Street Photography Tips : Triangles 2


Lauren Welles : A « Metzkeresque » photo (look up Ray Metzker, if unfamiliar with his work). Perfect lines, shadows, light and triangles – Fundamental elements of good composition. While I often see work like this in Street Photography, I think that verticals are much harder to get right and this one does it perfectly, making use of evey inch of the frame.

Cette photo date de 2016 et elle avait été sélectionnée par Lauren Welles, une photographe de rue New-Yorkaise pour le compte d’un petit contest. Elle a été publiée dans un photobook : World Street Photography 4. J’aime beaucoup cette photo mais pas uniquement pour des raisons esthétiques. Je l’aime car je suis passé par hasard devant cette scène. Je m’étais garé un peu plus loin et je me dirigeais à pied vers un autre spot que j’avais repéré. Je suis donc passé sous ce pont à pied alors que d’habitude je suis sur la route en voiture et la perspective est totalement différente. Cet endroit a aussi énormément changé depuis les travaux pharaoniques qui ont vu les voies remodelées pour accueillir Aixpress, des bus avec des voies dédiées 100% électriques. Cette photo est ancrée dans son époque et plus jamais on ne pourra refaire cette photo.

Cette photo sert d’intro pour le sujet que je voulais depuis un moment aborder. L’importance des triangles dans la photographie et notamment ici dans la Street Photography. Dans ce cas précis, les triangles son évidents et visibles en tant que structures géométriques. Comme j’ai pu le dire, je ne suis pas un grand fan de photos d’architecture, mais je ne dédaigne pas de prendre parfois le temps de composer avec des éléments urbains pour faire des choses différentes. C’était le cas pour cette photo ci dessous.

 

jeff-chane-mouye-street-photography-reunion-island-236

 

J’étais passé à côté de ce chantier et j’aimais voir ces blocs de béton bruts en train de sortir du sol. Je suis resté à observer le ballet de la grue qui venait amener du béton frais pour couler les murs. J’ai pris le temps de composer assez précisément, ce que je fais assez rarement et je suis plutôt content du résultat. J’ai toujours en tête les triangles quand je compose. Les triangles rendent tout dynamique. C’est encore le cas ici avec les verticales  inclinées et les nombreux triangles qui apparaissent quand vous prenez le temps d’étudier la composition. Je peux vous confirmer que tous les éléments sont placés là où je le voulais.

 

 

Très souvent, les triangles sont suggérés et n’apparaissent pas directement comme sur l’exemple précédent. On retrouve ces fameux triangles avec les points d’ancrage de la composition. Ca peut être des personnes ou juste des éléments que j’ai voulu intégrer dans le cadre. Très souvent en ce qui me concerne, ce sera des personnes. J’ai encore du mal à procéder différemment. Voilà quelques exemples récents où j’ai travaillé avec des personnes ou groupe de personnes.

 

 

Ces compositions sont assez simples mais elles marchent car le regard est attiré par les pointes du triangle invisible que je vous ai mis en rouge. Ce qui nous amène à avoir une lecture dynamique de la photo. En tout cas moi je fonctionne comme ça.

Dernièrement je disais à John Harper, que j’essayais de plus en plus d’intégrer des voitures, des motos ou tout autre engin dans mes compositions. Je suis attiré par les personnes et j’ai tendance à me focaliser que sur elles. Mais j’ai tendance à élargir un peu mon champ de vision lors des prises de vue pour intégrer plus de contexte dans mes photos. Que ce soit le trafic ou les bâtiments. C’est assez rigolo car très tôt, je me suis mis à faire du close-up alors que c’est une des choses les plus intimidantes en Street Photography. Les gens commencent plutôt par des scènes plus aérées prises de loin et petit à petit se rapprochent pour être plus près des gens. Moi je fais le contraire ! Je ne suis plus attiré par les close-up. Je veux des scènes plus complexes en intégrant un maximum de choses dans ma composition. Dans la photo ci-dessous, il y a aussi un triangle suggéré dans ma composition : Cette voiture rouge et blanc sortant du cadre, le garçon et les deux dames au loin.

 

 

Sur ce dernier exemple, j’ai intégré dans ma composition ces deux éléments statiques au premier plan. Quand je regarde cette photo, mon œil fait le ping-pong entre le différents sommets des triangles imaginaires que je vous ai tracé en rouge. Inconsciemment quand je compose une photo, je suis à la recherche d’éléments qui me permettent de créer ces triangles. 3 est un nombre magique en photo. En fait il faut des nombres impairs, mais je trouve très compliqué de travailler au dessus de 3 éléments dans une composition. Ici en l’occurrence on a 5 éléments dans la composition mais c’est une scène statique, assez éloignée du bordel de la rue.

 

 

C’est vrai que c’est assez difficile de penser à tout dans la rue. Tout va vite, il y a beaucoup d’imprévus et d’éléments parasites. Parfois réussir à avoir une scène propre avec juste deux éléments relève du défi, mais petit à petit on apprend à repérer les scènes à potentiel et personnellement j’essaye toujours de me faciliter la vie en essayant d’intégrer des personnes statiques dans mes compositions. J’utilise aussi beaucoup les triangles pour trier mes photos. Pour déterminer le potentiel de certaines photos. Parfois ces fameux triangles invisibles apparaissent lors de l’editing. C’est ce qui rendra une photo plus intéressante qu’une autre.

Toutes les photos ont été faites avec le Ricoh GRD4 (exeptée la photo d’ouverture faite avec le Fuji XE2|18 mm f2)

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Street Photography Tips : Triangles

  • jean Perenet

    Une chose me turlupine, comment fais-tu pour enlever le grain à tes images avec le GRD4? j’ai tout essayé en shootant en RAW et en traitant les images dans LR. Si tu diminues la luminance ça donne une image pourrie où tu perds bien des détails

    • Jeff Chane-Mouye Auteur de l’article

      Hello Jean,

      Depuis pas mal de temps, j’essaye d’exploiter au maximum le GRD4 à bas ISO. Très souvent, je shoote à ISO 80 quitte à ouvrir mon diaph jusqu’à f2.8. De temps en temps j’ouvre même à f1.9, mais c’est assez rare. De toute manière quand il y a du soleil, f4 et ISO 80 me permettent d’avoir une bonne vitesse. Parfois dans la rue, je dois augmenter les ISO pour gagner un peu de vitesse, mais je dépasse rarement les ISO 200. C’est sûrement pour ça que mes photos au final ont très peu de grain … enfin si on les agrandit pas trop. Ca passe je pense sur des tirages 20×30. Ensuite les 10MP se font sentir …