rue auxquels personne ne prête attention. Bullshit ! La Street Photography c’est la banalité. Parfois il y a quelque chose d’inhabituel qui s’y passe, mais 95% du temps, je ne photographie que des choses banales et c’est ce qui me plaît. Je ne photographie pas pour plaire aux autres, je ne suis pas les modes. C’est con à dire mais je ne photographie que pour moi même !

 

 

Toutes les photos ont été réalisées avec le Ricoh GR.

 

 

 

 

~o~

 

 

 

 

I shoot for myself.

 

 

 

 

 

 

It’s been a while since I wrote anything. I did not have much to say and I am in a state of transition right now. Significant changes are happening right now in my life and I have very little time to devote to my blog. Photo is also a little complicated because I had a lot to manage and I had no time to spend on the street. But you know what ? We touch the goal ! This month of June was very busy. We had to deal with the preparations for the move, the children’s farewell parties, our farewell party and of course the move itself. We are happy to have this behind us … We had to clean the house for future owners. We cleaned it from floor to ceiling. It was our way of saying goodbye to this house where our children were born and where we spent 10 wonderful years. Besides Ronan, our youngest son was very moved when leaving his house.

 

 

As I told you, I did not have much time to hang out in the streets of Aix-en-Provence. There is a time for everything … I tried to enjoy all the tiny moments that were within my reach to keep clicking. I even made some T.M.E videos again that I did not have time to edit yet. A series of 3 videos of the same street at 3 times of the day (9am, noon and 5pm). Just to see how the city changed according to the time. This series was made during a single day where I took advantage of my breaks to quickly make some photos (and videos!) In Aix. I had less than 30 mins for each session and I had to work in a hurry, but as often for these videos, the result does not matter. The interest is simply to show you the street through my eyes.

 

 

Recently, a friend asked me how many photos I had of the streets of Aix-en-Provence. I did not know what to answer … I told myself that if I had answered « thousands », I would go for a freak and yet I think we are more in « tens of thousands » … I just evaded saying that I had « a lot ». I preferred to engage in saying that I had quite a few photos of which I was particularly proud. I leaned a few months ago on my work by doing a sort of introspection. Since then, the photos are piling up on my computer and I do not have the time but also the strength to sort all these photos. Moreover, I should update my portfolio and also the slideshow on the front page of my site.

 

 

My friend asked me another interesting question: « What am I going to do with all these pictures? « . I found myself a little stupid, because this innocuous question sent me back a few months back where I tried to answer the question « Why Street Photography ». Almost all of my work is confidential. I spent some time on Facebook, Instagram or other sharing platforms, but for several months I’ve been away from social networks. So, why do all these photos if they will not be seen or shared ?

 

 

I deleted my Facebook account last November and it’s been 3 months since I did the same with Instagram. These few months away from social networks have appeased me. Just look at my Blogs. I found many topics in the practices that I saw through social networks. Since I am « disconnected », I do not see these behaviors that bristled me so much the hair. More Blogs so I spent my time bitching to denounce certain practices. These few months away from Social Networks also confirmed that I was doing Street Photography for me and no one else. I do not do this to be known, for glory. The confidentiality in which I indulge is one of the proofs.

 

 

Another friend of mine told me that for him the goal was to show his pictures at exhibitions. It is true that it flatters the ego to see his pictures hung in a showroom, but precisely for what reason does one really exhibit ? Is there a message that we want to pass or is especially a question of vanity. Personally I do not really want for the moment and anyway no one offered me to expose. Well it is not quite true … I was offered to exhibit in the library of my village in Jouques, but I did not really want.

 

 

I never liked being in the light so much as to say that it is not today the day before that you will see me launching into an exhibition. I still do not feel like I haven’t gone back to the first base. There is a time for everything as I said and it is not the moment. There is something that tempts me nevertheless, it is the self-production of a book devoted to these almost four years spent walking the streets of Aix-en-Provence. This is a chapter that will end in a few months and it will be time to take stock of this period. It’s just an idea that has crossed my mind, but I do not know yet if I’ll finish this project.

 

 

For the rest, I almost want to say that it’s like the Blogs that I write. It is primarily for me that I do it. All these reflections I have in my articles are just a way to organize my thoughts about photography and about life in general. For photos, I find satisfaction in the process: walk around the streets. In an increasingly dehumanized and individualistic society, being attentive to what is happening around me, allows me to feel alive and to be part of this world. For a moment, I looked for the extraordinary on the street as if I needed that to prove to everyone that I was doing Street Photography. A little in search of a kind of legitimacy, I wanted to show that I knew how to observe the little details of the street that nobody pays attention to. Bullshit! Street Photography is mundane. Sometimes there is something unusual happening, but 95% of the time, I only photograph mundane things and that’s what I like. I do not photograph to please others, I don’t follow trendy things. It’s stupid to say but I only shoot for myself !

 

 

All the photographs were made with the ricoh GR.

 

 

Share Button

4
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jeff Chane-MouyeJohn Harper Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien
Notifier de
John Harper
Invité

Not such ‘little’ details in that last shot, difficult to miss! Seriously, it’s the nuances and small details that make or break any photograph. With Street even more important. I find myself taking a lot of meaningless shots, something catches my eye or whatever, unfortunately they rarely translate into much when I look at them on my computer. They certainly wouldn’t be appreciated on Social Media, but those photos mean something to me and so I keep them. I think you made a good decision to finish posting on FB & IG, not sure whether you should have deleted your… Lire la suite »