Social Media is killing Street Photography. 9


(English version at the bottom of the page)

Oui je sais, ce genre d’article a maintes fois été écrit, mais je vais à mon tour donner mon avis là dessus. Récemment j’ai participé à une petite discussion sur un forum concernant la future sortie du Ricoh GR III qui approche à grand pas (fin mars). Une des personnes a dit quelque chose qui m’a fait bondir :

En ce qui concerne ce genre d’appareil, notez tout de même que toutes les images réalisées sont généralement semblables car ce genre d’appareil ne laisse pas beaucoup de marges de manœuvre. J’ai rarement vu un vrai style se dégager entre les photographes qui utilisent ce genre d’outil. C’est souvent la même chose, c’est plutôt anecdotique.

 

Ce qui m’a interpellé sur ce commentaire, c’est que l’auteur se trompe sur le problème. Ce n’est pas l’appareil photo qui en est la cause ! Mais la vision des photographes. J’en ai déjà parlé dans d’autres Blogs sur cette uniformisation de ce qu’on voit sur les Réseaux Sociaux. Que ce soit sur Facebook ou Instagram, nous avons des gros groupes comme #MySPC #Storyofthestreet #fromstreetwithlove #spicollective #apf #balkancollective … Ce sont ici des groupes Instagram, mais la même chose existe sur Facebook. Ces groupes sont presque tous reliés les uns aux autres. Il suffit de tagger ces groupes dans sa publication pour voir sa photo apparaître dans son feed et donc d’être visible par pour les gens qui suivent ces groupes. L’idée en elle même est intéressante. Ces mêmes groupes mettent en avant des photographes de temps à autre et c’est là où je pense que le problème se pose …

 

 

On assiste à une uniformisation de ce qui est présenté. C’est presque toujours la même chose. Suivant le groupe, vous aurez toujours le même style de photo. C’est plaisant au début quand on découvre les Réseaux Sociaux, mais rapidement vous avez l’impression qu’on vous sert à la même chose à regarder … Quand vous êtes mis en avant par ces groupes, votre photo gagne en exposition et rapidement est vue par des milliers de personnes car les abonnés de ces groupes se comptent par dizaines de milliers !

 

 

Combien de curators d’un nouveau genre par groupe ? Ils ne sont pas nombreux  c’est sûr. Je ne sais pas quels sont les critères de mise en avant des photos. Je ne remets pas en doute les curators qui sont souvent eux mêmes de très bon photographes et je n’ai aucun doute sur le fait qu’ils aient pu trouver intéressante une photo mise en avant. Mais en quelque sorte, ils imposent involontairement leur vision de la Street Photography à une large audience. Et c’est là le fond du problème. Comme toute le monde, nous avons des préférences, des photos qui nous parlent plus, d’autres auxquelles nous sommes hermétiques.

 

 

Même si ils ont reliés entre eux, les groupes se tirent la bourre pour attirer le plus de followers qui leur donneront de fait plus de légitimité. On en revient toujours aux mêmes problèmes générés par les Réseaux Sociaux. A savoir, qui a la plus grosse … Ces groupes sont donc suivis par des milliers et des milliers de personnes qui s’inspirent de ce qui est présenté. Que ce passe t’il quand ces groupes présentent le même style de photos à longueur de temps ? Vous l’aurez compris … Nous arrivons à une uniformisation de styles photographiques. On applique les mêmes recettes car les gens aiment ça et au fond, on veut que les gens nous aiment aussi. Donc on se met à faire ce qu’on voit.

 

 

Il n’y a pas de mal à s’inspirer des autres, mais si on en arrive à ne faire que ça et à ne pas développer sa propre vision, on finit dans la masse informe dans laquelle baigne la majeure partie du milieu. Qui a parlé de de Light/Shadows  ? Ce n’est pas le seul thème récurrent dans la Street Photography. Il y a d’autres clichés qui sont reproduits encore et encore comme des « Like Machines ».

 

 

Tim Huynh, un ami hawaïen avait écrit il y a quelques temps un Blog très à propos : The Street Photography Bubble. Il porte un regard très juste sur la pratique et je rejoins son avis sur le fait que les Réseaux Sociaux sont en train de tuer la  créativité en Street Photography.

 

 

Toutes les photos ont été réalisées avec le Ricoh GR lors de récentes vacances à l’Ile de la Réunion.

 

 

 

~ o ~

 

 

Social Media is killing Street Photography.

 

 

 

 

Yes I know, this kind of article has been written many times, but I will give my opinion on it. Recently I participated in a small discussion on a forum about the future release of Ricoh GR III which is fast approaching (end of March). One of the people said something that made me jump :

Regarding this kind of camera, note that all images are generally similar because this kind of camera does not leave much room for maneuver. I have rarely seen a real style emerge between photographers who use this kind of tool. It’s often the same thing, it’s rather anecdotal.

 

 

What aroused me about this comment is that the author is wrong about the problem. It is not the camera that is the cause ! But the vision of the photographers. I’ve already talked about it in other Blogs about this standardization of what we see on Social Networks. Whether on Facebook or Instagram, we have big groups like #MySPC #Storyofthestreet #fromstreetwithlove #spicollective #apf #balkancollective … These are Instagram groups, but the same thing exists on Facebook. These groups are almost all connected to each other. Just tag these groups in his publication to see his picture appear in his feed and therefore be visible to people who follow these groups. The idea itself is interesting. These same groups highlight photographers from time to time and this is where I think the problem arises …

 

 

There is a standardization of what is presented. It’s almost always the same thing. Depending on the group, you will always have the same style of photo. It’s nice at the beginning when we discover the Social Networks, but quickly you have the impression that we serve you the same thing to look at … When you are featured by these groups, your photo gets exposure and quickly is seen by thousands of people because there are tens of thousands of followers in these groups  !

 

 

How many curators of a new kind per group ? They are not numerous for sure. I do not know what are the criteria for highlighting photos. I do not question curators who are often very good photographers themselves and I have no doubt that they could find interesting a picture to feature. But in a way, they unintentionally impose their vision of Street Photography on a large audience. And that is the essence of the problem. Like everyone else, we have preferences, pictures that speak to us more, others to which we are hermetic.

 

 

Even if they linked together, the groups are fooling around to attract the most followers who will actually give them more legitimacy. We always come back to the same problems generated by Social Networks. Namely, who has the biggest … These groups are followed by thousands and thousands of people who are inspired by what is presented. What happens when these groups present the same style of photos all the time ? You will understand … We arrive at a standardization of photographic styles. We apply the same recipes because people like it and basically, we want people to like us too. So we start doing what we see.

 

 

There is no harm in being inspired by others, but if we come to do just that and not develop our own vision, we end up in the shapeless mass in which most of the environment is bathed. Who spoke about Light/Shadows ? This is not the only recurring theme in Street Photography. There are other clichés that are reproduced again and again as « Like Machines ».

 

 

Tim Huynh, a Hawaiian friend, wrote a very timely blog about The Street Photography Bubble. He takes a very fair look at the practice and I agree with him that Social Media is killing creativity in Street Photography.

 

 

All the photographs were made with the Ricoh GR during recent vacation on Réunion Island.

 

 

 

 

 

Share Button

9
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
6 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Jeff Chane-MouyeJohn HarperGély-Fort Pierre Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Gély-Fort Pierre
Invité

Bonsoir Jeff, suite aux échanges lus sur le monde de la Photo je recherchais sur votre site le moyen de vous confirmer par écrit ce que vous avez dit : « Je ne fréquente jamais les forums car comme l’a si bien indiqué une personne, beaucoup de Troll et de personnes qui parlent sans rien savoir. J’ai eu le malheur de commenter sur ce fil car j’attend ce Ricoh GR III et j’aime la ligne Ricoh GR. J’ai sûrement eu tort. ». Et je découvre votre article bienvenu ! Je partage votre analyse sur l’influence des réseaux sociaux comme par exemple les… Lire la suite »

John Harper
Invité

Photography, like fashion, follows a trend. If something proves to be popular then it will be imitated, mass produced for the masses. Just a decision needs to be made; Dedicated Follower of Fashion, Fashion Victim or Trendsetter. I used to follow SPi on Instagram, I saw the same old cliches and one day a shot that clearly had two people photoshopped badly into the frame and this was an image that was “featured”. I stopped following and to be honest got fed up seeing the same names and type of photos appearing in my feed. I might suggest that all… Lire la suite »

trackback

[…] months and months of reflexion about this argument and I’ve find inspiration after reading Jeff Chane-Mouye’s article about street photography and social media. Probably i’ll write another article about photography and social media but the essence is […]