Behind this shot : Cartoon life


Vous vous rappelez pour les plus vieux d’entre vous de Space Jam  ? Le film sorti en 1996 où Bugs Bunny donne la réplique à his Airness : Michael Jordan ? Ce n’était pas le premier film du genre car en 1988 sortait Qui veut la peau de Roger Rabbit, un film mêlant lui aussi des personnages de cartoon à des des vrais acteurs. Cette après-midi avant d’aller chercher Joachim à l’école, je suis passé devant un magasin qui a demandé à un grapheur réunionnais de travailler avec eux sur une collection de vêtements. Il s’agit de Vast.

 

 

Je ne le connais pas, mais son univers est assez coloré. Le magasin en question a donc installé sur la rue deux personnages cartoon fixés sur des plaques métalliques. Il y avait donc un chien et un jeune garçon. Les couleurs sont très vives et malheureusement le soleil n’était pas de la partie en cette fin d’après-midi. Je suis resté un peu sur place pour comprendre comment construire ma photo. Ce qui était évident, c’est que j’allais jouer sur ce décalage entre des personnages réels et ces personnages cartoon.

 

 

J’avais ma petite idée en tête et je suis resté un bon moment à attendre qu’un chien ne passe à côté. J’ai attendu 40 mins et pas de chien … C’est ça la Street Photography. L’école de la frustration. Vous n’êtes pas en studio. Des situations se présentent , la lumière est ce qu’elle est et c’est à vous de composer avec ce que vous avez sous la main. Alex Coghe dit souvent très à propos, qu’il considère la Street Photography comme une équation visuelle à résoudre. Je ne pense pas que ce soit toujours le cas, mais très souvent je ne peux qu’abonder dans son sens.

 

 

Ici j’avais plusieurs idées en tête. Un chien aussi coloré attire forcément l’attention dans la rue, mais les gens doivent être blasés car au final, personne n’y prêtait attention. Même les enfants ne s’attardaient pas. Un seul petit garçon s’est arrêté pour toucher ce chien en carton pâte. Le samedi, les gens seraient peut-être plus détendus et traîneraient plus avec leurs bambins, mais je n’ai pas le temps d’aller dans Saint-Denis durant le week-end … J’ai aussi essayé d’intégrer ce faux chien dans une scène où une personne se baladerait avec son chien, mais ça ne marchait pas.  Les photos sont intéressantes, mais ce n’est pas vraiment ce que je voulais.

 

 

Ce chien avait des lunettes en forme de cœur et faisait un clin d’œil. Je me suis dit que je pourrais jouer avec le côté un peu coquin de ce chien qui auraient les yeux qui sortiraient des orbites comme dans les cartoons. J’ai pris un point de vue plus bas pour composer qu’avez les jambes des passants. Là bien sûr, l’idéal aurait été d’avoir une jeune femme en jupette avec des talons qui passerait. Un peu comme la photo que j’ai échangé avec Elizabeth Char que vous pouvez voir ici. Entre parenthèse, c’est juste une photo sublime ! Mais non, rien de tout ça. J’ai du faire avec ce que j’avais.

 

 

Ce qui me gênait le plus, c’était le socle noir qui portait ce chien cartoon. Passer les photos en Noir & Blanc permettaient de rendre moins distrayant cette plaque métallique, mais enlevait de l’intérêt à la photo. J’ai essayé de lui couper un peu les pattes pour qu’on ait l’impression que ce soit un vrai faux chien. Vous me suivez toujours là ? C’est à ce moment que j’ai vu cette fourgonnette de la poste arriver et que j’ai été attiré par la similitude des couleurs. Je l’ai montrée à mes enfants et ça les a fait rire, ce contraste entre le chien cartoon et une vrai scène de vie. Et ils se demandaient comment j’avais fait ça ? C’est une photo assez simple et au final elle marche.

 

 

Toutes les photos ont été faites avec le Ricoh GRD4.

 

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *