Here comes the winter. 3


 

(English version at the bottom of the page)

Bon je vous l’accorde, c’est encore un peu tôt, mais l’automne est déjà bien installé. D’ailleurs les enfants sont en vacances et c’est bien le signe que la fin d’année approche à grands pas. En ce moment c’est décoration Halloween et bientôt ce sera les décorations de Noël. Vous vous demandez où je veux en venir ? Qui dit hiver, dit journées plus courtes, plus froides, manque de lumière, ciels nuageux … Alors toujours motivés pour sortir faire des photos ?

 

 

J’avais déjà écrit un Blog là dessus l’année dernière : Lumière d’hiver. Au final ce sont des sujets récurrents car nous sommes confrontés à ces changements de saison tous les ans. Je me rappelle encore l’année dernière où j’ai eu un énorme blocage à la sortie de l’été et qui s’est même poursuivi une partie de l’hiver. L’été est pour moi une période faste car la ville est noire de monde et j’ai l’impression de juste avoir à appuyer sur le déclencheur pour capturer des moments dans la rue. En automne et en hiver, il y a bien moins de monde dans la rue et je ne peux pas avoir la même attitude, ni les mêmes attentes. 

 

 

La population de la ville change aussi. Je vous rassure tout de suite, il y a toujours des touristes. Mais nettement moins. Les étudiants ont repris le chemin de l’école et ça donne un petit coup de jeunes aux rues. Les flux de circulation des gens dans les rues sont encore plus marqués qu’en été où il y a du monde partout. C’est simple, nous avons à Aix des artères qui amènent les gens au centre ville et c’est bien de connaître ces artères car au final c’est là qu’il y a de la vie et c’est là que se passent les choses. 

 

 

La semaine dernière, j’ai pu passer un peu de temps dans les rues d’Aix-en-Provence, qui pour le coup n’étaient pas baignées de soleil et de lumière. Bien au contraire, le ciel était plombé par des nuages gris menaçants et il manquait singulièrement de lumière. Il y a encore quelques semaines, je ne serais pas sorti avec un tel temps. Faut dire que nous sommes des enfants gâtés dans le sud. En hiver, nous continuons à avoir de sacrées belles journées même si parfois le froid se fait plus mordant. 

 

 

Je me suis rendu compte récemment que mon Ricoh GRD IV avait un bien meilleur piqué à f2.8 et f4 qu’à f8. Je suis un adepte de la profondeur de champ maximale. J’aime quand tout est net dans le cadre. Du premier plan à l’arrière plan. Je n’aime pas les artifices comme le Bokeh quand je fais de la photographie de rue. Le Bokeh est un cache misère. On doit pouvoir construire son image sans avoir besoin de jouer sur cet artifice. C’est la raison pour laquelle je travaille toujours à f8. Mais comme c’est un petit capteur, je peux continuer à avoir de la profondeur de champ en ouvrant un peu mon diaphragme. C’est comme ça que j’ai commencé à ouvrir de plus en plus et en travaillant préférentiellement à f4 voire f2.8 (équivalent à f11 ou f8 sur un capteur APS-C). Le premier bénéfice était un meilleur piqué des photos et le second bénéfice était la possibilité de rester à des ISO assez bas car au final je faisais entrer plus de lumière dans mon diaphragme. Au final, au lieu de travailler à f8 | ISO 400, je me retrouvais à travailler à f2.8 | ISO 100 voire 80 ! Et tout ça sans trop sacrifier ma profondeur de champ. 

 

 

Bon je suis désolé pour toutes ces considérations techniques, mais même si dans la rue je suis très instinctif dans ma manière de procéder, ce sont des éléments que je dois maîtriser sur le bout des doigts. Si je veux être à l’aise dans la rue, je me dois de savoir parfaitement comment fonctionne mon appareil et quels réglages je vais devoir utiliser suivant les conditions de lumière que j’aurais. C’est la raison pour laquelle la plupart du temps, les photographes de rue connaissent parfaitement l’appareil qu’ils utilisent. 

 

 

Ces dernières sorties, pas de soleil donc pas de tentation de faire du light/shadow. Ça tombe bien, je recherchais autre chose. Des situations, des scènes à photographier et non pas faire tout reposer sur l’esthétique imparable de la lumière et des ombres. Cette année a vu mon travail évoluer et s’éloigner un peu de ce type de photos. Je les trouve ennuyeuses car au final elles  se ressemblent toutes. Eh Jeff mais t’en fais plein des photos comme ça ! Oui c’est vrai, ce n’est pas ce que je préfère faire car très peu d’entre elles sont vraiment intéressantes. Elles ont un impact visuel immédiat. On se dit wow ! C’est beau. Mais quand on revient dessus, il ne se passe rien. Ce ne sont pas des photos qui pour moi résisteront à l’épreuve du temps. 

 

 

Des scènes de rue donc. Le soleil absent, j’étais beaucoup plus concentré et attentif dans la rue à la recherche de l’inhabituel ou de simples petites interactions entre les gens. C’est fou, mais mon état d’esprit était totalement différent et je voyais des choses de partout. J’avais juste l’impression de pas être assez rapide tellement la ville était vivante. Au final j’en suis à me dire que ce fichu soleil dans mon cas, est trop distrayant. Plus d’ombres marquées, des conditions de lumières « plates » qui obligent à construire la photo différemment. Un des autres avantages de ces conditions de lumière, c’est qu’on a nullement besoin de se placer en fonction du soleil vu qu’il n’y en a pas ! Je me suis même surpris à faire des photos dans des ruelles que j’évitais auparavant car assez pauvres en lumière. 

 

 

Je me suis obligé à sortir les jours couverts pour me forcer à faire autre chose. Ce qui a commencé comme un exercice de style est en train de devenir beaucoup plus intéressant que je ne l’aurai imaginé. L’hiver va être amusant !

 

 

Toutes les photos ont été réalisées avec le Ricoh GRD IV.

 

 

~ o ~

 

 

Here comes the winter !

 

 

 

Well I grant you, it’s still a bit early, but fall is already well established. Besides the children are on vacation and this is the sign that the end of the year is fast approaching. At the moment it’s Halloween decoration and soon it will be the Christmas decorations. Wondering where I am coming from? Who says winter, says shorter days, colder, lack of light, cloudy skies … So still motivated to go out to take pictures?

 

 

I had already written a Blog on it last year: Winter Light. In the end these are recurring Blogs because we are confronted with these season changes each year. I still remember last year when I had a huge block at the end of the summer and even continued part of the winter. Summer is a good time for me because the city is overcrowded and I feel I just have to press the shutter to capture moments in the street. In autumn and winter, there are fewer people on the street and I can not have the same attitude or the same expectations.

 

 

The population of the city is changing as well. I assure you right now, there are always tourists. But definitely less. The students have returned to school and it gives a little stroke of youth to the streets. The traffic flows of people on the streets are even more marked than in summer when there are people everywhere. It’s simple, we have in Aix arteries that bring people downtown and it’s good to know these arteries because ultimately it is there that there is life and that’s where things happen. 

 

 

Last week, I was able to spend some time in the streets of Aix-en-Provence, which for once were not bathed in sun and light. On the contrary, the sky was gloomy with gray clouds and it was singularly lacking in light. A few weeks ago, I would not be out with such a weather. Must say that we are spoiled children in the south. In winter, we continue to have some beautiful days even if sometimes the cold becomes more biting.

 

 

I recently realized that my Ricoh GRD IV was much sharper at f2.8 and f4 than at f8. I am adept at the maximum depth of field. I like when everything is in focus in the frame. From the foreground to the background. I do not like artifices like Bokeh when I do street photography. Bokeh is a fig-leaf. We must be able to create an image without having to play on this artifice. That’s why I’m still working at f8. But as it is a small sensor, I can continue to have depth of field by opening a little the aperture. That’s how I started to open more and working preferentially at f4 or f2.8 (equivalent to f11 or f8 on a sensor APS-C). The first benefit was sharper photos and the second benefit was the possibility to work at lower ISO because in the end I was getting more light into the lens. In the end, instead of working at f8 | ISO 400, I found myself working at f2.8 | ISO 100 or even 80 ! And all without sacrificing my depth of field.

 

 

Well I am sorry for all these technical considerations, but even if in the street I am very instinctive in my way of proceeding, these are elements that I must master on the fingertips. If I want to be comfortable in the street, I have to know perfectly how my camera works and what settings I will have to use according to the light conditions that I would have. This is why most street photographers are familiar with the camera they use.

 

 

These last days, no sun so no temptation to do light/shadow. That’s good, I was looking for something else. Situations, scenes to photograph and not make everything rely on the unstoppable aesthetics of light and shadows. This year has seen my work evolve and move away from this type of photos. I find them boring because in the end they are all alike. Hey Jeff but you make lots of pictures like that ! Yes it’s true, it’s not what I prefer to do because very few of them are really interesting. They have an immediate visual impact. We say wow ! It’s beautiful. But when we come back on it, nothing happens. These are not photos that will stand the test of time for me.

 

 

Street scenes, then. The sun was out, I was much more focused and attentive in the street looking for the unusual or simple small interactions between people. It’s crazy, but my mindset was totally different and I saw things from everywhere. I just did not feel like I was fast enough so the city was alive. In the end I am told that this damn sun in my case, is too distracting. No more shadows, « flat » light conditions that make it necessary to build the photo differently. One of the other advantages of these light conditions is that there is no need to place yourself in the sun as there is none ! I even surprised myself to take pictures in alleys that I avoided before because they were poor in light.

 

 

I had to go out on cloudy days to force myself to do something else. What began as an exercise in style is becoming much more interesting than I would have imagined. Winter will be fun !

 

 

All the pictures were made with the trusty old Ricoh GRD IV.

Share Button

3
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jeff Chane-MouyeJohn Harper Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
John Harper
Invité

When you say “Trusty” old Ricoh IV didn’t you mean “Rusty”?! 😉 Yep, making photos with out that light and contrast is a challenge, one which you succeeded in I’d say. Although lord knows what that guy with the glove is doing!! Seriously, when you look through those high contrast black and white crowd pleasers they’re often not very interesting. No story to be told, just aesthetically pleasing to the eye. Not all, because there are some around that combine aesthetics and have a narrative. My favourite here is the woman yawning (possibly) with girl behind smoking. Great blog, always… Lire la suite »