Street Mindset


Je vous ai déjà parlé de cet état d’esprit qui m’anime quand je photographie mes propres enfants. C’est plus fort que moi et j’essaye de les photographier comme je photographie les gens dans la rue. J’ai exactement la même approche en gardant le côté spontané. Je n’aime pas les photos posées car je ne les réussi jamais. Certains sont doués pour ça, pas moi … La semaine dernière, je suis allé accompagner un groupe de 22 jeunes pendant deux jours pour un mini road-trip en minibus. L’occasion pour moi de faire des photos, alors que j’étais sevré ces derniers temps avec la blessure de Ronan (Par ailleurs il va beaucoup mieux !).

 

 

On était parti pour deux jours à faire la tournée des skate-parks de l’île. J’ai ainsi documenté ces deux jours pour les parents mais aussi pour moi. Au final j’aurais fait 500 photos et j’ai utilisé mon Ricoh GRD4 et seulement 3 batteries. Je chimp beaucoup quand je fais des photos, ce qui explique le faible nombre de photos pour 3 batteries. Mais ce qui est plus révélateur, c’est l’autonomie du Ricoh GRD4 sur ces deux jours. Le Ricoh GR3 n’aurait même pas tenu une matinée … En partant, je me suis quand même demandé si je n’allais pas tombé en rade. On était en autonomie complète et vu qu’on campait, on était déjà rationné en eau, alors ne comptez même pas avoir une prise électrique ! Sachez que j’ai réussi à faire un brin de toilette avec juste 1 litre d’eau. Il va sans dire qu’au bout de deux jours avec des jeunes dans le mini-bus, on roulait avec les vitres grandes ouvertes !

 

 

J’essayais de documenter ces deux jours essentiellement pour les parents. Le problème c’est qu’aujourd’hui avec les smartphones, tout est partagé en temps réel. Les vidéos, les photos. Tout était balancé sur WhatsApp alors que moi mes photos étaient encore sur ma carte mémoire et attendaient d’être développées sous Lightroom une fois rentré à la maison. C’était assez frustrant car je ne pouvais pas partager les photos en temps réel. Il me faudrait une carte SD Wifi pour pouvoir transférer directement les fichiers sur mon smartphone, mais là aussi il me faudrait un logiciel pour transformer mes fichiers RAW en jpg … Bref une sacré logistique à moins de shooter uniquement en jpg. Les parents attendront pour avoir les photos. On vit dans une société où tout va trop vite. On veut tout sans attendre. On partage tout et trop sans aucun filtre. Je vais rester old school et prendre le temps de faire les choses.

 

Vue matinale depuis notre camping

 

D’ailleurs à ce propos, depuis quelques temps, vous avez pu remarquer que je partage moins de photos. La faute au confinement ? au Covid-19 ? Non rien de tout ça. L’Île de la Réunion échappe au récent re-confinement qui a lieu en France Métropolitaine. Le virus est toujours actif chez nous, mais reste à un seuil pas encore alarmant. C’est le statuquo ici. On fait attention, on porte le masque, on évite les rassemblements de personnes, on s’astreint aux gestes barrières. Le Préfet n’exclut pas d’avoir recours au couvre-feu ou au confinement si les chiffres se dégradent, mais pour le moment la vie continue chez nous. La raison pour laquelle je partage moins est que je veux arrêter de diluer mon travail en montrant trop de photos. Je sais très bien que mon site internet et mon Blog sont des espaces où je peux montrer mon travail sans filtres, mais ce n’est pas une raison pour ne pas être plus exigeant avec ce que je montre.

 

 

Je partage donc dorénavant mes photos sous forme mensuelle avec des diaporamas que je poste sur YouTube. En septembre c’était 30 photos, mais je trouve que c’est encore trop. Pour le mois d’octobre, j’ai décidé de n’en partager que 20. Je n’exclus pas de baisser encore ce chiffre pour ne vous montrer qu’une dizaine de photos par mois. Vous pouvez trouver ci dessous les deux diaporamas de septembre et octobre.

 

 

 

 

Revenons un peu au sujet de ce Blog, à savoir la Street Mindset. Je me suis appliqué à photographier les enfants qui participaient à cette sortie avec cette fameuse Street Mindset. Même si je photographiais essentiellement pour les parents, je gardais toujours en tête la possibilité de faire quelques photos très typées Street Photography. Le défi était de faire attention à ce que les enfants ne soient pas reconnaissables sur les photos. Pourtant je photographie beaucoup les enfants dans la rue sans me censurer. Mais la situation était ici différente. J’accompagnais une sortie qui n’était pas organisée par moi et je ne voulais pas mettre en porte à faux l’organisateur de la sortie qui était garant du droit à l’image des enfants présents lors de cette virée sur les skate-parks. Dans la rue, je suis responsable de mes actes et c’est moi qui répondrait en cas de soucis. Là clairement ce n’étais pas le cas.

 

 

Ce n’est vraiment pas évident, mais c’était un petit défi. Je n’ai en tout et pour tout qu’une maigre poignée de photos où j’ai réussi à faire ce que je voulais. Au final les parents étaient ravis des photos que je leur ai fait passer. Une maman m’a même dit que mes photos racontaient des histoires. Je pense qu’il n’y a pas plus beau compliment que celui là.  Et sur les 500 photos, à peine 4 photos purement Street. C’est déjà beaucoup et je m’estime heureux d’avoir pu les réaliser.

 

 

Toutes les photos ont été réalisées avec le Ricoh GRD4.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *