Where do I find myself 5


Juillet dernier c’était juste il y a à peine 3 mois, mais il me semble que c’était une éternité. J’ai l’impression que ça fait un bail que j’ai fait quoi que ce soit en Street Photography. Il fut un temps où je me plaignais de revenir à la maison avec que de la daube. Je me plaignais que les yeux ne voyaient rien. Je me plaignais que ma ville était ennuyeuse pour me trouver des excuses. Rien de tout ça aujourd’hui. Je ne peux même pas me plaindre de quoi que ce soit. Je ne fais pratiquement pas de photos. Enfin de Street Photography… On vient tout juste de passer quelques jours à l’hôtel et j’ai fait beaucoup de photos. Je vais essayer d’en partager quelques unes avec vous dans ce Blog.

 

 

 

Ce qui me trouble le plus, c’est que la Street Photography ne me manque pas. Les rares fois où je me suis retrouvé en ville, j’ai sorti avec plaisir mon appareil photo, mais quand je restai à la maison, je n’avais aucune envie de sortir faire des photos. Aucune envie d’aller errer inlassablement pour accomplir ce devoir de documentation que je croyais si important. J’en suis à me demander si depuis le début, je ne m’étais pas trompé. Si au final, je ne m’étais jeté à coeur perdu dans la Street Photography pour de mauvaises raisons ? Si je considérais ça si important, comme le fait de respirer, comment se fait il que je me sois autant détaché de la chose ?

 

 

Il y a une chose que je dois confesser. J’ai longtemps essayé de me convaincre que c’était parce que j’aimais les gens, que j’avais de l’empathie pour eux et leurs situations que je faisais de la Street Photography. C’est un mensonge. Je ne discute jamais dans la rue. Je n’intéragis jamais avec quiconque. J’ai commencé c’est vrai comme ça car c’était une façon de me donner une certaine légitimité et de vaincre ma peur de photographier les gens. En interagissant avec eux, j’obtenais en quelque sorte leur assentiment. Mais depuis plusieurs années maintenant. Je ne considère les gens que comme des éléments de composition dans mes photos. Bien sûr je suis à l’affût car je connais les réactions des gens. Je sais anticiper ce qui va se passer et c’est essentiel pour capturer des gestuelles. C’est ce qui me fait douter sur ma réelle motivation dans la rue. Je me rend compte que ce que je fais est très égoïste. Tout ce que je fais, c’est parce que je trouve ça beau et c’est parce que j’éprouve ce plaisir que je fais de la Street Photography.

 

 

La dernière fois en voiture, j’écoutais une émission qui parlait de la vieillesse. Et il y avait des choses intéressantes. Comme par exemple « à quel âge on est considéré comme vieux » ? Dans le monde du sport de haut niveau, c’est 25 ans. Dans le monde professionnel, c’est 45 ans… Et en Street Photography ? On est vieux quand ? J’ai l’impression d’être déjà vieux personnellement… Bon déjà j’ai 49 ans et j’ai déjà 6 années de Street Photography derrière moi. Je me demande si je n’ai pas grandi trop vite en Street Photography. Au point d’en éprouver de la lassitude aujourd’hui. J’espère sincèrement que ce n’est juste qu’un état passager…

 

 

Je suis même vieux dans ma façon d’appréhender la pratique. Qui de nos jours continue à shooter en RAW ? Qui n’a absolument aucune présence sur les réseaux sociaux ? J’en suis même à me dire que c’était mieux avec avant avec les Clubs de photos où on échangeait et discutait de vive voix des photos sans le filtre des réseaux sociaux, caché derrière son écran. Avec ça, j’ai tout dit. C’est un réflexe de vieux de dire : « c’était mieux avant … » J’ai l’impression de ne pas vivre dans la bonne époque. Même ma façon de voir la Street Photography me ramène des années en arrière. J’ai horreur de toutes ces nouvelles modes dans la Street Photography qui fait le bonheur de tous ces festivals de photo insipides. J’aime la banalité de la rue, j’aime juste capturer des moments insignifiants dans la rue.

 

 

Je ne sais pas ce que je veux dire en écrivant ce Blog. Ce qui est sûr, c’est qu’on peut avoir un tas de raisons différentes de faire de la Street Photography. Et aussi un tas de raisons de ne pas ou plus vouloir en faire. Je me questionne beaucoup sur ce qui me ferait continuer à arpenter inlassablement les mêmes rues avec mon Ricoh au poignet. Je vous laisse avec un diaporama des photos que je n’ai pas montrées de ces derniers mois. Du travail très inégal. Difficile d’être consistant quand on passe aussi peu de temps dans la rue…

 

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Where do I find myself

  • Jean Perenet

    Bonsoir Jeff, quelle belle moisson d’images, peu importe que ce soit de la photographie de rue ou un autre domaine de la photo, l’essentiel c’est d’essayer de faire de belles images et de se faire plaisir. Pour ce qui est du choix des RAW ou Jpeg tout dépend de l’appareil. J’aime les fichiers Raw de mon GXR (ils sont géniaux à travailler malgré le capteur vieillissant) mais j’ai horreur de ceux de mes 2 GRs.
    Mes amis de Macfilos et moi-même avons tous la soixantaine bien sonnée voire beaucoup plus pour certains et pourtant nous sommes presque tous sur instagram en accès public ou privé. Ce n’est pas une question d’age mais de choix personnel. J’ai récemment essayé le club photo et j’ai fui après la première réunion.
    En écoutant la bande son de ta vidéo, je ne sais pas si tu connais les Kingsbury Manx, Mazzy Star et Hope Sandoval mais leurs premiers albums pourraient te plaire.
    Continue à te faire plaisir en photo
    Bonne soirée
    Jean

    • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

      C’est clair que je ressens parfois le manque de pouvoir partager mon travail avec d’autres personnes… J’ai souvent l’impression que je fais tout ça pour rien. J’ai l’impression de brasser du vide et que tout ce que je fais sous le couvert de documenter ma ville n’est qu’une énorme arnaque et qu’au final rien ne restera de tout cela.
      Bref je me pose beaucoup de questions sur le pourquoi je fais les choses.
      Je vais essayer de retrouver juste le plaisir de faire des photos dans me prendre la tête. Sans objectifs particuliers, sans attentes particulières. On verra bien. En tout cas merci de continuer à regarder ce que je fais. N’hésite pas à me dire quand tu écris et poste sur mcfilo.
      Ah et pour la musique, oui je connais bien mazzy star et sa chanteuse hope sandoval. Elle a bercé les journées d’hiver où j’agis du spleen 😊

      • Jean Perenet

        Bonjour Jeff,
        j’ai posté 2 articles dernièrement sur Macfilos sur les voyages scolaires que j’organisais en Ecosse avant la retraite et le covid. J’ai utilisé principalement des GRD3 et GRD4 pendant ces voyage. En ce moment j’utilise un M43 car mon Leica X2 a rendu l’âme. Je vais le faire répare en GB où une des mes filles habite en décembre. Je viens de trouver quelqu’un qui les répare encore. En tout cas le M43 marche bien pour la photo de rue. J’ai un 20mm à peu près l’équivalent des Ricoh GR3x et c’est bien sympa dans la rue. Tu as un peu plus de distance avec le sujet et tu n’es pas obligé de t’approcher trop près comme avec le 28mm mais l’angle est plus restreint. Je devrais avoir un article qui sort la semaine prochaine sur mes impressions du m43. J’essaye de scanner mes négatifs des années 80 (N&B) pour un futur article.
        Bon weekend à toi
        Jean

        • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

          Le m43 c’est quoi ? Un 4/3 ? De quelle marque ?
          Je suis toujours impressionné par les photos qu’on peut faire avec les GRD… Juste le faire de regarder tes photos, me donnent envie d’en racheter un autre 😬.
          Pour moi il n’y a pas photo. Je préfère le rendu de ces appareils au plus récent GR3…
          L’écosse est un pays que j’ai découvert les d’un trip de 10 jours sur l’île de sky. Un pays vraiment magnifique et dépaysant. Je rêve d’y amener mes enfants pour leur faire découvrir le Quiraing !
          Merci pour les liens. Tes photos sont vraiment magnifiques et le texte les accompagnant nous donne envie d’y aller !

          • Jean Perenet

            j’ai acheté un micro 4 tiers Panasonic GX9 avec un 14mm (eq.28) et un 20mm (eq. 40). Ca marche plutôt bien. Il faut faire attention par contre à bien exposer quand il y a des ombres et de la lumière car la plage dynamique est très limitée et si tu veux récupérer dans les ombres alors la le bruit monte à la vitesse supersonique. Sinon, c’est un chouette appareil mais c’est du temporaire; C’était pas trop cher et ça se revend bien. Je suis allé plusieurs fois à l’ile de Skye faire de la rando avec mes enfants et il y a de superbes balades à faire. Si tu veux voir le rendu du micro4/3 je crois que j’ai un article à venir sur Macfilos vendredi prochain mais il n’y a pas trop de photo de rue, pas mal de nature et des petits projets personnels.
            Bonne continuation à la Réunion
            Jean