Contact Sheet #9 : Compose the picture and wait ! 2


(English version at the bottom of the page)

J’avais déjà rédigé un Blog sur cette phrase de Sam Abell. J’ai souvent une attitude très directe dans la rue où je me laisse guider par mon instinct et mes tripes. Cette énergie se ressent dans mes photos. Mais j’aime aussi traîner sur une scène pour prendre le temps de composer ma photo plus méticuleusement. Ce sont deux approches différentes mais je les trouve complémentaires. C’est très important d’apprendre à composer rapidement dans la rue et quoi de mieux que de s’entraîner sur des situations assez statiques ?

 

 

Dans la rue, on est à la recherche de situations assez inhabituelles qui sont des sujets intéressants. Depuis que je suis à la Réunion, on passe beaucoup de temps à la plage avec les enfants et pratiquement toutes mes photos sont ainsi faites en bord de mer. J’ai été attiré par une grosse pelleteuse qui faisait quelques travaux au milieu des personnes allongées à faire bronzette sur le sable. Un périmètre de sécurité était installé pour sécuriser la zone de travail.

 

 

En milieu d’après-midi, la pelleteuse se déplaça dans notre direction pour enlever du sable une grosse canalisation enterrée. Cette situation m’offra sur un plateau une scène à quelques mètres de là où on était installé. J’ai pris mon Ricoh GR et j’ai analysé les éléments qui se présentaient à moi. Assez rapidement, je me suis concentré sur 3 éléments qui me semblaient importants. Oui ce fameux chiffre 3 … La jeune fille au premier plan, les personnes sur la droite et bien sûr le godet de la pelleteuse.

 

 

 

La fille au premier plan était statique. Elle m’intéressait car elle était dans l’ombre et le soleil sur son bras et sa serviette nous offrait une scène très graphique. J’aime bien ces sujets statiques car nous avons un premier plan facile à intégrer dans une composition plus complexe faite de plusieurs plans (layers). J’ai un peu attendu qu’il se passe quelque chose sur la droite car la seule silhouette de l’homme était assez peu intéressante. L’arrivée de sa femme avec sa bouteille d’eau a été déterminante pour que j’appuie sur le déclencheur. Le dernier élément est le godet de la pelleteuse. Je me suis rapidement rendu compte qu’il fallait que le godet se détache sur le ciel bleu pour que la photo soit plus lisible.

 

 

Au final je n’avais plus que deux éléments à surveiller pour appuyer sur le déclencheur. Au delà de ces 3 éléments, il y a quelques petits détails qui m’ont aussi amené à faire quelques petits pas à gauche pour mieux composer ma scène. Je me suis aidé de la tête de la fille pour cacher un des personnages. Les trois personnes en arrière plan qui ne se superposent pas avec les troncs des arbres ne sont pas le fruit du hasard. Sur des scènes statiques comme celles là, je suis très méticuleux. Même quand j’ai une attitude plus directe dans la rue maintenant, j’essaye de faire attention de ne pas avoir de personnages qui se superposent.

 

 

J’aime ces situations où cette phrase de Sam Abell a une résonance toute particulière. Ce n’est pas tout de voir une scène intéressante. Il faut par la suite décider ce qu’on va mettre dans le cadre et s’appliquer à bien composer sa photo. Pour le reste, il faut attendre le bon moment pour appuyer sur la déclencheur. Je me dis toujours qu’il va se passer quelque chose. Bon ça ne marche pas tout le temps, mais je continue de faire des photos au cas où … Et pour tout vous dire, c’est souvent payant !

Voici l’intégralité des photos prises de cette scène. Elles ont toutes été réalisées avec le Ricoh GR.

 

 

 

 

~ o ~

 

 

 

 

Contact Sheet #9 :

Compose the picture and wait …

 

 

 

 

 

I had already written a blog about this quote of Sam Abell. I often have a very direct attitude in the street where I let myself be guided by my instinct and my guts. This energy is reflected in my photos. But I also like lingering on a scenery to take the time to compose my picture more meticulously. These are two different approaches but I find them complementary. It’s very important to learn how to compose quickly in the street and what better than to train on fairly static situations ?

 

 

In the street, we are looking for rather unusual situations that are interesting scenes. Since I’m in Reunion Island, we spend a lot of time on the beach with the kids and almost all my photos are made by the sea. I was attracted by a big digger that was soing some work in the middle of people lying down to sunbathe on the sand. A security perimeter was installed to secure the work area.

 

 

In the middle of the afternoon, the excavator moved in our direction to remove a large buried pipe from the sand. This situation offered me on a stage a scene a few meters from where we were installed. I took my Ricoh GR and analyzed the elements that presented themselves to me. Quite quickly, I focused on 3 things that seemed important to me. Yes that famous figure 3 … The girl in the foreground, the people on the right and of course the bucket of the digger.

 

 

 

The girl in the foreground was static. She interested me because she was in the shade and the sun on her harm and her towel offered us a very graphic scene. I like these static subjects because we have a first plan easy to integrate in a more complex composition made of several plans (layers). I waited a bit for something on the right because the only silhouette of the man was not very interesting. The arrival of his wife with her water bottle was decisive for me to press the trigger. The last element is the digger’s bucket. I quickly realized that the bucket had to stand out against the blue sky to make the picture more readable.

 

 

In the end I had only two elements to take in account to press the trigger. Beyond these 3 elements, there are some small details that also led me to take a few small steps to the left to better compose my scene. I took advantage of the girl’s head to hide one of the characters. The three people in the background who do not overlap with the trunks of trees are not the result of chance. On static scenes like these, I am very meticulous. Even when I have a more direct attitude on the street now, I try to be careful not to have overlapping characters.

 

 

I like these situations where this sentence of Sam Abell has a particular resonance. It’s not enough to see an interesting scene. We must then decide what we will put in the frame and apply to compose well his picture. For the rest, you have to wait for the right moment to press the shutter button. I always tell myself that something is going to happen. Well it does not work all the time, but I continue to work the scene just in case … And to be honest, it’s often worth it !

Here are all the photos taken from this scene. They were all made with the Ricoh GR.

 

 

 

Share Button

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jeff Chane-MouyeJohn Harper Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
John Harper
Invité

Here’s the difference then between taking or making a photo, à la Jeff. You chose the best, the woman with the bottle makes it. I just wish that guy in the last three frames, stood between the tree and digger bucket, was in it to. It’s amazing how things just seem to fall into place most of the time. Sam Abell’s father gave him the best advice. On the Street it’s instinctive though, I know people run workshops, but I don’t think you can teach that or wouldn’t know how to begin to teach it. Good post Jeff, as it… Lire la suite »