Behind this shot : the eye 2


Je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à la Street Photography ces derniers semaines. Il y a eu les vacances scolaires mais pas que. J’ai passé beaucoup de temps à faire du sport pour essayer de retrouver une bonne condition physique et il faut dire qu’après une bonne séance, je n’ai pas vraiment envie d’aller marcher des kilomètres sous un soleil de plomb… Le temps n’a pas été terrible aussi. On est toujours en été ici de ce côté de l’hémisphère et on a eu pas mal de pluies ce mois dernier. Et ici ça rigole pas. C’est une île tropicale et quand la pluie se met à tomber, ce sont littéralement des seaux d’eau qu’on nous verse dessus !

Cette photo a été réalisée alors qu’on allait en pause déjeuner avec ma femme. En fait non, je suis en train de mentir… J’ai vu cette scène en allant au restaurant (oui je suis désolé, on peut toujours aller au restaurant chez nous…). J’ai claqué rapidement une photo mais elle n’était pas terrible. Le ciel était bleu et je ne suis pas attardé car on n’avait pas beaucoup de temps pour déjeuner. Dans l’après-midi, après avoir déposer Gwen à son travail, je suis repassé devant cette scène. Le ciel s’était chargé de nuages et donnait une autre ambiance au cette scène. J’ai pris le temps de composer pour faire cette photo. Ce n’était pas prémédité. C’est en repassant dans cette rue que je me suis souvenu que je n’avais pas exploité tout le potentiel de cette scène. C’est ma photo coup de cœur de mars. Elle est vraiment très simple et contrairement à mon travail habituel, il n’y a personne dans le cadre, juste plusieurs volatiles. Ce lampadaire est comme un œil qui veille sur nous. Je lève assez rarement la tête quand je suis dans la rue et c’est un tort. Cette fois j’ai bien fait …

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Behind this shot : the eye

  • Jérôme Landré

    Hello, ça paye de regarder en l’air, je retiens la leçon ! (et, pour moi, cette image a complètement sa place dans une série « street »)
    Par contre pour le resto (et, j’imagine, les verres en terrasse), tu me fais mal ! (mais je ne suis pas jaloux, profite !)

    • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

      Je n’ai pas beaucoup tendance à lever la tête quand je suis dans la rue. Trop occupé à scanner au niveau des yeux des trucs à photographier. Un manque de curiosité coupable, trop focalisé sur les personnes. J’avoue que je suis irrémédiablement attiré par les gens, leurs gestuelles, leurs interactions. Ce n’est pas que je considère que la Street doit forcément contenir des personnes mais une attirance pour les personnes ça c’est sûr. Je t’invite à aller voir le travail d’Alex Coghe, qui m’inspire beaucoup et j’aime beaucoup son travail sur les paysages urbains. L’être humain est très présent sans forcément être visible.