Memories from the Street. 5


(English version at the bottom of the page)

J’ai toujours dit que j’aimais la Street Photography car elle me permettait de raconter des histoires. C’est une pratique que je conçois comme non objective car je ne rapporte pas la vérité des faits, mais ma vérité à moi. C’est un point de vue très personnel. Le fait d’intégrer ou pas tous les éléments dans le cadre est un choix délibéré. C’est ce qui différencie la Street Photography d’autres pratiques comme la photo documentaire ou encore le photo journalisme. J’avais déjà parlé de ça dans un Blog où j’essayais d’apporter ma définition de la Street Photography.

 

 

Pour certains, ceux qui s’adonnent à la Street Photography sont des parasites qui volent des moments. Ce n’est pas entièrement faux … ni vrai d’ailleurs. Oui je capture des moments. Je préfère ce terme à « voler » car ce n’est jamais mal intentionné, même si je peux être très souvent assez intrusif. Ce qui m’intéresse ce sont ces moments fugaces que personne ou presque ne porte attention. La rue est un vrai bordel, mais parfois nous offre des moments de grâce où on a l’impression de voir se dérouler devant nos yeux, une pièce de théâtre. Des personnages qui n’ont absolument aucune relation entre eux semblent s’être coordonnés pour nous offrir un spectacle. Ces moments sont rares, mais quand on les voit, on a juste l’impression que les astres se sont alignés le temps d’une fraction de seconde.

 

Ricoh GRD IV.

 

C’est ma démarche principale dans la rue. Au fil des années, certaines de mes photos prennent néanmoins une dimension différente. C’est d’autant plus vrai à Aix-en-Provence car la ville est en mutation. Des gros travaux empoisonnent la ville des Aixois depuis plusieurs mois. Certaines photos témoignent de cette époque que les gens auront vite fait d’oublier quand les travaux seront finis. On a la mémoire courte. Je ne sais même pas si les gens se souviennent encore à quoi ressemblaient certaines rues avant le début des travaux. On vit dans le présent et c’est tant mieux. Depuis que je fais de la Street Photography en 2016, j’ai été témoin des nombreux changements qui se sont opérés dans la ville. Je ne l’ai pas fait volontairement, mais c’est dans la ville que je fais des photos et bien sûr, même si je ne photographie pas des lieux, mais des personnes, ces dernières évoluent dans la ville. Certaines de mes photos ont acquis involontairement un caractère documentaire.

 

 

Juste avant l’été 2018, j’ai été contacté par un monsieur qui m’avait dit qu’il s’était reconnu sur une de mes photos que j’expose dans un petit restaurant d’Aix-en-Provence. Cette personne voulait acheter quelques tirages de la photo. Bien évidemment je me suis proposé de lui offrir les tirages. Sur cette photo, 3 touristes asiatiques encadrent deux personnes qui rentrent vraisemblablement du marché accompagné de leur chien. Je m’étais toujours demandé si ces personnes étaient elles aussi des touristes ou des Aixois.

 

Ricoh GRD IV.

 

Il se trouve que ce couple habitait dans le centre ville historique d’Aix-en-Provence. Je suis allé leur amener les photos. J’ai un peu discuté avec la dame, mais je n’ai pas eu l’occasion de voir ce monsieur qui ce jour là était absent. Pourquoi je vous raconte tout ça ? J’ai appris récemment que cet homme était décédé à l’automne dernier d’une crise cardiaque …  La photo est un instantané d’un moment figé dans le temps. Je ne connaissais pas cet homme, mais ça m’a fait tout bizarre d’apprendre qu’il était décédé. Je trouve cette photo esthétiquement bien réalisée, mais l’histoire qui a derrière la rend très spéciale à mes yeux.

 

 

Fort heureusement, les histoires ne sont pas toujours tristes. Chaque photo que je fait n’a pas forcément une histoire derrière  mais certaines d’entre elles oui. Rien de bien exceptionnel  mais c’est comme dans la rue. Des histoires banales. Au final je me rends compte que ces photos veulent dire beaucoup plus de choses pour moi car elles ont un caractère plus personnel. Ce sont des photos de parfaits étrangers, mais l’histoire qui va avec les rend uniques. Au fil des mois, au travers des photos que j’ai pu faire  c’est une partie de la mémoire des gens que j’ai pu capturer. Bien sûr ces personnes ne savent pas que ces photos ont été prises et surtout  ce ne sont pas des moments exceptionnels. Ce ne sont pas des photos d’anniversaire ou encore de réunions de famille comme on a l’habitude d’en faire. Ce sont simplement des photos d’eux dans leur routine journalière. Ils ne posent pas, il n’y a aucun artifice. Je les photographie juste en train de vivre.

 

 

J’avais une idée de projet pour Aix-en-Provence. Imprimer et plastifier une vingtaine de photos en grand format et les afficher illégalement sur certains murs de la ville un soir pour que ce soit discret. Elles ne seraient pas mises aléatoirement  mais aux endroits où les photos ont été réalisées. Dans quel but ? Montrer aux gens ce qui se passe dans la rue. Presque plus personne ne prête attention à ce qui se passe dans la rue. Une grande partie a les yeux rivés sur leurs smartphones, d’autres sont dans leurs bulles à écouter de la musique … Les gens sont en transit dans la rue. Je ne sais pas si je mènerai ce projet à terme. L’idée me semble intéressante, mais je ne sais pas si je vais avoir le temps…

 

 

Ce travail de mémoire que je réalise à de grandes chances de rester confidentiel. Depuis que j’ai commencé la Street Photography, 3 personnes m’ont déjà contacté car ils se sont vus sur des photos. Je suis très content d’avoir pu échanger avec ces personnes. Ici on ne parle pas de droit à l’image ou de droits d’auteurs. Mais juste de rencontres et d’interaction avec des gens.

 

 

Toutes les photos ont été réalisées avec le Ricoh GR exceptée celles mentionnées Ricoh GRD IV.

 

 

~ o ~

 

 

Memories from the Street.

 

 

 

I always stated that I liked Street Photography because it allowed me to tell stories. It is a practice that I conceive as not objective because I do not report the truth of the facts, but my truth. It’s a very personal point of view. The fact of integrating or not all the elements in the frame is a deliberate choice. This is what sets Street Photography apart from other practices such as Documentary Photography and Photo Journalism. I had already talked about this in a Blog where I tried to bring my definition of Street Photography.

 

 

For some, those who engage in Street Photography are parasites who steal moments. This is not entirely false … nor is it true. Yes I capture moments. I prefer this term to « steal » because it is never malicious, although I can be quite often intrusive. What interests me are these fleeting moments that hardly anyone pays attention. The street is a real mess, but sometimes offers us moments of grace where we have the impression to see unfold in front of our eyes, a play. Characters who have absolutely no relation to each other seem to have coordinated to give us a show. These moments are rare, but when we see them, we just have the impression that the stars have aligned themselves for a fraction of a time.

 

Riccoh GRD IV.

 

This is my main goal in the street. Over the years, some of my photos take a different dimension. This is especially true in Aix-en-Provence because the city is changing. Heavy work has poisoned the city of Aix for several months. Some pictures tell of this time that people will quickly forget when the work is finished. We have a short memory. I do not even know if people still remember what some streets looked like before the work began. We live in the present and that’s good. Since doing Street Photography in 2016, I have witnessed many changes in the city. I did not do it voluntarily, but it is in the city that I take photos and of course, even if I do not photograph places, but people, they evolve in the city. Some of my photos have involuntarily acquired a documentary aspect.

 

 

Just before the summer of 2018, I was contacted by a gentleman who told me that he recognized himself on one of my photos that I expose in a small restaurant in Aix-en-Provence. This person wanted to buy some prints of the photo. Of course I obliged to offer him the prints. In this picture, 3 Asian tourists and two other people  who are probably returning from the market accompanied by their dog. I had always wondered if these people were also tourists or Aixois.

 

Ricoh GRD IV.

 

It turns out that this couple lived in the historic city center of Aix-en-Provence. I went to bring them the pictures. I had a little chat with the lady, but I did not have the opportunity to see this gentleman who was absent that day. Why am I telling you all of this ? I recently learned that this man died last fall of a heart attack … The photo is a snapshot of a moment frozen in time. I did not know this man, but it made me feel very strange to know he was dead. I find this photo aesthetically well done, but the story behind it makes it very special to me.

 

 

Fortunately, the stories are not always sad. Every photo I make does not have a story behind, but some of them do. Nothing exceptional but it’s like in the street. Mundane stories. In the end I realize that these pictures mean a lot more things for me because they have a more personal aspect. These are pictures of perfect strangers, but the story that goes with them makes them unique. Over the months, through the photos that I could do is part of the memory of the people I was able to capture. Of course these people do not know that these photos were taken and especially these are not exceptional moments. These are not birthday pictures or family meetings as we usually do. These are just pictures of them in their daily routine. They do not pose, there is no artifice. I photograph them just living.

 

 

I had a project idea for Aix-en-Provence. Print and laminate twenty large-format photos and display them illegally on some walls of the city one evening to be discreet. They would not be randomized but where the photos were taken. What purpose ? Show people what’s happening on the street. Almost no one pays attention to what is happening on the street. A lot of them have their eyes on their smartphones, others are in their bubbles listening to music … People are in transit on the street. I do not know if I will complete this project. The idea seems interesting to me, but I do not know if I will have the time …

 

 

This memory work that I realize is likely to remain confidential. Since I started Street Photography, 3 people have already contacted me because they saw themselves in photos. I am very happy to have been able to interact with these people. Here we are not talking about image rights or copyrights. But just meetings and interaction with people.

 

 

All the photos were made with the Ricoh GR except those mentionned Ricoh GRD IV.

 

 

Share Button

5
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Jeff Chane-MouyeLaurentJohn Harper Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
John Harper
Invité

‘Photographing the streets or specifically the people of the streets is a way of life, a way of seeing life, in essence a philosophical approach to life’. That line is in my latest blogpost which I’m currently writing. Now I’ve written here I’m not sure about it, but it sort of concurs with your article. The moments that you have managed to capture are fleeting, just as the lives of the people who are the subject matter as we see with the gentleman who died from a heart attack, he looks perfectly healthy in your shot and that’s a good… Lire la suite »

Laurent
Invité

Bonjour jeff
Un petit conseil pour ton Affichage, : imprime des dos bleus, c’est pas cher et ça se colle hyper bien avec de la colle à tapisser. Et puis c’est plus beau de les voir disparaître au gré de la pluie et des arrachages intempestif.
Ça fait très Aaaaarles !

trackback

[…] cette photo et je savais que je pouvais jouer là-dessus pour arriver à ce que je voulais. Dans mon précédent Blog, je vous parlais du côté documentaire qu’avaient certaines de mes photos. Ici clairement, […]