Behind this shot : Girls in a tutu 2


La première chose qui m’est venue à l’esprit quand j’ai retouché cette photo chez moi est la chanson des Smiths : Vicar in a tutu. Cette photo a été réalisée devant l’église où ma sœur s’est mariée il y a 12 ans de ça pour la petite histoire. Ça ne me rajeunit pas… Je me suis dit que ce serait chouette de voir un vicaire avec un tutu comme les deux petites filles. Ça ferait une photo originale ! Cette chanson est tirée de l’album The Queen is Dead sorti en 1986. Oui définitivement, ça ne me rajeunit pas … Même si l’album regorge de titres plus connus, j’ai toujours eu un faible pour cette chanson. Les envolées lyriques de Morrissey et la guitare de Johnny Marr sont caractéristiques de cette époque révolue.

 

 

Revenons un peu à cette photo. Depuis quelques temps, j’ai tendance à traîner souvent aux mêmes endroits pour faire des photos. Car je sais où il y aura plus de monde pour faire de la Street Photography. Comme je vous l’ai déjà dit, Saint-Denis est une grande ville, mais au final ce n’est jamais la grande foule dans les rues. Pour être tout à fait honnête, en fin d’après-midi après la sortie des écoles, on retrouve pas mal de gens qui rentrent chez eux. J’ai même noté que le vendredi en fin d’après-midi, les rues s’animaient un peu plus. Sûrement l’approche du week-end !

Cette fin d’après-midi, j’avais décidé d’aller traîner du côté du bord de mer pour changer un peu. Je suis passé devant la cathédrale de Saint-Denis et j’ai aperçu ce petit groupe de personnes qui allaient vraisemblablement assister à un mariage. D’ailleurs, vu les circonstances sanitaires actuelles, un mariage a de grandes chances de se transformer en cluster de covid-19… Ça m’est souvent arrivé de m’immiscer au milieu d’un mariage pour faire des photos. J’aime bien ces situations car les gens sont bien habillés. À Aix-en-Provence tous les week-end d’été, la place de la mairie au centre ville voyait défiler des dizaines de mariages. C’était assez amusant d’essayer de capturer quelques scènes intéressantes. Ici il y avait très peu de monde dehors hormis ce petit groupe de personnes.

 

 

J’ai un peu hésité. C’est facile de se fondre dans la foule quand il y a du monde. Mais là c’était plus compliqué… Mais quand même, il y avait ces petites filles en tutu ! Au final, comme vous pouvez vous en douter, c’était plus fort que moi. J’y suis allé sans savoir comment j’allais m’y prendre pour réussir à photographier ces filles sans me faire remarquer. Je me suis simplement dirigé vers le petit groupe. Dans la situation actuelle, je devais monter les escaliers pour arriver à leur niveau et ça me permettait de pouvoir faire une photo en étant légèrement plus bas que les petites filles. Cet élément est important car si vous ne vous mettez pas à leur niveau en les photographiant en plongée, vous les écrasez et la photo n’est pas avantageuse. Je ne pouvais pas me permettre d’arriver à côté de ces filles et de me mettre à genoux pour prendre la photo. Là je me serais fait démasquer et interpeller dans le meilleur des cas et insulter dans le pire des cas… Les escaliers me permettaient de prendre la photo en étant légèrement plus bas, comme si au final je m’étais mis à genoux. Toute cette réflexion, je l’ai eu en parcourant les dizaines de mètres qui me séparaient d’elles. C’est toujours comme ça quand je repère une situation de loin. J’essaye de comprendre comment prendre la photo.

 

 

J’ai rapidement pris une photo en bas des escaliers. Je savais que cette photo n’était pas celle que je voulais, mais c’est comme un réflexe qui me pousse à cliquer au cas où je n’allais pas avoir ce que je veux par la suite. Autant vous dire que ça ne sert strictement à rien car la photo est sans intérêt. Tout juste ça me servira à me lamenter par la suite sur cette occasion perdue. En montant les marches, j’ai eu la surprise de voir ce petit groupe se disloquer et d’avoir une scène plus propre avec les deux petites filles en tutu qui regardaient quelqu’un derrière moi. En prime j’ai eu une petite gestuelle d’une des deux filles. La photo était dans la boîte et personne ne s’est rendu compte de quoi que ce soit et pourtant cette photo n’a pas été prise à l’aveugle, mais bien en visant avec l’écran. J’ai attendu que les personnages ne se superposent pas pour cliquer.

 

 

Je me suis demandé si je n’allais pas rester un peu pour faire d’autres photos, mais ça m’obligeait à redescendre les escaliers car la position du soleil dictait ma position. C’était trop compliqué et j’allais éveiller des soupçons et perdre ce moment. Très souvent avec les enfants, vous n’avez qu’une seule chance de faire des photos. Après vous êtes vite repéré et assimilé à un prédateur ou pervers. C’est dommage car j’adore faire des photos des enfants dans la rue. Ils sont imprévisibles et offrent toujours de bonnes opportunités de photos. Une personne est sortie de la cathédrale et j’ai réalisé cette dernière photo.

 

 

Je reste persuadé qu’il y avait encore du potentiel ici mais parfois, il faut savoir partir. J’avais obtenu ce que je voulais. Était ce nécessaire d’aller plus loin au risque de se faire démasquer ou même de créer une potentielle confrontation ? Ces personnes étaient quand même là pour partager un moment de joie et de fête. Inutile de gâcher cet instant. Je les ai donc laissé. Au final, je ne suis pas allé jusqu’au bord de mer. Une prochaine fois ! 

 

 

Vous pouvez voir qu’au final la photo a été travaillée en Noir & Blanc. Les couleurs dans ce cas précis, n’apportaient rien à la photo. Le monochrome me permettait de rendre ces fillettes identiques avec leur tutu. Il y avait aussi déjà une dominante blanche dans cette scène avec les murs et les pylônes. Le Noir & Blanc s’imposait.

Toutes les photos ont été réalisées avec le Ricoh GRD4.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Behind this shot : Girls in a tutu