Ricoh GRD4 : The living dead camera 2


Le premier article que j’ai écrit sur le Ricoh GRD4 date d’octobre 2016. Soit il y a 5 ans de ça ! C’est aussi vieux que ce Blog que je tiens depuis de nombreuses années. J’en ai écrit des articles sur cet appareil photo … Sûrement trop, mais c’est comme ça. Je l’aime beaucoup et j’ai beau avoir utilisé d’autres appareils, je finis toujours par revenir vers lui. J’avais commencé 2021 avec le Ricoh GRD4 jusqu’au mois de mars où j’ai découvert le Fujifilm XF10. Je ne sais pas si c’est l’attrait de la nouveauté ou juste le fait de sortir de ma zone de confort, mais je n’ai shooté qu’avec le Fujifilm XF10 depuis le mois d’avril.

 

 

Moins de 6 mois après l’avoir remisé dans un placard, je le dépoussière encore une fois. Pourquoi ? Marre de shooter avec le Fujifilm XF10 ?? Pas vraiment, mais il y a quelque chose qui me pousse toujours à revenir vers mon petit Ricoh. C’est la profondeur de champ. Le plaisir de shooter à f8 avec un petit capteur est juste fantastique. Tout est net entre 50 cms et l’infini. Le point & shoot ultime. Malheureusement je ne peux plus utiliser mon GRD4 à petite ouverture. J’ai une poussière au milieu de mon capteur et c’est visible dès f5.6. Donc je suis obligé d’ouvrir à f4 pour ne pas voir cette poussière gênante. Ca dégrade un peu ma DoF. Tout est net de 0,85 m à l’infini. Un autre problème induit apparait lors de scènes très lumineuses. Même à f4, ISO 80 et 1/2000s, il m’arrive d’être en surexposition. Il faudrait que je ferme mon diaph, mais dans ce cas là, la poussière serait visible. Bref une petite contrainte supplémentaire…

 

 

J’avais donc décidé de commencer le mois d’octobre avec mon Ricoh GRD4. Mais depuis cette décision, je n’ai pas eu le temps d’aller faire de la Street Photography à proprement parler. Les vacances sont passées par là et j’ai encore moins de temps. Je n’ai plus l’excuse de faire des photos avant d’aller chercher les enfants à l’école, ils sont en vacances ! Donc j’attends toujours de faire mon retour dans les rues avec ce très cher Ricoh GRD4. Je ne suis pas rester inactif, je continue de documenter ma vie en faisant des photos lors des anniversaires, lors de nos petites escapades à la mer …

 

 

Le GRD4 est clairement un appareil qui donne envie de faire des photos. Dès que je l’ai eu à nouveau entre les mains, je n’avais qu’une seule envie : faire des photos au flash. Le pop-up flash (absent du Ricoh GR3) est vraiment génial et on n’a pas à aller dans des menus très compliqués (comme sur le Fuji XF10 …) pour l’utiliser. Et il est vraiment utile pour déboucher des portraits ou un premier plan. Quand j’ai regardé mes premières photos sur mon pc, je suis à nouveau sous le charme du rendu des photos de cet appareil qui a 10 ans. Bien sûr mon Fuji XF10 avec ses 24 MP offre une meilleur qualité, mais il n’égalera jamais le côté organique si spécial du Ricoh GRD4.

 

 

Je voulais faire un bilan de mes 6 premiers mois avec le Fujifilm XF10, mais je ne serai pas arrivé aussi loin … Me revoilà donc reparti avec le Ricoh GRD4 dans les rues de Saint-Denis. Depuis début octobre, je n’ai pas fait de Street Photography, le diaporama de ce mois sera light. Mais j’espère bien me rattraper d’ici la fin de l’année !

Toutes les photos ont été faites avec le Ricoh GRD4

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Ricoh GRD4 : The living dead camera

  • jean Perenet

    C’est vrai qu’il addictif cet appareil. Le mien n’a pas encore de poussière et je croise les doigts pour qu’il dure le plus longtemps possible. Le mode macro est également fabuleux si on veut faire autre chose que de la « streetphoto ». Je n’utilise que très rarement le GR2 maintenant. Le stabilisateur du GRD4 est vraiment un grand plus. J’utilise souvent le mien entre f. 1.9 et f.4 et à f.4 tout est net en général, ce qui résoudrait tes problèmes de poussière.
    Bonne continuation à La Réunion
    Jean

  • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

    C’est ce que je fais depuis que j’ai découvert cette horrible poussière au milieu de mon capteur. Je travaille à f4 et j’ouvre jusqu’à F1. 9. Je ne ferme pas plus que ça car j’ai fait des tests qui montrent que c’est visible à partir de f5.6…je perds un peu de profondeur de champ, mais je peux continuer à utiliser cet appareil que j’aime tant !
    J’aime aussi optimiser au mieux les réglages pour être très souvent à Iso 80. C’est vraiment le pied de photographier avec une sensibilité aussi basse, mais aussi un challenge. Tirer la quintessence de cet appareil en optimisant au maximum l’ouverture et la sensibilité.
    J’aime aussi beaucoup utiliser la fonction macro de l’appareil avec cette mise au point minimale de malade !
    Bref c’est vraiment un superbe appareil. Heureusement qu’on en trouve encore sur eBay sinon je serais malheureux…